La mode responsable selon Dressing Responsable

Cela fait de nombreux mois que je suis en contact avec Emilie du blog Dressing Responsable et la première fois qu’elle m’a contactée, son blog n’était encore qu’un projet… J’ai pensé – je peux le dire maintenant – Ah ! encore une bloggeuse de mode responsable ! Attention, je trouve ça super que de plus en plus de personnes s’intéressent à la mode éthique et aient envie d’en faire leur métier. Mais comment sortir son épingle du jeu parmi tous ces nouveaux blogs, sites e-commerce de mode responsable… ? Tout comme moi avec JUSTE, d’ailleurs ! C’est exactement la même problématique.

Mais quand j’ai eu Emilie au bout du fil, j’ai tout de suite changé d’avis. Je l’ai trouvée posée, attentive, pleine d’énergie positive et de bonnes idées. Et maintenant que son blog existe depuis plusieurs mois, je peux le dire avec encore plus de conviction. Je trouve son site très bien fait, bien fourni, bien documenté, très pro ! Il contient beaucoup d’infos et est agréable à lire. Bref, pour moi, c’est vraiment LE site référence de la mode responsable. Elle différencie le made in France, le bio, le commerce équitable et le recyclage grâce à de petits pictos, et ça, c’est malin !

Lorsque j’ai reçu les réponses d’Emilie à mes questions, j’ai retrouvé sa force tranquille, son aplomb dans la vie et dans ses projets et son grand respect pour tout le monde.

Bref, je souhaite à Emilie beaucoup de succès pour son blog et tous ses projets autour de la mode responsable et je vous invite à la découvrir au fil de cette interview.

Quel est ton métier ?

Après un parcours en finance, je travaille maintenant à plein temps à développer Dressing Responsable et quand on crée un projet de ce type, on fait plein de métiers à la fois, il faut être multi-casquettes.

Pourquoi, comment l’as-tu choisi ?

Parce que comme beaucoup aujourd’hui, j’aspire à un métier qui me plaise et qui me satisfasse. Même si j’ai plutôt tendance à savoir ce que je ne veux pas faire avant de savoir ce que je veux faire, en apprenant à me connaître, j’ai compris quel métier était fait pour moi.

Pour quel autre métier tu en changerais ?

Aucun ! Je suis ravie de faire ce que je fais, de participer à l’essor d’une mode qui me ressemble, de pouvoir faire des choses très différentes tous les jours, de régulièrement découvrir de nouveaux aspects de mon métier et de pouvoir le faire en accord avec mes valeurs. Et au-delà de l’aspect « travail », l’entreprenariat est une excellente école de la vie.

Quel est ton parcours ?

Adolescente, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire « plus tard » et quand il a fallu se poser la question de l’après-bac, ça n’a pas été simple. Je voulais faire beaucoup de choses et n’avais pas envie de me limiter. J’ai fait une école de commerce, pour la diversité des matières enseignées en prépa puis à l’école. Encore une fois, le choix de ma spécialisation n’a pas été simple, je n’avais toujours pas envie de m’enfermer. Et je ne me reconnaissais pas forcément dans le marché du travail tel que l’on peut nous le présenter en école de commerce. Je suis donc partie à l’étranger où j’ai vécu pendant presque 2 ans. L’idée de l’entreprenariat est venue petit à petit, au fil de mes expériences professionnelles et personnelles.

Décris-nous ta journée type !

C’est ce qui est bien : je n’ai pas de journée type ! En général, je me lève tôt et je prends le temps de déjeuner et de me préparer, en répondant à mes mails et en faisant le planning de ma journée. J’ai tendance à me disperser donc c’est essentiel que je planifie mon temps et que je me donne des objectifs précispour ne pas passer du coq à l’âne en permanence, ce qui n’est pas toujours facile quand on gère plein de choses à la fois. Je suis moins efficace le soir, donc c’est le moment que je réserve à mes activités – le sport notamment – et mes proches.

En quoi crois-tu ?

Je suis une optimiste qui croit qu’il est encore temps de changer les choses et que si tout le monde y met de la bonne volonté, on arrivera à recréer un monde qui respecte tout son environnement et de façon durable. Mais je crois aussi que pour cela, il faut arrêter les discours moralisateurs et montrer à tout le monde que ça n’a pas besoin d’être une contrainte. Au contraire, une consommation plus responsablequi nous fait du bien tout en faisant du bien à la planète, c’est un luxe.

Qu’est-ce que tu voudrais voir changer dans le monde ?

Je risque de paraître un peu vieux-jeu mais j’aimerais qu’il y ait plus de respect dans le monde. Je parle de respect au sens large, celui qui consiste à respecter la personne à qui l’on écrit en lui proposant un texte sans fautes d’orthographe, au fait de respecter le piéton en s’arrêtant au passage clouté, à celui de respecter la nature en ne la maltraitant pas et en lui permettant de se renouveler. Et je ne parle pas de respecter la vie et la dignité humaine, qui devrait être une évidence. Je pense que si tout le monde agissait avec respect, beaucoup de nos problèmes disparaitraient.

Quelle est la personne qui t’inspire ?

Il y a de très nombreuses personnes, connues ou pas, qui m’inspirent par certains aspects de leur personnalité ou de leur parcours. Si je devais citer des noms ce serait des hommes que j’admire comme Nelson Mandela mais aussi des personnalités moins lisses comme Coco Chanel.

Quelle est la mode que tu aimes ?

La mode qui me ressemble, celle qui me va et qui correspond à ma personnalité et à l’image que j’ai de moi. Pour paraphraser une grande couturière citée au-dessus, je pense que le style est plus important que la mode et qu’une femme qui a l’air déguisée parce qu’elle n’est pas à l’aise avec ses vêtements, c’est tout sauf élégant.

Qu’est ce qui te donne confiance dans l’avenir ?

Les petites et grandes réussites de chacun. Voir toutes les bonnes choses qui sont réalisables et réalisées est un excellent moteur. Je sais qu’on ne changera pas les choses chacun dans notre coin et je suis ravie de voir que de plus en plus de personnes oeuvrent ensemble dans ce sens.