Interdiction des vols intérieurs au profit du train
Interdiction vols intérieurs
Table des matières

La France a reçu le feu vert pour interdire les vols intérieurs court-courriersLa Commission européenne a approuvé cette décision qui supprimera les vols entre les villes reliées par un trajet en train de moins de 2,5 heures. La décision a été annoncée vendredi. Les changements font partie de la loi sur le climat 2021 du pays. La France réprime également l’utilisation des jets privés pour les trajets courts afin de rendre les transports plus verts et plus équitables pour la population. Le ministre des Transports, Clément Beaune, a déclaré que le pays ne pouvait plus tolérer que les super riches utilisent des avions privés alors que le public fait des coupes budgétaires pour faire face à la crise énergétique et au changement climatique.

Feu vert de la France pour la suppression des vols intérieurs

La France a officiellement reçu le feu vert pour arrêter les vols intérieurs nuisibles à l’environnement. Dans un premier temps, l’interdiction ne concernera que les liaisons entre Paris Orly et Nantes, Lyon et Bordeaux. Les vols de correspondance devront également suivre ces nouvelles règles. Lorsque les mesures ont étéannoncées, elles étaient d’abord contestés par l’Union des aéroports français (UAF) ainsi que par la branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe). Cela a incité la Commission européenne à mener une enquête approfondie pour savoir si le plan pouvait aller de l’avant ou non. Un article du règlement européen sur les services aériens stipule qu’un État membre peut, « lorsqu’il existe de graves problèmes environnementaux […] limiter ou refuser l’exercice des droits de trafic, notamment lorsque d’autres modes de transport assurent un service satisfaisant ».

La Commission a donné son approbation, ce qui en fait la première fois que cet article est invoqué par un État membre de l’UE. L’interdiction des vols court-courriers sera valable trois ans, après quoi elle devra être réévaluée par la Commission. « C’est une avancée majeure dans la politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre », a déclaré le ministre des Transports, Clément Beaune, dans un communiqué. « Je suis fier que la France soit pionnière dans ce domaine », a-t-il ajouté. Sarah Fayolle, responsable de la campagne transport de Greenpeace France, a déclaré à Euronews qu’il y avait à la fois des « aspects négatifs et positifs » dans la décision de la Commission européenne étant donné que seuls trois itinéraires sont concernés. « Ça va dans le bon sens, mais la première mesure n’est pas très ambitieuse. Il faut aller encore plus loin », a-t-elle déclaré.

Bien que la loi soit entrée en vigueur l’année dernière, il faudra un certain temps pour que l’interdiction entre en vigueur. Les mesures doivent être soumises à consultation publique et examinées par le Conseil d’État, a expliqué Beaune. Il a ajouté que cela se ferait « le plus rapidement possible ».

La France va-t-elle interdire complètement les jets privés ?

Les jets privés ont été une source d’indignation ces derniers temps, alors que les exploits de célébrités et de milliardaires en ville ont été révélés. Un avion appartenant à Steven Spielberg a brûlé environ 117 000 € de carburant en deux mois, selon les données de suivi des vols. Un rapport de Transport and Environment (T&E), la fédération européenne pour les transports propres, a constaté que les jets privés sont jusqu’à 14 fois plus polluants que les vols commerciaux par passager/km, et 50 fois pires que les trains.

Malgré les appels urgents des militants, il est peu probable que la France impose une interdiction totale des jets. Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a réaffirmé qu’il ne s’agissait « évidemment pas de les interdire », compte tenu de leur rôle important dans l’économie. Mais « il ne faut pas que les Français aient l’impression que ce sont toujours les mêmes à qui on demande des efforts ». « On peut comprendre qu’un Français prudent dans son quotidien soit choqué par le fait que certains de ses concitoyens puissent prendre un jet privé pour faire des sauts de puces », a-t-il déclaré.

Une lourde fiscalité et des restrictions sont les mesures les plus susceptibles d’être introduites. Les entreprises pourraient également être contraintes de publier des détails sur leur utilisation des avions d’affaires, pour plus de transparence.

La France comparée aux autres nations européennes ?

C’est pour une bonne raison que la France cherche à freiner l’impact énergivore du transport aérien. Le pays possède le plus grand nombre de jets privés en Europe selon des données récentes sur l’aviation, avec des vols fréquents vers Paris et la Côte d’Azur. Un dixième de tous les vols au départ en 2019 ont été effectués par des jets privés, avec la moitié parcourant moins de 300 km.

Mais le gouvernement estime également qu’une action à l’échelle de l’UE est la meilleure façon de s’attaquer au problème. Clément Beaune a déclaré qu’il insisterait sur la question lors d’une prochaine réunion des ministres européens des transports. « Le ministre des Transports propose de mener une consultation au niveau européen pour voir s’il existe des moyens de compenser les émissions de CO2 », a ajouté Olivier Véran.

Les français incités à passer de la voiture au vélo

Dans le cadre du plaidoyer du président Macron pour la « sobriété collective » dans l’utilisation de l’énergie, les citoyens français sont également encouragés à échanger leur voiture contre des vélos électriques. Un maximum de 4 000 € est disponible pour les ménages à faible revenu dans les zones à faibles émissions pour subventionner ce changement, avec de plus petits montants pour aider les citoyens les plus riches.

L’extension du « Plan Vélo », lancé l’an dernier, est destinée à aider les Français à rattraper les Néerlandais, les Allemands et les Danois. L’objectif est d’amener 9 % du pays à deux roues d’ici 2024, contre 3 % actuellement (les Pays-Bas comptent 27 % de cyclistes). La France n’est bien sûr pas le seul pays à faire les choses correctement à cet égard. Le programme de subventions aux vélos est basé sur le déploiement extrêmement réussi de vélos électriques, de scooters et de cyclomoteurs en Lituanie, où, depuis 2020, les gens ont reçu jusqu’à 1 000 € pour la remise de leur ancien véhicule. Cela peut même aller vers des crédits de transport en commun.

Nos autres articles