Limiter le réchauffement à 1,5 °C : irréaliste et pourtant indispensable
Objectif 1,5 °
Table des matières

L’accord sur la création d’un fonds pour les pertes et dommages pour les pays vulnérables était une lueur d’espoir. Mais c’est bouleversant de voir à quel point les principaux décideurs traitent avec légèreté la limite de réchauffement climatique de 1,5 ° C. Ce ne sont pourtant pas les avertissements qui manquent ! Nous sommes sur le point de franchir cette limite.

Un objectif de plus en plus difficile à atteindre

Nous sommes actuellement à 1,2°C de réchauffement au-dessus des niveaux préindustriels. Selon une étude récente, au rythme actuel d’émissions de carbone, nous atteindrons 1,5 °C dans neuf ans. L’année prochaine, alors que l’économie chinoise, le plus grand émetteur de carbone au monde, devrait rebondir, les émissions mondiales pourraient encore augmenter. Le dépassement de 1.5°C du réchauffement est « presque inévitable », dit le Groupe d’experts intergouvernemental des Nations Unies sur l’évolution du climat (GIEC).

Un retour rapide en dessous de ce seuil d’ici la fin du siècle est possible, mais il dépend d’une réduction drastique des émissions de 40 % d’ici 2030. Tout cela signifie que nous devrons aller de plus en plus vite si nous voulons que l’objectif de température reste une réalité. Mais l’écart entre l’engagement de maintenir à 1,5°C et les mesures prises ne peut pas être plus large.

En Égypte, les dirigeants mondiaux ont convenu de maintenir à 1,5°C. C’était l’accord principal. Mais si vous avez suivi les deux semaines de négociations et de conversations parallèles au sommet sur le climat, l’objectif semble être une blague. Les dirigeants mondiaux ne pouvaient pas du tout s’engager concrètement à progresser vers cet objectif. La proposition d’éliminer progressivement tous les combustibles fossiles (pas seulement le charbon) a été rejetée. Un nouveau programme visant à accélérer les réductions d’émissions au cours de cette décennie n’aura pas de nouveaux objectifs, ni de délais plus courts, conformément aux règles convenues. Les pays ont refusé d’accepter de relooker si leurs engagements climatiques volontaires étaient alignés sur l’objectif de 1,5°C.

De nombreux doigts ont été pointés vers des pays bloquant une action climatique plus forte. Parmi lesquels la Russie, la Chine et les producteurs de pétrole du groupe des nations arabes. Ils méritent un examen minutieux, mais il y a aussi d’autres problèmes. D’une part, les pays développés semblent toujours renvoyer la responsabilité de la décarbonisation aux pays en développement. Les appels à une plus grande ambition climatique sont venus fort des quartiers européens, mais le financement climatique pour aider les pays du Sud a été un filet. Le groupe de pays riches du G7 a offert 20 milliards de dollars à l’Indonésie pour sa transition du charbon vers les énergies renouvelables. Cependant, même cette somme est dérisoire par rapport aux 600 milliards de dollars dont l’Indonésie a besoin pour un abandon complet du charbon.

« Mon défi pour vous tous est d’y arriver avant nous »

Lors d’un discours en plénière de la COP27, Romina Pourmokhtari, ministre suédoise du climat, a vanté l’objectif de son pays d’être « climatiquement neutre » d’ici 2045. « Mon défi pour vous tous est d’y arriver avant nous », a-t-elle déclaré. Envisager la décarbonation comme une course contre la Suède, un riche pays européen, a semblé sourd.

À l’ordre du jour de la COP27, le capitalisme vert a pris le pas sur des discussions plus importantes sur la qualité de vie et l’équité de notre planète. Prenez l’élimination du carbone, un concept qui comprend une technologie non testée avec des risques. Il a été évoqué dans les pourparlers et les discussions sur les marchés du carbone avant même que les technologies ne soient essayées et testées.

En effet, le GIEC a déclaré que pour décarboner rapidement, nous devons éliminer le dioxyde de carbone de l’air – avec un scénario à 1,5 ° C nécessitant plus de 1 000 tonnes d’élimination de dioxyde de carbone d’ici 2100. Mais le GIEC a également averti que les méthodes d’élimination du carbone, allant de la gestion des forêts à la modification des océans pour dissoudre davantage de dioxyde de carbone, pourraient entraîner des risques substantiels pour les personnes, l’environnement et même le climat – en cas de fuite des réserves de carbone.

La prochaine étape rationnelle consiste à étudier les technologies d’élimination du dioxyde de carbone, à trouver la combinaison d’options la plus sûre et la plus efficace – et non à les monétiser dans un mécanisme de marché.

L’objectif de 1,5 °C n’est pas réaliste, mais nous ne devons pas abandonner

Étant donné que les pays répugnent à renoncer à une croissance économique non durable et que nous sommes sur le point de dépasser l’objectif de 1,5 ° C, certains pays semblent avoir complètement abandonné ce chiffre. Fernanda de Carvalho, experte en climat et énergie au sein du groupe environnemental WWF et observatrice lors des négociations de la COP27, a déclaré que la Chine et l’Inde étaient plus désireuses de poursuivre des objectifs de 2°C. Ces pays affirment que l’accord historique sur le climat de l’Accord de Paris, conclu en 2015, s’était initialement concentré sur 2 °C, et non 1,5 °C.

La Chine et l’Inde sont-elles réalistes ? Le fait est que maintenir le réchauffement climatique à 2 °C donne au monde plus de marge de manœuvre 31 ans au rythme actuel des émissions, en fait, contre neuf. Ce scénario n’est pas envisageable. Surtout lorsqu’actuellement à 1,2° C de réchauffement climatique des pays comme le Pakistan subissent des inondations record causant la mort de 1 700 personnes et 30 milliards de dollars de pertes économiques, que des cyclones, des inondations, des feux de forêts emportent de nombreuses vies chaque année.

Atteindre 1,5°C de réchauffement ne sera probablement pas une question de vie ou de mort pour les personnes des pays riches, mais ce le sera pour des millions de personnes dans le monde vivant en première ligne des risques climatiquesDe plus, si nous fixons un objectif plus lâche tel que 2 ° C, ce sera presque une garantie que nous le dépasserons également. Et « chaque fraction de degré compte pour les communautés vulnérables », comme l’a déclaré Inger Anderson, chef du Programme des Nations Unies pour l’environnement. Tout en présentant des recherches indiquant que le monde se dirigeait vers un réchauffement de 2,5°C.

On peut soutenir qu’une cible inaccessible pourrait offrir de faux espoirs aux communautés vulnérables. Ou bien il pourrait être instrumentalisé par des gouvernements qui ne respectent que du bout des lèvres les engagements climatiques mais qui font très peu pour décarboner. Mais il vaut toujours la peine de s’en tenir au chiffre de 1,5°C, car ce qui nous empêche d’y arriver, c’est un manque de volonté politique et de compréhension mutuelle et non une barrière technique.

Des solutions possibles ont été suggérées par le GIEC qui sont centrées sur les énergies renouvelables et la nature. D’autres ont dit qu’un système financier mondial plus distributif serait essentiel. Ces idées ont été explorées lors de la COP27. Elles ont été, soit rejetées, soit reconnues dans des clauses génériques. Les dirigeants mondiaux peuvent-ils faire mieux à la COP28 ? Il faut s’accrocher à cet espoir même si la COP27 nous a appris à tempérer nos attentes.

Nos autres articles