Minimal Eva Bee, la blogueuse/archéologue qui parle de mode minimaliste

Eva est une apprentie minimaliste green. J’aime beaucoup sa démarche qu’elle décrit avec une belle plume dans son joli blog Minimal Eva Bee. Dans sa garde-robe, dans son alimentation, ses cosmétiques et ses objets d’intérieur, elle choisit tout avec soin et conscience et ça fait du bien ! Aujourd’hui où tout est « trop », trop de vêtements, trop d’images, trop de choix, trop d’infos, on peut compter sur elle pour faire un tri et nous livrer les bonnes infos sur les bons produits. Et je suis ravie car elle a choisi JUSTE, la révolution textile comme 1ère marque pour entreprendre une collaboration.

Elle a réalisé une très jolie série de 4 looks, intégrés dans ses capsules wardrobe de l’été. J’étais surprise et ravie de voir que mon OLYMPE peut servir à des looks si différents, autant pour la plage que pour une soirée en amoureux ♥.

Comme Eva, j’ai été une consommatrice compulsive et comme Eva, j’ai fait mon méa culpa à la planète, à mes placards, aux vêtements donnés sans avoir été portés et à ma banque. Se concentrer sur ce qu’on aime, avoir cette démarche minimaliste, être attentive à tout ce qu’on consomme et jette, regarder les étiquettes et la traçabilité de nos achats, c’est être un consommateur de demain, responsable et « aware » (comme dirait Jean-Claude :)). Comme Eva, j’admire Béa Johnson et j’aimerais aussi avoir une garde-robe d’une 15aine de pièces. Comme Eva, j’y travaille ! Suivez le guide et bonne lecture !!

Peux-tu te décrire en quelques lignes ?

Je m’appelle Eva, j’aurais bientôt 26 ans et je vis à Caen en Basse-Normandie. Je suis archéologue et blogueuse mode et lifestyle minimaliste, ce qui n’est pas commun, j’en conviens. Depuis un peu plus de deux ans, j’essaie d’apprendre à consommer intelligemment.

Quel est ton parcours ?

J’ai grandi à la campagne en Indre-et-Loire puis je suis allée faire mes études d’archéologie et d’histoire de l’art à Paris, et je vis en Normandie avec mon compagnon depuis 4 ans.

Décris-nous ta journée type !

En ce moment mes journées sont assez libres, après un bon petit-déjeuner fruité et une bonne douche, je consulte mes mails, je fais des recherches pour mes articles. Ensuite vient la journée de travail à la maison. Mais il arrive que je sois toute la semaine en chantier et que je ne puisse me consacrer au blog que le weekend, ce qui me rend un petit peu moins productive ! J’aime me détendre sur ma terrasse avec un verre de jus de citron après avoir été au marché le vendredi ou le dimanche matin, des étapes obligatoires dans la semaine ! Après ça, parfois j’ai le temps de faire un peu de sport, ce qui me fait beaucoup de bien, j’adore vraiment ça. Le soir, soit je sors avec des amis, soit je reste à la maison avec mon ami à regarder une série ou un bon film. Nous sommes très slow-life !

Parle-nous de ton blog ? Comment, quand, pourquoi l’as-tu créé ?

Mon passage à Paris m’a transformée en sur-consommatrice compulsive et un jour j’ai clairement fait une overdose de shopping. C’est là que j’ai découvert le minimalisme comme art de vivre, que je ne connaissais alors qu’en tant que courant artistique. J’ai donc énormément trié toutes mes possessions accumulées et inutiles, ce qui m’a fait énormément de bien, je me suis sentie plus légère. La simplicité volontaire m’est devenue salutaire en fin de compte, c’est là que j’ai ouvert mon blog. Ma démarche minimaliste m’a fait m’intéresser à la provenance de mes objets, à leur mode de fabrication, je me suis beaucoup renseignée sur les « sweatshops » qu’on trouve en Asie, j’ai été profondément choquée. Evidemment, je fais aussi attention à tous les aspects de ma consommation (alimentation, produits de beauté, objets en général). Je tente également de vivre en produisant le moins de déchets possible,mais il faut avouer que pour le moment ce n’est pas un franc succès ! Mais on ne peut pas faire tout en même temps ! Je me bats donc au quotidien pour promouvoir une consommation locale, éthique et minimaliste.

Quelle est la mode que tu aimes ?

La mode minimaliste bien sûr ! J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour Coco Chanel et Yves Saint Laurent, et les messages dont ils étaient porteurs à l’origine, ce sont de véritables artistes. Sinon personnellement, j’ai eu beaucoup de styles différents dans ma courte vie, je suis passée du très très bohème au très très rock-métal, en passant par le très féminin, mais désormais la mode que j’aime est comme mon mode de vie. Elle est simple et épurée. Ça marche aussi bien pour le style que pour la fabrication, d’ailleurs, JUSTE répond à 100 % à mes attentes en matière de mode, tant par le côté esthétique que par le côté éthique.

Quelle est la personne qui t’inspire ?

Béa Johnson, alors oui je sais en général on répond à ce genre de questions avec des noms de personnes bien plus sages ou influentes qu’elle, mais sa façon de vivre zéro déchet est réellement impressionnante je trouve. Mon but est de pouvoir consommer de manière aussi responsable qu’elle. Les déchets que nous produisons sont bien trop importants en termes de quantité pour les négliger.

Comment t’imagines-tu dans 10 ans ?

A la campagne, dans une belle maison qui aurait un jardin que je pourrais cultiver, sans doute avec des enfants qui courent à côté et bien sûr mon ami. C’est finalement très classique comme réponse, et je crois que jamais je n’aurais pu la formuler il y a quelques années, mais on change, et vivre de manière plus « slow » m’apprend beaucoup de choses.

Quelle est la pièce essentielle de ta garde-robe ?

Je n’ai pas une pièce essentielle mais plutôt un « go-to look » comme disent les anglophones, un uniforme en fin de compte. En été je suis plutôt short en jean/chino en lin, top en lin, sandales en cuir, et en hiver des pantalons slim, des gros pulls en laine, des baskets ou des boots. Mais si je ne devais garder qu’un type de vêtement, ce serait bien évidemment mes tops en lin.

Quels sont tes projets ?

Avec le blog, j’aimerais pouvoir travailler davantage avec les marques éthiques pour les aider à se développer autant que les enseignes classiques voire même, dans un monde idéal, les remplacer totalement.  La plupart des gens se tournent vers elles parce que ça leur parait plus simple, ce qui n’est pas complètement faux vu qu’elles ont pignon sur rue, les marques éthiques sont très mal connues malheureusement.

Sinon d’un point de vue personnel, j’aimerais pouvoir aller encore plus loin dans ma démarche minimaliste, en ayant un intérieur beau et épuré avec de beaux objets, apprendre à mieux faire pousser des légumes sur ma terrasse, et bien sûr arriver au zéro déchet !