TRANSFORMATION DE LA FIBRE DE LIN : LE TEILLAGE

De la plante de lin à la fibre

Deuxième grande étape du circuit de fabrication des vêtements La Révolution Textile, le teillage est l’opération qui permet la transformation de la plante de lin en fibre. Cette étape est particulière au lin, et comme le rouissage, elle requiert des compétences d’expert ainsi qu’une connaissance parfaite de la plante.

Comme pour la partie culture c’est la coopérative TERRE DE LIN qui nous a présenté cette étape.
Les 650 agriculteurs adhérents de la coopérative TERRE DE LIN sont tous propriétaires de la coopérative. Les 6 usines de teillages situées dans l’Eure et en Seine Maritime permettent aux adhérents de teiller leur lin à proximité des lieux de culture et de récolte.

Dans la tige, on retrouve les fibres longues (25% en volume), qui sont les fibres de meilleure qualité, celles que La Révolution Textile utilise pour confectionner ses vêtements et les fibres courtes (10%), que l’on retrouve par exemple dans les vêtements fabriqués avec des mélanges de matières (ex. lin-coton). Le bois, au centre de la tige, représente 50%. Il va servir à fabriquer de l’aggloméré ou de la litière (par exemple pour les chevaux) ou du paillage horticole. Dans les 18% restants, on retrouve de la poussière, valorisée comme engrais naturel pour les champs, et les graines, qui sont extraites pour fabriquer de l’huile pour fabriquer des peintures.

Teillage du lin

Alors, pour commencer, les adhérents livrent leur lin à l’usine sous forme d’énormes balles de 260 kgs. Chaque parcelle est identifiée et donnera un N° de lot au teillage. Ainsi le lin issu du teillage est-il totalement tracé depuis la parcelle.

livraison paille de lin

Les balles sont ensuite étalées à plat. Les opérateurs contrôlent l’épaisseur de la nappe afin d’assurer un teillage régulier. Lors du teillage, les fibres longues sont séparées des étoupes, anas et graines.

Un opérateur trie les fibres longues. En particulier, il écarte les fibres mal rouies. Ces dernières seront utilisées pour un autre usage (ficelle, …). En bout de chaîne, l’enrouleuse permet de faire des balles de fibres d’une centaine de kgs qui seront envoyées chez les négociants ou les filateurs.

triage du lin

Afin de faciliter la sélection des fibres pour les clients, les lots de fibres sont ensuite classées sur la base d’une méthode de classification organoleptique qui repose sur 5 critères : la force, la finesse, la nature, la couleur et l’homogénéité. Cette classification permet ensuite non seulement d’évaluer la qualité de la fibre, mais aussi d’établir son prix pour le client, et la rémunération de l’adhérent. Cette méthode a été établie dans un souci de rigueur et d’équité. Chaque producteur adhérent est en effet rémunéré en fonction de la qualité de sa production.

En conclusion, encore une fois on a pu observer que toutes ces étapes sont mécaniques, il n’y a pas d’intrant chimique ni de besoin en eau dans le processus, contrairement à la transformation des fibres artificielles ou du coton. Ce qui fait du lin l’une des fibres les plus respectueuses de l’environnement. Il n’y a pas de déchet dans la tige, rien n’est jeté, tout a son utilité – aussi simple soit elle ! C’est un argument supplémentaire d’importance : le lin est la fibre écologique par excellence !

liasse de lin