Les centrales nucléaires d’EDF en danger à cause du réchauffement climatique : L’Autorité de sûreté nucléaire tire la sonnette d’alarme et demande des mesures préventives !

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a appelé EDF à anticiper les sécheresses potentielles lors des prochains étés dans ses centrales nucléaires. En effet, le réchauffement planétaire a un impact sur la disponibilité en eau, qui est une ressource essentielle pour le refroidissement des réacteurs nucléaires. Il est donc nécessaire de prendre des mesures préventives pour faire face à cette situation et garantir la sûreté des installations nucléaires.

Une anticipation indispensable pour les futurs projets

Selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), il est nécessaire d’anticiper, dès les prochains étés, la gestion des canicules et des sécheresses dans les centrales nucléaires d’EDF, comme le souligne une note publiée lundi. EDF a présenté son projet « ADAPT » d’adaptation de ses centrales nucléaires au changement climatique au collège de l’ASN le 13 avril.

En effet, le réchauffement planétaire affecte la disponibilité en eau, une ressource essentielle pour le refroidissement des réacteurs nucléaires. L’ASN rappelle à EDF l’importance de prendre en compte les impacts du changement climatique à long terme dès la conception des nouveaux réacteurs. Le gouvernement prévoit de construire au moins six réacteurs, dont le premier devrait être opérationnel à partir de 2035-2037. Cependant, l’ASN met en garde contre les effets cumulés potentiels liés à la présence de plusieurs sites situés le long d’un même cours d’eau.

Des ajustements à court terme nécessaires

L’anticipation de l’avenir, même à court terme, est nécessaire pour l’adaptation des centrales nucléaires, comme le souligne l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). L’ASN a rappelé à EDF la nécessité d’anticiper la gestion potentielle des canicules et des sécheresses lors des prochains étés, en se basant sur les enseignements tirés de l’année 2022.

A lire aussi  Des glaciers sous haute surveillance pour anticiper l'inéluctable montée des eaux

L’été dernier, la production nucléaire a été maintenue en partie grâce à des ajustements temporaires des limites réglementaires de températures, permettant le rejet de l’eau dans les rivières.

2022 : un catalyseur pour les années à venir

Selon la Cour des comptes, qui a publié un rapport en mars sur ce sujet, l’été 2022 a été un catalyseur pour la prise en compte de l’adaptation au changement climatique par EDF, car le groupe anticipait la survenue d’événements similaires, mais à un horizon plus lointain de 15 à 20 ans. Il est donc important d’anticiper les défis à court terme liés au changement climatique pour assurer la sûreté et la fiabilité des centrales nucléaires.

Dans leur rapport, les magistrats financiers ont exhorté EDF à intensifier ses recherches pour rendre ses systèmes de refroidissement plus économes en eau. Ils ont constaté qu’aucune innovation n’était mise en œuvre sur le parc existant et ont noté l’absence de progrès significatifs pour les futurs réacteurs EPR. Il est donc nécessaire que des efforts supplémentaires soient faits pour développer des solutions plus efficaces en termes d’utilisation de l’eau dans le contexte du refroidissement des centrales nucléaires.

[winamaz table= »19″]


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link