Attention ! Les déchets verts interdits de brûlage au jardin : découvrez les alternatives écologiques !

Comment peut-on gérer les déchets de jardin étant donné l’interdiction du brûlage, qui vise à prévenir les risques d’incendie liés aux sécheresses actuelles dans certaines régions de France, ainsi que la dispersion de polluants dans l’air ?

Interdiction de bruler les déchets verts

Il est important de noter que brûler des déchets ménagers dans le jardin est strictement interdit. Cela inclut les épluchures, l’herbe provenant de la tonte des pelouses, les feuilles mortes, ainsi que les résidus d’élagage, de taille de haies ou de débroussaillage, qui sont considérés comme des déchets ménagers.

Le site du service public rappelle clairement que « brûler des déchets verts (végétaux secs ou humides) chez soi, que ce soit avec un incinérateur de jardin ou à l’air libre, est interdit. » En plus des risques d’incendie tragiques qu’ils peuvent causer, l’incinération des déchets verts, en particulier ceux qui sont humides, peut libérer des substances toxiques, y compris des particules fines polluantes.

Si les déchets verts ne sont pas collectés séparément par les autorités locales, ils doivent être broyés ou déposés dans des sites prévus à cet effet, tels que les plates-formes de compostage ou les déchetteries.

Les risques encourus en cas de brûlage de déchets verts

Si vous brûlez vos déchets verts au jardin, vous courez plusieurs risques. Conformément à la Loi N° 2020-105 du 10 février 2020, qui vise à lutter contre le gaspillage et promouvoir l’économie circulaire, il est désormais strictement interdit de brûler des biodéchets, y compris les déchets de jardin, à l’air libre ou dans des incinérateurs.

A lire aussi  Cultures autochtones : de merveilleux exemples à suivre pour se reconnecter à la nature et respecter les écosystèmes !

En cas de non-respect de cette loi, vous vous exposez à une contravention pouvant s’élever à 450 euros, selon les informations fournies par l’ADEME (Agence de la transition écologique). Il est donc important de respecter cette interdiction et de trouver des méthodes de gestion appropriées pour vos déchets verts.

Recycler les déchets verts au jardin : comment faire ?

  • Le compostage : La plupart des déchets verts peuvent être compostés. Cependant, il est important de ne pas incorporer tous les branchages ou tous les déchets de tonte en une seule fois, car cela pourrait déséquilibrer la composition du compost. Pour obtenir un bon compost, il est nécessaire de trouver le bon équilibre entre les « déchets bruns » (comme les feuilles mortes, les branches sèches) et les « déchets verts » (comme les déchets de cuisine, les tontes de gazon). Il est recommandé de mettre en place un système de rotation des déchets au fil de la saison. Pour les déchets encombrants, il peut être nécessaire de les réduire en morceaux plus petits avant de les ajouter au compost, afin de faciliter leur décomposition.

 

  • Le paillage : Le paillage est une méthode qui consiste à utiliser une grande partie des déchets de taille. Il suffit de broyer les végétaux les plus résistants avant de les répartir au pied des plantes. Pour les végétaux plus légers, tels que le lin ou les tontes de gazon, il est possible de les disposer directement sur le sol une fois qu’ils sont secs. Le paillage permet de préserver l’humidité du sol, de réduire les mauvaises herbes et de nourrir progressivement le sol à mesure que les déchets se décomposent.
A lire aussi  La COP15 ou comment sauver la biodiversité ?

En utilisant ces méthodes de recyclage au jardin, vous pouvez réduire vos déchets verts et contribuer à la santé de votre sol et de vos plantes de manière durable.

[winamaz table= »15″]


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link