Comment les entreprises se battent pour survivre face aux défis environnementaux et économiques ?

La crise climatique est un défi considérable pour les entreprises. En effet, face à cette réalité grandissante, des dizaines d’entreprises se sont engagées à transformer leurs activités afin de répondre aux enjeux de la transition écologique. Une PME bourguignonne a par exemple installé un système lui permettant de récupérer la chaleur du processus de fabrication et ainsi diminuer sa consommation énergétique de 20%.

Mettre en place des formations

Les entreprises s’adaptent aux changements climatiques en mettant en place des formations pour les salariés et dirigeants. Les formations ont pour objectif d’accroître le niveau de connaissance sur le sujet mais aussi d’accompagner les professionnels dans leur transition écologique.

Ainsi, depuis 2023, le Club Med offrent régulièrement des formations diverses. Elles sont encadrées par Henri Giscard D’Estaing, ancien diplômé de Sciences-Po ayant reconverti son expertise de marketing en tourisme durable et rentable. Parallèlement, le Club Med a initié des partenariats avec le groupe Fosun, actionnaire majoritaire du groupe. La volonté commune est de proposer un service hautement qualitatif tout en restant respectueux de l’environnement.

Une crise qui modifie les flux commerciaux

Par ailleurs, le conflit russo-ukrainien a mis en lumière un certain nombre de difficultés quant au transport et à la commercialisation des céréales. Le 26 janvier 2023, un panel d’experts était réuni pour discuter des conséquences de ce conflit sur les flux commerciaux.

Nikolay Gorbachev a exprimé que malgré la mise en place de routes alternatives et du corridor céréalier en Mer noire, les exportations ukrainiennes de céréales et oléagineux tomberont sous 40 Mt pour la campagne de commercialisation 2023/24, contre 47,5 Mt exportés en 2022/23. De fait, la production prévue en 2023 sera divisée par deux (53 Mt) et les agriculteurs ne récupèreront qu’une faible somme pour chaque tonne vendue (80 $/t).

A lire aussi  La fibre de bois : un matériau écologique et résistant pour une isolation extérieure optimale

Des signaux pour encourager les producteurs

Face à cette situation, il est impératif pour les producteurs locaux de recevoir des aides et des incitations à cultiver. Lors de l’intervention, Nikolay Gorbachev a affirmé que la relance des surfaces cultivées passait par la mise en place de « signaux » à destination des producteurs sinon le monde ne bénéficiera pas d’assez de céréales et les prix vont grimper.

De même, Xavier Huillard, Président du groupe ADP a expliqué que pour attirer et maintenir des investissements significatifs dans le secteur, il fallait transmettre une image attrayante aux acteurs économiques et développeurs. Il a donc été question de combiner innovation technologique et transition énergétique pour rassurer les industriels et s’adapter aux grands mouvements en cours. En conclusion, les entreprises font face à un grand challenge en matière d’adaptation à la crise climatique.

Tandis que certaines cherchent à réduire leur impact environnemental, d’autres doivent s’adapter aux crises politiques qui impactent lourdement l’industrie alimentaire. Cependant, la mise en place de formations spécifiques et la transmission de signaux aux producteurs devront être suffisantes afin de s’adapter aux changements climatiques et assurer le bon fonctionnement des acteurs économiques.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link