Alerte de l’ONU : El Nino de retour en 2023 avec des records de chaleur à craindre !

Ce mercredi, les Nations unies ont émis une alerte concernant les perturbations majeures causées par un phénomène climatique naturel : El Nino

Forte probabilité d’apparition de ce phénomène au second semestre 2023

L’ONU a mis en garde mercredi sur la probabilité élevée de formation d’El Nino cette année, un phénomène météorologique naturel qui pourrait entraîner de nouveaux records de chaleur. Selon l’Organisation météorologique mondiale, les chances d’apparition d’El Nino sont de 60% d’ici fin juillet et de 80% d’ici fin septembre.

Le phénomène climatique naturel El Nino est souvent lié à une hausse des températures, une sécheresse accrue dans certaines régions du monde et des précipitations importantes dans d’autres. La dernière fois qu’El Nino s’est produit était en 2018-2019, et depuis, un épisode prolongé de La Nina, qui a provoqué des effets inverses, notamment une baisse des températures, a eu lieu.

Risque de records de températures au niveau mondial

Malgré la présence de La Nina qui a joué un rôle modérateur, les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. En l’absence de La Nina, la situation aurait été encore plus grave. Selon Petteri Taalas, directeur général de l’OMM, La Nina a agi comme un frein temporaire à l’augmentation de la température mondiale.

Toutefois, le développement d’El Nino augmentera très probablement les chances de battre des records de température et entraînera un nouveau pic du réchauffement climatique, a-t-il averti.

Combinaison dramatique de El Nino avec les gaz à effet des serre

Il est impossible de prédire actuellement l’intensité ou la durée de l’El Nino à venir. Le dernier phénomène en date était considéré comme faible, tandis que celui entre 2014 et 2016 était puissant et a eu des conséquences désastreuses. En 2016, il y a eu une augmentation record des températures en raison d’un El Nino très puissant combiné à un réchauffement provoqué par les émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine.

A lire aussi  La face sombre et insoupçonnée de notre société de consommation

Les effets de l’El Nino se font généralement sentir l’année suivant son apparition, et son impact devrait être plus prononcé en 2024, selon l’OMM. Bien qu’il puisse soulager la sécheresse dans la Corne de l’Afrique et d’autres zones touchées par La Nina, il pourrait également déclencher des événements météorologiques et climatiques plus extrêmes. L‘OMM insiste sur la nécessité de mettre en place des systèmes d’alerte précoce pour protéger les populations les plus vulnérables.

Réchauffement de la surface de l’océan

Selon l’OMM, les effets d’El Nino varient d’un épisode à l’autre et dépendent également de la période de l’année où il se produit. Les services météorologiques nationaux et l’OMM suivront attentivement le développement du prochain épisode.

Le phénomène se produit généralement tous les deux à sept ans et a une durée moyenne de neuf à douze mois. Il est principalement caractérisé par le réchauffement des températures de surface de l’océan dans le centre et l’est de l’océan Pacifique tropical.

[winamaz table= »20″]

A lire aussi  Levée de fonds de 3 millions d'euros par Beebs dans le but de produire des vêtements d'occasion pour enfants

Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link