Alerte climat : Les cinq prochaines années seront les plus chaudes jamais enregistrées, selon un nouveau rapport. Découvrez les projections alarmantes de l’OMM !

Un nouveau rapport de l’Organisation météorologique mondiale vient d’être publié, détaillant les projections climatiques pour les cinq prochaines années (2023-2027). Les effets du réchauffement climatique, en conjonction avec le retour d’El Niño, entraîneront très probablement de nouveaux records de chaleur. De plus, l’OMM prévoit que, d’ici cinq ans, nous connaîtrons l’année la plus chaude jamais enregistrée, surpassant les années 2016 et 2020.

Une élévation des températures plus forte que prévue

Le 17 mai 2023, l’Organisation météorologique mondiale a annoncé que la hausse de la température globale a déjà atteint +1,15 °C depuis la période préindustrielle. Selon l’OMM, il est probable à 66 % que la température moyenne annuelle à proximité de la surface de la Terre dépasse de 1,5 °C les valeurs préindustrielles pendant au moins une année entre 2023 et 2027.

De plus, il est probable à 98 % qu’au moins l’une des cinq prochaines années, ainsi que la période de cinq ans dans son ensemble, soient les plus chaudes jamais enregistrées. Il est même possible que la limite symbolique de +1,5 °C, considérée comme un seuil critique avec de nombreuses conséquences irréversibles, soit dépassée et atteigne +1,8 °C d’ici 2027. La probabilité que la température moyenne sur une période de cinq ans dépasse le seuil de +1,5 °C est estimée à 32 %. Cependant, cette probabilité d’un dépassement temporaire du seuil de +1,5 °C n’a cessé d’augmenter depuis 2015, année où elle était presque nulle. Entre 2017 et 2021, cette probabilité était de 10 %.

Une série de records à prévoir

Les deux années à venir pourraient surpasser tous les records de chaleur précédents. Jusqu’à présent, l’année la plus chaude enregistrée a été 2016, qui a été marquée par un phénomène El Niño très intense. Cependant, les effets de cette anomalie chaude, qui alterne avec La Niña, son homologue froid, se manifestent sur plusieurs années. En général, l’impact maximal d’El Niño sur les conditions météorologiques mondiales se produit l’année suivante. Si El Niño se développe cet été 2023 comme prévu, son impact sera donc à son maximum en 2024.

A lire aussi  Un forage historique vise les profondeurs abyssales de la Terre à la recherche de ... pétrole

Selon l’OMM, il est très probable à 98 % que le record de température établi en 2016, lors d’un épisode El Niño exceptionnellement puissant, soit surpassé au moins une fois au cours des cinq prochaines années. Les conséquences d’El Niño seront donc probablement minimes en 2023, mais très prononcées en 2024, voire en 2025. L’effet cumulatif du réchauffement dû aux émissions de gaz à effet de serre et d’El Niño entraînera très probablement une série de records de chaleur.

Perturbation du climat : une anticipation est indispensable

Alors que les températures continueront d’augmenter partout dans le monde, à des rythmes variables, les tendances en matière de précipitations seront radicalement différentes d’une région à l’autre. Comparé à la moyenne de la période 1991-2020, le régime moyen des précipitations entre mai et septembre pour la période 2023-2027 révèle une augmentation des précipitations au Sahel, dans le nord de l’Europe, en Alaska et dans le nord de la Sibérie, tandis qu’une diminution des précipitations est observée dans le bassin de l’Amazone et certaines régions de l’Australie.

Après la publication des prévisions, il est temps de se préparer. L’Organisation météorologique mondiale (OMM), en tant qu’organe de l’ONU chargé des questions météorologiques, climatiques et hydriques, joue un rôle d’autorité. L’objectif de ses rapports est d’aider les nations à anticiper les conséquences potentielles. L’intensification de la chaleur au cours des cinq prochaines années aura des répercussions sur la santé, la sécurité alimentaire, la gestion de l’eau et l’environnement. M. Petteri Taalas, Secrétaire général de l’OMM, met en garde en soulignant qu’il est impératif de se préparer face à ces défis.

A lire aussi  COP27 : Nous sommes sur une « autoroute vers l'enfer climatique », prévient le chef de l'ONU en Égypte

[winamaz table= »22″]


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link