La colère et la peur font descendre la jeunesse dans la rue contre l’inaction climatique du gouvernement

Des centaines de personnes se sont rassemblées vendredi et samedi dans des villes telles que Nantes, afin de protester contre la politique climatique du gouvernement. Près de 500 manifestants étaient présents à Nantes pour manifester leur mécontentement face à l’inaction des autorités. Les manifestants demandent des mesures plus strictes et plus rapides pour lutter contre le changement climatique.

Une jeunesse en colère contre l’inaction du gouvernement

Emma, une lycéenne nantaise de 17 ans, souligne l’importance de la mobilisation : « Si nous ne nous mobilisons pas, personne ne s’y intéresse. » C’est pour cette raison que les 3 et 4 mars, de nombreuses villes de France ont organisé des marches pour le climat. À Nantes, plus de 500 personnes ont répondu à l’appel de Youth for Climate et des syndicats pour manifester leur mécontentement face à l’inaction gouvernementale face au changement climatique.

Le cortège était majoritairement composé de lycéens et d’étudiants qui avaient séché les cours pour participer à la mobilisation. La jeunesse scandait des slogans tels que « Macron, t’es foutu, la jeunesse est dans la rue » et « Et 1, et 2, et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité ! ». Les jeunes sont très conscients de l’urgence climatique et sont très remontés contre le gouvernement qui ne paraît pas les comprendre. « Le pouvoir me fait peur, car ils n’agissent pas », a déclaré Armand, un lycéen de 17 ans.

Mobilisation de toutes les générations

Le 25 mars 2022, seulement 2.500 jeunes se sont rassemblés, ce qui est une baisse par rapport à l’année précédente. Agnès, une lycéenne de 17 ans, a déclaré que la communication de Youth for Climate n’avait pas été aussi efficace qu’en 2021. Elle soupçonne la « période de révision » pour le baccalauréat de jouer un rôle dans ce phénomène. Emma, qui manifestait pour le climat pour la première fois aujourd’hui, a partagé sa crainte face à l’inaction.

A lire aussi  Comment le Plan Eau du gouvernement va-t-il nous aider à mieux gérer nos ressources en eau et à améliorer leur qualité ?

Les syndicats CGT, Solidaires et les Jeunes Communistes se sont réunis lors d’un rassemblement pour faire entendre leur voix. La Maison du peuple de Nantes, un centre social autogéré, a lancé le slogan « Fin du monde, fin du mois : même combat », afin de montrer leur opposition au capitalisme. D’autres slogans tels que « Écologie radicale, mort au capital » ont été criés durant la manifestation, renforçant ainsi leur message contre le système.

Des habitués des mouvements écologiques étaient également présents, dont Jean-Louis, âgé de 70 ans : « Je manifeste pour le climat depuis 1972 ! », a-t-il affirmé. Il s’amuse à se surnommer « Old for climate », et se réjouit de la mobilisation des jeunes pour la cause environnementale. D’autres manifestations étaient prévues vendredi et samedi dans les grandes villes françaises, notamment à Paris, Toulouse, Angers, Montpellier et Lyon.

 


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link