Eczéma : Comprendre et traiter cette affection de peau courante avec des méthodes naturelles

L’eczéma est une affection cutanée assez commune qui touche les nouveau-nés, les adolescents et les adultes. Au cours des trois dernières décennies dans les pays industrialisés, tout comme les allergies, les mesures sanitaires liées à l’épidémie d’eczéma ont triplé. Aujourd’hui, 1/5 des enfants de moins de 7 ans et 18% des enfants âgés de 7 à 16 ans sont sujets à cette dermatose prurigineuse. Souvent associé à l’asthme ou à d’autres formes de réactions allergiques, on pense que l’eczéma résulte à la fois de facteurs génétiques et environnementaux.

Qu’est-ce que l’eczéma ?

Définition de l’eczéma : Définie comme une inflammation de la peau, l’eczéma se caractérise par des démangeaisons, de petites vésicules, des rougeurs et une desquamation. Plusieurs possibilités pourraient expliquer l’apparition de l’eczéma :

Dermatite de contact : Touchant généralement les adultes, la dermatite de contact survient suite au contact avec un métal ou un produit chimique. En ce qui concerne les symptômes de la dermatite de contact, le sujet se plaint généralement de démangeaisons précédées de plaques rouges et de vésicules sur le site ayant été en contact avec la substance allergène.

Eczéma atopique ou dermatite : Dans certains cas chez les nourrissons, des spécialistes soupçonnent que les changements dans les habitudes alimentaires infantiles sont une cause de la dermatite atopique si l’allaitement maternel n’est plus une priorité pour les mères. De plus, il existe également une hypothèse selon laquelle une exposition précoce aux allergènes alimentaires joue un rôle. On a constaté que l’allaitement exclusif au cours des trois premiers mois protège partiellement contre l’eczéma atopique.

A lire aussi  Artemisia annua : une plante incroyable aux multiples bienfaits pour la santé et sujets de nombreuses recherches

Facteurs génétiques et environnementaux

Il est important de noter que ce type d’eczéma a une origine génétique puisque, dans 70% des cas, les vrais jumeaux développent tous deux cette affection et entre 50% et 70% des parents ayant des enfants touchés par l’eczéma ont également développé cette condition eux-mêmes. En ce qui concerne les facteurs environnementaux, des allergènes, du stress ou une exposition au soleil sont largement responsables des symptômes de l’eczéma.

Traitement naturel de l’eczéma avec des plantes

En phytothérapie, certaines plantes sont reconnues pour leurs bienfaits. Pour traiter l’eczéma, on peut envisager :

  • Avoine : Les grains d’avoine ont des propriétés anti-démangeaisons et apaisantes. Pour soulager l’eczéma, il est recommandé de les utiliser en externe.
  • Camomille : Une plante vertueuse très appréciée par les amateurs d’infusion, la camomille est reconnue pour ses propriétés apaisantes, anti-inflammatoires et anti-démangeaisons. Pour soulager les problèmes de peau, il est recommandé de l’appliquer en externe ou d’utiliser des compresses trempées dans l’infusion de camomille sur la zone affectée.
  • Beurre de karité : Appliqué lors d’un massage, le beurre de karité est très bénéfique pour apaiser les problèmes de peau.
  • Onagre : Également appelée primevère du soir, cette plante aux vertus hautement appréciées en cosmétique biologique se présente sous forme d’huile à usage externe ou de capsules à usage interne.
  • Bourrache : Très appréciée pour ses propriétés anti-inflammatoires, ainsi que pour ses effets apaisants et cicatrisants, l’huile de bourrache est indiquée pour les massages sur les régions cutanées touchées.
  • Argile verte : Véritable agent anti-inflammatoire, l’argile verte est également connue pour ses propriétés émollientes et cicatrisantes.
A lire aussi  Jeûne Intermittent : révolutionnez votre santé et votre poids avec cette méthode innovante

L’utilisation de crème de calendula ou de compresses trempées dans l’infusion de souci en application externe fait preuve d’une efficacité avérée pour traiter l’eczéma.

Conseils importants :

Traiter avec des plantes est une chose, mais le faire sous la supervision d’un spécialiste en phytothérapie est encore mieux. N’hésitez pas à demander conseil à un herboriste pharmacien ou, encore mieux, à votre médecin.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link