L’impact environnemental de notre consommation de viande est considérable. Comment y remédier?

Aujourd’hui, la consommation de viande est à un niveau jamais vu auparavant. Les Français mangent en moyenne 60 kg de viande chaque année, et cette tendance ne fait qu’augmenter. Les Nations Unies prévoient que la consommation de viande mondiale augmentera de plus de 75% d’ici à 2050, alors que la population mondiale atteindra 10 milliards d’individus. Bien que la consommation de viande crue soit en baisse chez les ménages français, les produits carnés restent un élément clé des plats, car ils sont considérés comme une source de protéines et donc de « bonne santé ».

La consommation de viande coûte extrêmement chère à la planète

Chaque année, près de 65 milliards d’animaux sont tués et consommés par l’homme. Cette production massive a des conséquences néfastes sur l’environnement, car elle contribue à hauteur de 25 à 30% à l’empreinte carbone en France. La production de viande est très gourmande en eau et en terres, 33% de la surface terrestre étant consacrée à l’agriculture et à l’élevage, et 80% de la déforestation liée à la culture de soja pour nourrir le bétail.

Selon le Rapport Planète Vivante de 2018, 75% des espèces de plantes, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères qui ont disparu depuis l’an 1500 ont été victimes de surexploitation ou d’activités agricoles, ou des deux. Ainsi, chaque seconde, environ 2 000 animaux sont tués pour finir dans nos assiettes.

Revoir simplement notre manière de nous alimenter

Vous avez décidé de manger moins de produits carnés ? Il n’y a pas de raison de paniquer : ce n’est pas si compliqué ! La solution consiste à se tourner vers une consommation plus éclairée et à repenser la composition de ses repas. Voici quelques conseils pour vous guider pas à pas. Vous verrez, c’est facile ! Il ne s’agit pas de se priver complètement de viande, mais plutôt de la consommer avec plus de précaution.

A lire aussi  Décroissance : Vers une société de bien-être et de durabilité écologique

En optant pour une alimentation végétalienne 3 jours par semaine, on peut réduire notre empreinte carbone tout en maintenant une alimentation saine et nutritive. Pour cela, il est conseillé de remplacer les produits carnés par des légumineuses et des céréales, qui sont une source riche en protéines et en acides aminés. Pour garantir la qualité et l’origine des aliments, il est recommandé de choisir les produits certifiés AB (Agriculture biologique) et Label Rouge.

Privilégier la qualité à la quantité

Le label AB (Agriculture Biologique) a pour objectif de produire des aliments pour nos animaux d’élevage en respectant les sols, l’eau, l’air et la biodiversité. Les aliments produits sont exempts de pesticides, d’OGM et d’engrais de synthèse, et sont majoritairement produits sur le lieu de l’élevage. Les animaux ont accès au pâturage ou à des parcours en plein-air et l’élevage hors sol est interdit.

De plus, cette méthode de production accorde une importance à la croissance normale des animaux et à une durée d’élevage plus longue, préférant des solutions naturelles en cas de maladie plutôt que des traitements chimiques systématiques.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link