Les ilots de chaleur en ville accroissent le taux de mortalité selon une étude récente. Des solutions écologiques permettraient de limiter l’hécatombe

Une étude récente a mis en lumière que la plantation d’arbres supplémentaires dans les zones urbaines pourrait avoir un effet considérable sur le nombre de décès liés aux vagues de chaleur. Selon une modélisation, atteindre les 30 % de couverture végétale, contre seulement 14,9 % actuellement, pourrait réduire la température moyenne d’une ville durant les canicules estivales d’environ 0,4 °C. Publiée dans The Lancet, cette étude estime que sur les 6 700 décès prématurés provoqués par le réchauffement global des températures en Europe en 2015, un tiers pourrait être évité par cette mesure.

La nécessité de supprimer les ilots de chaleurs en zone urbaine

Une étude récente a étudié le lien entre l’augmentation des températures urbaines et les décès prématurés. Tamar Iungman, chercheur de l’Institut de santé mondiale de Barcelone, a été l’auteur principal de cette étude qui a permis de prédire le nombre de décès prématurés qui pourraient être évités par une couverture arborée supplémentaire dans le contexte du réchauffement climatique.

Les îlots de chaleur sont principalement causés par la suppression de végétation, l’évacuation de la chaleur des systèmes de climatisation, ainsi que par l’asphalte et les matériaux de construction sombres qui absorbent et retiennent la chaleur.

Les espaces urbains doivent absolument s’adapter

Du fait du réchauffement climatique d’origine humaine, les températures des villes augmentent de plus en plus. Cela implique qu’il devient nécessaire d’adopter des mesures afin de mieux protéger la santé des citoyens.

Tamar Iungman l’a rappelé dans un communiqué : « Nous savons déjà que les températures élevées dans les environnements urbains sont associées à des résultats négatifs pour la santé, tels que l’insuffisance cardiorespiratoire, l’augmentation des admissions à l’hôpital et des décès prématurés« . Son objectif est  « d’informer les politiques et les décideurs locaux sur les avantages de l’intégration stratégique de l’infrastructure verte dans la planification urbaine afin de promouvoir des environnements urbains plus durables, résiliants et sains ».

A lire aussi  Tout savoir sur la culture de vos propres légumes sur un balcon en ville : les conseils indispensables

Un risque croissant de la mortalité liée à la chaleur dans les années à venir

L’été dernier, l’Europe a connu sa période la plus chaude jamais enregistrée et la deuxième année la plus chaude. Dans le monde entier, les vagues de chaleur sont de plus en plus intenses et leur durée est de plus en plus longue depuis des décennies.

Les chercheurs ont constaté que le nombre de décès dus aux effets des grandes chaleurs devrait doubler d’ici 2030, si les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter à leur rythme actuel. Les décès liés au froid continueront à être plus nombreux que ceux causés par la chaleur, mais leur différence diminuera.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link