Sécheresse : les Pyrénées-Orientales interdisent la vente de piscines hors-sol, une mesure inédite et controversée !

Les Pyrénées-Orientales, une région durement touchée par la sécheresse, ont décidé d’interdire la vente de piscines hors-sol. Cependant, cette mesure est considérée comme inédite et son cadre juridique est incertain.

Une interdiction liée à la sécheresse

Au printemps, les piscines hors-sol deviennent un équipement très populaire et sont de plus en plus présentes dans les supermarchés, les jardineries et les magasins de bricolage, offrant des options pour presque tous les budgets. Cependant, dans les Pyrénées-Orientales, il ne sera bientôt plus possible d’en acheter.

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a annoncé cette mesure choc lors d’une interview sur RTL le 5 mai, dans le but de prévenir les acheteurs qui pourraient être tentés de remplir leur piscine malgré l’interdiction en temps de sécheresse.

De nombreuses restrictions déjà en place

En raison de la sécheresse extrême qui sévit dans la région depuis juin 2022, la préfecture a déjà mis en place différentes restrictions d’eau, notamment l’interdiction de remplir sa piscine depuis fin février, lorsque le département est passé en « alerte renforcée ». Cependant, le préfet du département, Rodrigue Furcy, a décidé de prendre des mesures plus strictes.

À partir du 10 mai, les bassins de la Têt et de l’Agly seront placés en situation de « crise », le niveau d’alerte le plus élevé du plan sécheresse. L’arrêté préfectoral, qui devrait inclure de nouvelles restrictions pour l’ensemble du département, y compris l’interdiction de vente de piscines hors-sol, devrait être publié le 9 mai, mais il n’est pas encore finalisé selon la préfecture.

Une première en France

Il est annoncé que l’interdiction de changer l’eau d’une piscine serait une première en France. En général, lorsqu’une autorité décide d’interdire la vente d’un produit, c’est en raison d’un risque ou d’un danger pour les consommateurs. Par exemple, les préfets peuvent interdire la vente à emporter de boissons alcoolisées pour éviter les troubles à l’ordre public, ou la vente de feux d’artifice pendant le 14 juillet pour prévenir les risques d’incendie ou d’accident.

A lire aussi  Création d'un Club climatique international au sein du G7 pour accélérer la transition énergétique mondiale

Cependant, pour les piscines, les fondements juridiques de cette mesure sont actuellement inconnus, ni le ministère ni la préfecture n’ayant pu nous les préciser.

La Fédération des professionnels de la piscine (FPP) attend de connaître les détails du texte pour réagir. Selon Joëlle Pulinx, la déléguée générale, les professionnels collaborent régulièrement avec les pouvoirs publics sur différents sujets, notamment la gestion de l’eau pendant la période de sécheresse actuelle.

Revoir nos modes d’utilisation

Elle insiste sur le fait que les fabricants et vendeurs de piscines ne doivent pas être considérés comme des boucs émissaires, car les piscines ne représentent que 0,15% de la consommation d’eau sur l’ensemble du territoire. Elle ajoute que l’utilisation de l’eau pour les piscines a considérablement diminué au cours des 20 dernières années, et que l’eau d’une piscine ne doit jamais être changée, sauf en cas d’utilisation incorrecte de la piscine.

Quant à l’évaporation, Joëlle Pulinx estime qu’il existe des solutions pour réduire ce phénomène de 40 à 90% même pour les piscines hors-sol, telles que les couvertures à bulles, les volets automatiques ou les couvertures solaires automatiques. Elle souligne également que les consommateurs doivent être sensibilisés et remettre la couverture après chaque baignade. La FPP prévoit une campagne d’information pour inciter les détenteurs de piscines à adopter les bons gestes.

[winamaz table= »22″]


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link