Une menace grandissante : près d’un million d’espèces des aires marines protégées menacées par le changement climatique

Le changement climatique est en train de menacer plus d’un million d’espèces des aires marines protégées. Le 14 mars 2023, les Etats ouest-africains se sont réunis à Dakar afin de valider la création d’un observatoire sur la biodiversité et produire des données scientifiques pour aider à la prise de décisions.

Les causes du danger

Le chargé des Aires marines protégées à la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, Cheikh Tidiane Kane, a souligné que les effets des changements climatiques accentuent la pression sur les aires marines protégées.

De plus, l’orpaillage clandestin constitue une menace supplémentaire. Les populations et entités concernées doivent donc allier la comptabilité économique à l’écologie pour tirer profit de cette biodiversité.

Le traité international pour la protection de la haute mer

Le Biodiversity Beyond National Juridiction – ou Biodiversité au-delà des juridictions nationales – a été conclu le 16 avril 2023. Il constitue la première convention internationale pour la protection de la haute mer. Plus de 15 ans de travail ont été nécessaires pour parvenir à cet accord.

  • Il vise à contrer les menaces qui pèsent sur des écosystèmes vitaux pour l’humanité.
  • Il vise à protéger le patrimoine naturel des fonds marins.
  • Il vise à assurer la restauration et la remise en état des océans à travers la réduction des impacts humains.

Une lutte contre le gaspillage massif

Le traité vise également à promouvoir une exploitation durable des ressources marines et à lutter contre le gaspillage massif des poissons. Des mesures devront être prises afin de fournir aux pêcheurs des recettes équitables et durables à partir desquelles ils pourront subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, et garantir des emplois stables et bien rémunérés. De plus, la stratégie prévoit des mesures pour encourager une meilleure gestion et une exploitation responsable des stocks halieutiques, et favoriser la résilience des écosystèmes et communautés.

A lire aussi  Préservation des sols : Les incroyables bénéfices de la pratique de l'agroécologie

Un système de surveillance et de contrôle

Le traité inclut également des dispositions visant à renforcer le système de surveillance et de contrôle et à inciter les pays à mieux surveiller et sanctionner les pratiques illicites ou non réglementées en haute mer. Un outil de suivi et de rapport est créé pour faciliter un dialogue entre les États parties et entre les organisations intergouvernementales et non gouvernementales. L’objectif est de permettre aux États membres de s’engager plus fermement dans la protection des aires marines protégées.

Les conséquences

Si nous ne prenons pas des mesures urgentes pour mettre en œuvre ce traité, nous serons témoins de la perte irréversible de près d’un million d’espèces marines protégées. La survie de la planète dépend de l’action que nous prendrons maintenant et de notre engagement à long terme pour protéger nos océans et leurs ressources. Nous devons comprendre que notre survie dépend directement des océans et des zones côtières. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour préserver ces espaces vitaux.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link