Sécheresse : Découvrez les impacts des restrictions d’eau sur notre vie quotidienne, sur l’agriculture, le jardin et les piscines privées

Actuellement en pleine sécheresse hivernale, des restrictions d’eau sont imposées dans certains départements et communes. Elles varient selon les niveaux d’alerte : vigilance, alerte de niveau 1, alerte renforcée et crise. Des autorisations et des interdictions sont alors définies pour chaque niveau d’alerte. A quoi correspondent les niveaux d’alerte en cas de restriction d’eau ? Quels sont les usages interdits ou restreints ? Que risque-t-on en cas de non respect des règles ? Décryptage.

Qui décide ?

En fonction des niveaux de réserves d’eau constatés, des seuils limites sont déterminés et diffèrent selon les départements. Ces niveaux sont surveillés en permanence grâce à des stations automatisées. Dès lors que ces seuils sont dépassés, les préfets peuvent prendre des mesures de limitation ou de suspension des usages de l’eau. Ces décisions sont affichées dans les mairies des communes concernées et publiées dans les journaux locaux, à l’intérieur d’un arrêté valable pour une durée limitée. Si les restrictions sont prolongées, un nouveau document doit être émis.

Quels départements concernés ?

Le ministère de la Transition écologique et solidaire propose une carte sur son site propluvia.developpement-durable.gouv.fr afin d’informer les citoyens sur les restrictions d’eau en vigueur. En choisissant le nom du département où ils habitent, les utilisateurs peuvent connaître le niveau de vigilance sécheresse et les règles à respecter. De plus, le site permet d’accéder aux arrêtés de restriction d’eau pris par les Préfets pour chaque département. À ce jour, 18 départements de France métropolitaine sont concernés par ces mesures, selon les informations disponibles sur Propluvia.

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a annoncé le 22 février 2023 sur Franceinfo qu’une restriction en eau pourrait être instaurée dès mars pour éviter des conditions catastrophiques en juin ou juillet. Le 27 février, il a exhorté les préfets des régions concernées – l’Occitanie, l’Auvergne-Rhône-Alpes et le Sud – à ne pas hésiter à prendre des arrêtés en raison de l’alarme suscitée par le manque d’eau dans les sols. Des réunions sont prévues avec les comités départementaux de ressources en eau afin de déterminer s’il est nécessaire ou non de mettre en place des restrictions.

A lire aussi  L'agroécologie : une véritable révolution pour l'avenir de notre planète

Les différents niveaux d’alerte

En cas de restriction d’eau, il existe quatre niveaux d’alerte. Au niveau « vigilance », les professionnels et les particuliers sont informés des risques de sécheresse et des mesures à prendre pour faire des économies d’eau. Au niveau « alerte 1 », une baisse des prélèvements d’eau pour l’agriculture inférieur ou égal à 50%, ainsi que l’interdiction de manœuvres de vannes et l’arrosage des jardins, peuvent être appliqués jusqu’à trois jours par semaine. Au niveau « alerte renforcée », ce sont des restrictions plus importantes qui s’appliquent, comme l’interdiction d’arrosage et le lavage des voitures. Enfin, en cas de crise, tous les prélèvements non prioritaires sont interdits, et seuls ceux jugés indispensables (eau potable, santé, salubrité…) sont autorisés.

Les règles à respecter par niveau

En cas de vigilance sécheresse, le préfet met en place des mesures d’information afin d’avertir les professionnels et les particuliers des risques de sécheresse. Des conseils sont également donnés pour réduire la consommation en eau. Cependant, aucune restriction n’est mise en place.

En cas d’alerte de niveau 1, les particuliers ne sont pas autorisés à arroser leur jardin, leurs pots et leurs balcons pendant une plage horaire généralement comprise entre 8 heures et 20 heures. Cependant, ces horaires peuvent varier selon le département. L’arrosage des potagers n’est généralement pas limité à ce niveau d’alerte. Le remplissage des piscines est interdit, sauf si c’est la première fois qu’elles sont remplies. Il est également possible que le lavage de la voiture à la maison soit interdit. Pour plus d’informations, il est recommandé de consulter l’arrêté de restriction d’eau. Ces règles s’appliquent également à l’eau issue d’un puits.

A lire aussi  Découvrez comment cette méthode incontournable au jardin va vous faire économiser de l'eau et de l'argent !

En cas d’alerte renforcée, l’arrosage des jardins et des potagers est limité et peut même être interdit. De même, le lavage des voitures à domicile est strictement interdit.

En cas de crise, il est imposé des restrictions d’utilisation de l’eau. Toute consommation non vitale ou à des fins sanitaires est interdite. Par exemple, l’arrosage des jardins, le lavage des voitures, même dans une station, et le remplissage des piscines ne sont plus autorisés.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link