« Nous sommes à notre limite » : les pays en développement obtiennent une victoire rapide à la COP27, avec des pertes et des dommages à l’ordre du jour

cop 27

La compensation climatique est en train de devenir la question déterminante de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique de cette année en Égypte. Depuis plus de 30 ans, les pays en développement réclament des financements spécifiques – connus sous le nom de « pertes et dommages » – pour faire face aux catastrophes provoquées par les fortes émissions des pays développés. Maintenant, les pertes et les dommages sont enfin à l’ordre du jour de ce COP27 dans une première victoire significative pour les nations vulnérables au climat. Une COP réussie n’aurait pas été possible sans elle. Mais les militants ont clairement indiqué que les mots seuls ne garantissent pas un résultat significatif.

Qu’est-ce qu’une perte et un dommage ?

Pertes et dommages fait référence aux impacts du changement climatique qui causent déjà des ravages et auxquels les pays ne peuvent pas faire grand-chose pour s’adapter.

Parler à Culotte Carbonele professeur Saleemul Huq, directeur du Centre international pour le changement climatique et le développement (ICCCAD) et l’un des premiers défenseurs du concept, décrit la perte comme « des choses qui ont été complètement perdues et qui ne reviendront pas – comme des vies humaines ». Toujours sous le choc des inondations record de cette année, le Pakistan fournit un exemple frappant de la nécessité de financer les pertes et dommages, avec 1 719 vies perdues et la facture de réparation estimée à 40 milliards d’euros.

Quel financement climatique les pays développés ont-ils fourni ?

Jusqu’à présent, financement climatique a été principalement divisé en flux de financement d’atténuation et d’adaptation. Lors de la COP de 2009 à Copenhague, les pays développés ont convenu de mobiliser 100 milliards de dollars (101 milliards d’euros) par an d’ici 2020 pour soutenir l’action climatique dans les pays en développement.

Ils échouent toujours sur ce point – en particulier sur le front de l’adaptation qui, bien qu’il soit censé représenter la moitié de tous les financements, ne représente que 34 % (environ 29 milliards d’euros) du total de 83 milliards de dollars (83 milliards d’euros) selon le dernier rapport de l’ONU. écart d’émissions rapport.

Les pays de l’hémisphère sud ont clairement indiqué que l’adaptation (le financement des défenses contre les inondations, par exemple) ne peut pas être oubliée à l’ordre du jour. Mais le besoin d’argent destiné aux pertes et dommages devient de plus en plus urgent.

Avant le début de la COP27, l’ambassadeur Conrod Hunte, vice-président de l’AOSIS (l’Alliance des petits États insulaires), a déclaré à Euronews Green que « la COP27 sera un sommet déterminant pour les petits États insulaires en développement, en particulier sur la question de pertes et dommages financement de la réponse.

« Nous sommes à notre limite, au propre comme au figuré. La communauté internationale s’accorde généralement à dire que l’architecture financière mondiale ne répond pas aux vulnérabilités uniques de nos îles. Nous subissons des impacts de plus en plus mauvais au-delà de nos limites d’adaptation et les écarts se creusent. Ce doit absolument être la COP pour faire passer les dialogues interminables à une action décisive.

Sur quoi les dirigeants de la COP27 se sont-ils mis d’accord jusqu’à présent sur les pertes et dommages ?

Après des pourparlers houleux qui ont vu l’AOSIS et une coalition de 134 pays en développement (le G77) plus la Chine débattre jusqu’au petit matin du dimanche, les pertes et les dommages figurent noir sur blanc à l’ordre du jour final.

Les négociateurs du gouvernement ont convenu de lancer des pourparlers sur « les questions relatives aux accords de financement en réponse aux pertes et dommages associés aux effets néfastes du changement climatique ». Ceci, disent-ils, « en vue d’adopter une décision définitive au plus tard en 2024 ».

« Nous ne voulons pas être ici, exigeant un financement pour notre réponse aux pertes et dommages. Nous ne voulons pas être traités comme si vous nous rendiez service en ajoutant un point à l’ordre du jour ou en créant un fonds volontaire », a déclaré l’ambassadeur Hunte en réponse. .

Climate Action Network International (CAN), un réseau environnemental de plus de 1 900 groupes de la société civile, a souligné que le calendrier de mise en place d’un mécanisme de financement des pertes et dommages ne peut être reporté à 2024.

Que faut-il donc pour réellement avancer sur ce dossier vital ?

Comment la COP27 peut-elle réussir sur les pertes et dommages ?

« Financement des pertes et dommages : pas le temps de s’asseoir et de se détendre ! » dirige le titre du bulletin ECO, la voix du CAN et d’autres ONG à la COP.

Pour éviter de se retrouver une fois de plus avec une « coquille vide », ils disent qu’il est crucial d’obtenir une décision d’ici la fin du sommet de deux semaines sur l’établissement d’une nouvelle « installation » pour les pertes et dommages.

Les pays en développement ont clairement indiqué lors de la COP26 à Glasgow qu’ils souhaitaient que cette facilité soit un fonds payé par les grands émetteurs, canalisant des subventions plutôt que des prêts, ce qui les endetterait davantage.

« Il existe de nombreuses options de financement supplémentaire, à commencer par examiner les pires pollueurs via une taxe sur les dommages climatiques ou une impôt exceptionnel sur le profits scandaleux que les entreprises de combustibles fossiles transportent cette année », ajoute le rapport ECO.

Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a également été un partisan passionné de cette approche. « Je demande à tous les gouvernements de taxer les bénéfices exceptionnels des entreprises de combustibles fossiles », a-t-il déclaré lors du Sommet mondial des dirigeants aujourd’hui. « Redirigons l’argent vers les personnes aux prises avec la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie et vers les pays qui subissent des pertes et des dommages causés par la crise climatique. »

Une nouvelle analyse de Global Justice Now souligne que les 5 grandes compagnies pétrolières (dont BP et Coquille) a annoncé plus de 170 milliards de dollars de bénéfices en 2022. « Pour mettre cela en perspective, c’est plus que les 116 milliards de dollars par an que les pertes et les dommages sont estimés coûter au sud du monde, à ce jour. »

Une taxe sur les pollueurs est une proposition populaire parmi tant d’autres pour payer la facture des « réparations » climatiques. Mais il est important de noter que les pertes et les dommages sont signalés dans le processus de la COP depuis des années, bien que les pays les plus riches continuent de bloquer la voie.

Aujourd’hui, lors de cette « CdP de mise en œuvre », les défenseurs des pertes et des dommages veulent activer certaines des parties dormantes des accords passés. Il s’agit notamment du Mécanisme international de Varsovie sur les pertes et dommages associés aux impacts du changement climatique (WIM) et du Réseau de Santiago sur les pertes et dommages.

UN déclaration de l’AOSIS indique que ces institutions doivent être correctement financées et dotées de ressources pour accomplir leur mission.

« Nous ne pouvons pas prétendre lutter contre la crise climatique si nous donnons un coup de pied dans la rue sur des questions telles que les pertes et les dommages », commente Mohamed Adow, fondateur et directeur de PowerShift Africa. « Nous sommes sur le continent où les pertes et les dommages sont une réalité. »

« Il n’est pas trop tard pour que cette COP soit à la hauteur de l’Afrique et du monde en développement, là où d’autres conférences les ont déçus. Mais nous ne pouvons plus esquiver cette question vitale. »

« Les pays du Sud doivent s’unir derrière la décision de mettre en place un mécanisme de financement des pertes et dommages », ajoute le directeur exécutif de CAN-International Tasneem Essop. « Nous ne sommes pas encore vaincus.