Il est temps de prendre au sérieux l’adaptation au climat, voici comment.

changement climatique

Pendant des années, les alertes au changement climatique ont suivi un schéma similaire : Agir maintenant pour éviter des conséquences catastrophiques à l’avenir. Pourtant, alors que nous entrons dans le 27e Sommet sur le climat de la Conférence des Parties des Nations Unies (COP27) à Charm el-Cheikh, en Égypte, ce message à lui seul ne suffit pas. Nous devons également nous concentrer sur la nécessité de nous protéger et de protéger notre planète aujourd’hui.

Le changement climatique n’est plus une menace lointaine

Elle est là, affectant les vies et les moyens de subsistance et perturbant les cycles hydrologiques et écologiques. La terre s’est réchauffée de 1,1 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, et le nombre de catastrophes liées au climat et aux conditions météorologiques a augmenté de près de 35 % depuis les années 1990. Il suffit de penser aux récentes inondations dévastatrices au Pakistan et au Nigéria qui ont tué des centaines de personnes et déplacé des millions de personnes.

Alors que nous devons empêcher de nouvelles augmentations de température en continuant d’atténuer nos émissions de gaz à effet de serre et de régénérer les systèmes alimentaires, hydriques et océaniques, nous devons également nous efforcer sérieusement de nous unir pour nous adapter aux réalités climatiques d’aujourd’hui. L’adaptation au climat doit faire partie d’une stratégie holistique sur le changement climatique. Cela signifie revoir et ajuster notre approche commerciale et politique, et déployer des solutions technologiques, financières et autres pour être mieux préparés et réactifs aux changements environnementaux et aux événements météorologiques.

Il est clair que nous devons faire plus pour aider les personnes les plus à risque. Selon le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, près de 3,3 milliards de personnes – la moitié de la population mondiale – vivent dans des climats très vulnérables. Les personnes les plus exposées sont souvent aussi les moins responsables du changement climatique et les moins équipées pour réagir à ses impacts. Considérons, par exemple, le sort des petites nations insulaires confrontées aux effets catastrophiques de l’élévation du niveau de la mer.

Mais l’adaptation ne concerne pas seulement les plus vulnérables

Comme l’ont montré les événements météorologiques extrêmes récents dans les pays en développement et développés, nous sommes tous exposés aux effets du changement climatique. Les sécheresses, les incendies de forêt et autres catastrophes naturelles augmentent en fréquence et en intensité, laissant dans leur sillage des vies perdues, des infrastructures endommagées et des chaînes d’approvisionnement perturbées. Chaque gouvernement, entreprise et individu doit se préparer.

Plus nous attendons pour nous concentrer sur l’adaptation, plus de vies seront affectées, et plus cela sera difficile et coûteux. L’ONU estime que le coût actuel de la satisfaction des besoins d’adaptation est de 70 milliards de dollars américains. D’ici 2050, il pourrait atteindre 500 milliards de dollars américains. Selon le Carbon Disclosure Project, rien que pour les risques liés à l’eau, le coût de ne rien faire est cinq fois supérieur à celui d’agir aujourd’hui.

Alors, que pouvons-nous faire pour accélérer les efforts d’adaptation ?

Jusqu’à présent, l’adaptation au climat a été largement considérée comme la responsabilité des gouvernements, des institutions multilatérales et des agences donatrices. Plusieurs pays ont élaboré des plans nationaux d’adaptation dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, et la COP26 a été un moment charnière avec l’adoption du Pacte climatique de Glasgow, qui appelle à un doublement des engagements financiers pour aider les pays en développement à s’adapter et à devenir plus résilients.

Mais les gouvernements ne peuvent pas le faire seuls. Même s’ils atteignaient les objectifs fixés l’année dernière, les investissements dans l’adaptation resteraient en deçà des besoins.

Le secteur privé doit également intensifier ses efforts – et il existe une justification commerciale claire pour le faire, comme le souligne un nouveau document du Forum économique mondial, en collaboration avec PwC.

En évaluant les risques tout au long de leurs chaînes de valeur et en travaillant avec les fournisseurs et les communautés pour identifier les compétences et les ressources nécessaires pour résister aux chocs, les entreprises peuvent mieux gérer et atténuer les risques pesant sur leurs opérations et éviter de graves pertes économiques. Ils peuvent également tirer parti des opportunités d’investissement dans des produits, des services et des modèles commerciaux qui répondent aux besoins d’adaptation de leurs parties prenantes, bénéficiant d’une efficacité, d’une innovation et d’une croissance durable accrues. À l’échelle mondiale, un investissement de 1,8 billion de dollars dans les efforts d’adaptation pourrait générer 7,1 billions de dollars de bénéfices nets totaux d’ici 2030, selon un rapport de 2019 de la Commission mondiale sur l’adaptation.

Les entreprises peuvent tirer parti de leur expérience avec les technologies émergentes et les informations basées sur les données. Par exemple, la société d’énergie Sempra applique la technologie des capteurs et les données météorologiques pour aider à lutter contre les incendies de forêt avant qu’ils ne deviennent incontrôlables, à la fois en protégeant leur infrastructure énergétique contre les perturbations et en contribuant à assurer la sécurité publique.

Les pays peuvent également travailler avec des institutions financières et d’autres partenaires pour explorer des instruments de financement afin de mieux protéger les zones vulnérables. Par exemple, en collaboration avec Nature Conservancy et la US International Development Finance Corporation, le Credit Suisse a offert son expertise des marchés financiers et des capitaux pour créer un financement par obligations bleues pour le Belize. Cela vise à investir dans la gestion marine, la restauration des récifs coralliens et des mangroves, le renforcement de la résilience côtière et l’amélioration du développement économique durable.

En outre, les entreprises peuvent explorer l’amélioration de la résilience climatique des infrastructures et des communautés grâce à des solutions basées sur la nature. Par exemple, la société de services professionnels Arup travaille avec les gouvernements locaux pour mettre en œuvre une conception de bâtiments écologiques et des infrastructures résistantes aux catastrophes, comme aider Freetown, en Sierra Leone, à se reconstruire après un glissement de terrain dévastateur en 2017 en appliquant une stratégie de gestion des risques d’inondation et basée sur la nature.

Enfin, les entreprises peuvent faire preuve de leadership et façonner le programme plus large d’adaptation en collaborant avec les gouvernements, les agences de développement, les universités et d’autres acteurs de l’industrie pour façonner les politiques et changer les comportements.

À la COP27, nous aurons une occasion sans précédent de le faire. Alors que l’adaptation a toujours été à l’agenda climatique mondial, elle est désormais enfin prioritaire, aux côtés des solutions d’atténuation et d’autres problèmes.