Le Royaume Uni, mauvais élève pour l’aide public à l’étranger
Royaume Uni Aide public
Table des matières

« Une grande partie de ce qu’on appelle l‘aide public au développement est maintenant dépensée à l’intérieur du Royaume-Uni. C’est choquant pour la réputation du Royaume-Uni et catastrophique pour bon nombre des (très) pauvres du monde », a déclaré l’ancien ministre conservateur de l’aide, Rory Stewart.

Des conséquences dévastatrice pour les plus pauvres

Le gouvernement conservateur britannique a réduit l’aide à l’étranger de 0,7% à 0,5% du revenu national brut (RNB) en 2020 afin de libérer plus d’argent pour les dépenses intérieures pendant la pandémie de Covid-19. « Le gouvernement britannique doit rétablir les dépenses d’aide à 0,7 % du RNB pour éviter un cycle annuel continu d’incertitude et de réductions de projets, qui entraîne des conséquences dévastatrices pour les personnes les plus pauvres du monde« , a déclaré Richard Watts, expert en financement du développement, Save the Children

Cette décision a réduit de plusieurs milliards le budget annuel de l’aide étrangère. Elle a eu un impact sur presque tous les programmes internationaux traitant de la santé mondiale et du travail humanitaire, selon Bond, un réseau d’agences de développement britanniques. Le Premier ministre Rishi Sunak, qui a supervisé la réduction lorsqu’il était ministre des Finances, a déclaré à l’époque que les dépenses étrangères devraient revenir à 0,7% de la production économique d’ici 2024-2025. Les groupes d’aide et de justice affirment que le manque à gagner serait un coup dur pour les pays les plus pauvres alors qu’ils luttent pour se remettre de la pandémie. De plus, ils sont aux prises avec une crise mondiale du coût de la vie exacerbée par la guerre en Ukraine.

Combien la Grande-Bretagne dépense-t-elle pour l’aide à l’étranger ?

En 1970, la Grande-Bretagne s’est engagée à consacrer au moins 0,7 % de son RNB à l’aide étrangère dans le cadre d’un pacte de l’ONU. Il fait partie des 30 pays riches, dont les États-Unis, l’Allemagne et le Japon, qui se sont engagés à respecter cet engagement minimum chaque année.

Les dépenses d’aide à l’étranger de la Grande-Bretagne l’année dernière ont totalisé 15,8 milliards de dollars, contre 18,6 milliards de dollars en 2020, selon les données 2021 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Comment se comparent les dépenses d’aide des autres pays ?

Plusieurs pays ont dépassé l’objectif d’aide de l’ONU, dont l’Allemagne (0,74%), le Luxembourg (0,99%), la Norvège (0,93%) et la Suède (0,92%), selon l’OCDE. Les États-Unis ont été le plus grand donateur en espèces l’année dernière. Il a dépensé 42,3 milliards de dollars, suivi de l’Allemagne (32,2 milliards de dollars), du Japon (17,6 milliards de dollars), de la Grande-Bretagne et de la France (15,4 milliards de dollars).

Le total de l’aide publique au développement (APD) en 2021 a augmenté de 4,4 % par rapport à l’année précédente, le chiffre le plus élevé jamais enregistré, selon l’OCDE. Le pic était principalement dû aux fonds dépensés pour les dons de vaccins Covid-19, a-t-il ajouté.

Nos autres articles