Inquiétude grandissante en Polynésie Française face à l’élévation menaçante du niveau de la mer

Le ministre de l’environnement de la Polynésie française, Jacky Bryant, exprime son inquiétude quant aux zones menacées par la montée des eaux causée par le réchauffement climatique. Les experts s’accordent pour dire que l’augmentation de 0,85°C de la température mondiale depuis 1950 est due à l’accumulation des gaz à effet de serre. Selon le premier volet du cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la glace arctique diminue de 2,7% par décennie. Sa fonte est encore plus rapide pendant les mois d’été : elle a perdu entre 9,4% et 13,6% de sa superficie depuis 1979.

Mais d’après les spécialistes du GIEC, les niveaux des océans devraient augmenter de 26 à 82 centimètres au cours de la période 2081-2100 par rapport à la période 1986-2005. Entre 2008 et 2012, environ 144 millions de personnes ont déjà dû être déplacées en raison d’événements climatiques extrêmes selon l’Organisation internationale pour les migrations.

La Polynésie française, un territoire particulièrement vulnérable

La Polynésie française, composée d’un total de 118 îles situées dans l’océan Pacifique Sud et abritant une population d’environ 268 000 habitants répartis sur 67 îles habitées, est également très exposée à la montée des eaux. Un symposium organisé à Tahiti sur le développement côtier et les perspectives d’adaptation au changement climatique a notamment mis en lumière le fait que certaines de ses îles sont menacées de disparition.

  • Le cas de l’archipel des Tuamotu dont les atolls occupent environ 15 000 personnes et ne se trouvent qu’à un ou deux mètres au-dessus du niveau de la mer
  • Sur les 118 îles de la Polynésie française, 84 ont une altitude qui n’excède pas trois mètres
A lire aussi  La course à l'armement des pays riches passe devant la lutte contre le dérèglement climatique

Ainsi, Tahiti et Moorea peuvent disposer d’un relief élevé, mais leurs habitants et infrastructures, y compris l’aéroport international de Papeete, sont majoritairement situés le long de la côte, rendant ces zones particulièrement vulnérables face aux conséquences du changement climatique.

Des mesures urgentes à prendre pour préserver les populations et l’économie locale

Pour faire face à cette menace grandissante, les autorités et les acteurs locaux doivent mettre en place des stratégies d’adaptation pour protéger les populations et les infrastructures, ainsi que l’économie locale fortement dépendante du tourisme.

  • La mise en place de programmes de surveillance des zones côtières afin d’évaluer leur vulnérabilité et de prévenir les risques liés à la montée des eaux
  • Le déploiement de mesures pour renforcer la résilience des infrastructures telles que les digues, les écluses et les constructions sur pilotis
  • L’adoption de politiques d’aménagement du territoire plus respectueuses de l’environnement et favorisant la préservation des ressources naturelles
  • Le développement de projets innovants visant à réduire l’émission des gaz à effet de serre et à promouvoir les énergies renouvelables au sein du territoire polynésien

Face à l’urgence climatique et aux menaces qui pèsent sur la Polynésie française, il est essentiel de prendre des mesures concrètes pour protéger les populations et préserver les richesses naturelles de ce territoire unique. La mise en œuvre de stratégies d’adaptation et le renforcement de la coopération internationale en matière de lutte contre le changement climatique sont autant d’étapes cruciales pour garantir un avenir durable aux habitants de ces îles paradisiaques.

En somme, anticiper et s’adapter face au changement climatique doit être une priorité pour la Polynésie française afin de préserver son patrimoine naturel, ses populations et son économie déjà fragilisées par cette menace environnementale.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link