Le risque de coupure d’électricité semble s’éloigner grâce à la baisse générale de la consommation d’énergie
Coupure électricité
Table des matières

Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE, estime que les risques de coupures d’électricité sont maintenant derrière nous. Selon lui, le nucléaire était très peu disponible dans les mois de novembre, décembre et début janvier, ce qui posait un risque important pour le système. Heureusement, la consommation d’électricité a baissé de 7,5% la semaine dernière et se maintient à -8,5% en moyenne depuis le début de l’hiver.

La sobriété a payé

Cette baisse est la conséquence à la fois d’un choix personnel des Français de se montrer plus sobres et d’une contrainte économique qui pénalise certaines entreprises. Une « bonne nouvelle », selon Piechaczyk, car elle témoigne de la prise de conscience des Français et de leur adhésion aux gestes barrières.

Néanmoins, le « signal prix » peut également expliquer cette baisse, qui a pu nuire à certains secteurs. Un mélange complexe dont il est difficile de faire le partage.

L’effort doit être maintenu

Xavier Piechaczyk souligne qu’il y a encore des risques durant cette période. Selon lui, il pourrait y avoir une coupure au moment de la deuxième quinzaine de février si une vague de froid conséquente se produit en même temps que le retour en maintenance de plusieurs réacteurs nucléaires.

« En France, on a déjà connu ce genre de situation », avertit le président du directoire de RTE, mais les prévisions météorologiques ne sont pas encore suffisamment fiables pour être sûr. « Il faudra rester vigilant pendant cette période », conclut-il.

Retour progressif à la normale du parc nucléaire

Xavier Piechaczyk a confirmé que la situation du parc nucléaire et sa disponibilité sont bien conformes aux attentes de septembre. Aujourd’hui, 45 GW de capacité de production d’énergie nucléaire sont disponibles, avec 43 réacteurs en fonctionnement. RTE a fait savoir qu’EDF s’efforce de remonter la disponibilité du parc de production afin de protéger les consommateurs durant l’hiver.

Selon Xavier Piechaczyk, la France est mieux préparée à affronter des tensions sur le réseau électrique. Les prix spot du marché de l’énergie, qui sont déterminés par les bourses le jour J pour le lendemain, ont regagné leur niveau normal d’environ 100€, après avoir atteint des records à plus de 1000€ il y a quelques semaines.

 

A présent, il est primordial de revoir le marché européen pour déconnecter les prix de l’électricité des tarifs du gaz et ainsi mettre fin à l’effet « yoyo » des prix des énergies.

Nos autres articles