Coca-Cola, pire pollueur plastique au monde pour la cinquième année consécutive

Coca-cola pollueur plastique

Les pires pollueurs plastiques au monde ont été révélés, avec Coca-Cola en tête de liste pour la cinquième année consécutive. C’est particulièrement embarrassant compte tenu du parrainage de la COP27 par l’entreprise alimentaire et de boissons, qui s’est tenue en Égypte. « Au lieu de permettre à des entreprises comme Coca-Cola de blanchir leur image, les gouvernements doivent obliger ces pollueurs à investir dans la réutilisation et dans des systèmes alternatifs de livraison de produits qui évitent le problème en premier lieu », a déclaré Von Hernandez, coordinateur mondial de Break Free From Plastic. Le résultat provient de l’audit annuel 2022 de Break Free From Plastic, qui a également vu Mondelez International, Unilever et PepsiCo se nicher dans le Top 5 des pires pollueurs plastique au monde.

Que font les gouvernements du monde entier à propos des déchets plastiques ?

Les cinq principaux pollueurs ont été découverts grâce à un audit qui a vu 200 000 scientifiques citoyens dans 87 pays analyser les déchets ramassés sur les plages et ailleurs. Coca Cola ‘trashiversary’ les voit non seulement atterrir au premier rang pendant cinq années consécutives, mais ils ont également doublé leur empreinte de déchets au cours de la même période.

Break Free From Plastic utilise les résultats pour se joindre aux appels en faveur d’un traité mondial sur les plastiques, avec des mécanismes juridiquement contraignants et des politiques d’application, arguant que l’audit est la preuve qu’on ne peut pas faire confiance aux entreprises pour fixer leurs propres objectifs. « Les gouvernements du monde entier ont désormais la justification et la possibilité de traiter et d’inverser efficacement la crise de la pollution plastique en proposant un traité mondial sur les plastiques », poursuit Hernandez.

Y a-t-il eu des progrès sur un traité mondial sur les plastiques ?

En mars, les négociations ont commencé à l’Agence des Nations Unies pour l’environnement pour la mise en place d’un cadre pour résoudre la pollution plastique. Mais les pourparlers n’ont pas encore abouti. En 2018, l’ONU avait lancé un engagement mondial pour la nouvelle économie des plastiques avec l’adhésion volontaire d’entreprises de l’alimentation y compris les plus gros pollueurs plastiques. Un rapport d’étape en 2022 a déclaré que les objectifs fixés pour 2025 ne seront « presque certainement » pas atteints. « Les principaux pollueurs plastiques du monde ont jonché la planète de déchets plastiques – et l’ont clairement marqué de leur nom », ajoute Rosa Pritchard, avocate en plastique pour ClientEarth.

« Consommateurs, actionnaires et ONG se tournent vers le contentieux pour sortir ces entreprises de leur torpeur sur le plastique. « Pour ces entreprises, le risque de litige est particulièrement important : nous savons qu’elles sont à l’origine du problème des plastiques. Nous connaissons les dommages causés par la pollution plastique et le cycle de vie des plastiques. Les poursuites les tenant responsables ne sont qu’une question de temps.

Coca-Cola n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.