Grenoble : La multinationale STMicroelectronics épuise la ressource en eau pour ses profits, des mobilisations s’organisent pour protéger l’environnement !

Stop Micro a appelé à la mobilisation samedi pour protester contre l’extension de l’usine STMicroelectronics à Crolles, près de Grenoble. Ces membres dénoncent la consommation énorme de cette entreprise qui produit des puces et semi-conducteurs pour des objets liés aux nouvelles technologies, allant de la voiture connectée à la carte Vitale. Selon la multinationale, ces produits consomment l’équivalent de 700.000 douches par jour. Malgré cela, STMicroelectronics déclare avoir mis en place des programmes pour améliorer le recyclage de l’eau utilisée dans la vallée du Grésivaudan.

Une mobilisation pour sauvegarder l’eau des intérêts privés

Robin, pour le collectif Stop Micro, a donné rendez-vous samedi à 10h30 à la gare de Brignoud. Son but : une mobilisation importante sur la question de la préservation de l’eau et son accaparement par des intérêts privés, notamment en raison de l’extension de l’usine STMicroelectronics et des menaces potentielles qu’elle fait peser sur cette ressource de plus en plus rare. Le parcours a été déclaré car le site est « ultra-protégé » et pas situé au milieu de champs.

Robin rappelle que le bassin grenoblois était miné par une grave sécheresse durant six semaines, avec des restrictions de la ressource pour tous sauf pour les industries qui, selon les autorités, avaient déjà fait tout ce qu’elles pouvaient. Malgré cela, l’annonce de l’extension de l’usine a été accueillie avec enthousiasme par les élus, qui ont vanté la création d’emplois et la stratégie de la France de se positionner sur le marché européen de la microélectronique.

Les chiffres vertigineux de la consommation d’eau par l’usine STMicroelectonics

Le Grenoblois était très remonté à propos de cet événement. Il soutient que ce projet est contre-productif pour l’environnement. Il souligne que la production de cette industrie demande beaucoup de matières premières rares, d’électricité et d’eau. Selon des données officielles, l’usine de Crolles de STMicroelectronics et celle de Soitec, de taille plus réduite, consomment 29.000 m3 d’eau par jour, ce qui équivaut à la consommation d’une ville de 160.000 habitants, soit 700.000 douches, ou encore 12 piscines olympiques.

A lire aussi  Changement d'heure : Les origines de cette mesure et ses effets sur l'environnement

Le collectif a également établi un lien avec le projet de Sainte-Soline. Il a déclaré que la multinationale viderait en 22 jours la mégabassine, qui était prévue pour une consommation sur un an.

Un gaspillage énorme de l’eau malgré sa raréfaction

STMicroelectronics se sert de l’eau de l’Isère pour nettoyer les plaques de silicium qui seront utilisées dans des appareils high-tech. Ces objets sont destinés à la fabrication de téléphones portables, de voitures connectées, d’appareils médicaux, de technologies de télécommunications et d’articles du quotidien comme les cartes bancaires ou vitales.

Robin déplore que l’eau de l’Isère soit gaspillée et polluée pour nettoyer des plaques contenant des produits chimiques qui ne sont pas des articles de première nécessité. Pour cela, STMicro rend l’eau de Grenoble ultrapure en enlevant les ions, ce qui la rend impropre à la consommation.

La société STMicroelectronics s’est engagée à recycler l’eau consommée pour ses processus de production. Elle a déclaré que ses efforts ont permis de recycler 43 % de l’eau utilisée à Crolles en 2022 et que le taux visé pour 2023 est de 49 %. De plus, elle coopère étroitement avec les parties prenantes des territoires afin de trouver un équilibre entre ses besoins en eau et ceux de la communauté.

[winamaz table= »16″]


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link