Le « tarif carbone » : les industries polluantes enfin sanctionnées sur leurs importations vers l’UE

L’Union européenne vient de conclure un accord unique en son genre pour imposer un tarif carbone sur les marchandises importées. Connu sous le nom de mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (CBAM), son objectif est d’empêcher les entreprises de déplacer des activités polluantes vers des pays où les règles environnementales sont plus faiblesIl protège également les entreprises européennes contre la concurrence de produits moins chers et moins respectueux de l’environnement importés d’ailleurs.

Un projet unique en son genre

Le nouveau projet de loi sera « le premier du genre », selon le Parlement européen. Le CBAM couvrira initialement les industries à forte intensité de carbone comme le fer et l’acier, ciment, aluminium, engrais et production d’électricité. L’hydrogène importé a également été ajouté à l’accord après que les législateurs ont fait pression pour son inclusion lors des négociations. « Le CBAM sera un pilier crucial des politiques climatiques européennes », a déclaré Mohammed Chahim, le négociateur en chef de l’UE, dans un communiqué. « C’est l’un des seuls mécanismes dont nous disposons pour inciter nos partenaires commerciaux à décarboner leur industrie manufacturière. »

Chahim a également déclaré que l’accord permettra à l’UE d’appliquer sa politique de « pollueur-payeur » à l’industrie.

Comment fonctionnera le tarif carbone ?

Les importateurs devront déclarer leurs émissions directement liés au processus de production et si ceux-ci dépassent les normes européennes, obtenez un «certificat d’émissions» au prix du CO2 dans l’UE. L’accord a été conclu mardi 13 décembre au matin après des négociations qui ont duré toute la nuit. Il fait partie d’un ensemble de mesures visant à réduire les émissions de l’UE de 55 % d’ici 2030 et éviter un changement climatique catastrophique.

Les pays pauvres supporteront-ils le coût du tarif carbone ?

Certains disent que le tarif carbone aura un impact négatif sur les habitants des pays qui font déjà face aux pires conséquences du changement climatique. « Les Européens sont responsables du double des émissions de carbone par rapport à la moitié la plus pauvre du monde« , déclare Chiara Putaturo, experte en fiscalité européenne d’Oxfam. « Pourtant, l’UE vient d’accepter de refiler la responsabilité aux moins responsables en les forçant à payer un tarif bien qu’ils soient les plus durement touchés par la crise climatique. » Putaturo ajoute que l’UE n’a pas accepté de canaliser les revenus vers financement climatique des fonds non plus.

« L’UE et les pays de l’UE doivent augmenter les fonds de financement climatique, surtout maintenant que les pays pauvres vont supporter le coût du tarif carbone. » L’Oxfam demande au bloc de veiller à ce que l’argent provenant de CBAM soit acheminé vers le financement climatique pour les pays pauvres. L’ONG affirme également que les pays les plus pauvres ou les pays les moins avancés (PMA) devraient bénéficier d’une période d’exclusion ou d’exemption.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link