La survie des oiseaux migrateurs menacée par le dérèglement climatique

En ce début de printemps, les oiseaux migrateurs arrivent dans nos contrées pour se reproduire et s’alimenter. Malheureusement, la survie de ces espèces est mise en danger par le dérèglement climatique ainsi que par les activités humaines qui détruisent leurs habitats. Selon l’Office français de la biodiversité (OFB), le nombre d’hirondelles a chuté de 40% au cours des 30 dernières années.

Effets du changement climatique sur la survie des oiseaux migrateurs

Le réchauffement climatique entraîne des conséquences néfastes pour la faune sauvage. Il menace la survie de plusieurs espèces dont celles des oiseaux migrateurs, comme l’ont démontré plusieurs études. Guillaume Gigot, chercheur associé à l’UMS Patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle, souligne que 12 espèces animales sont fortement menacées par le réchauffement climatique :

  • la grande rousserolle
  • le bruant ortolan
  • la bergeronnette grise
  • l’alouette des champs
  • la perdrix grise
  • le tarier pâtre
  • la barge à queue noire
  • la buse variable
  • la bécasse des bois
  • la fauvette pitchou
  • la tourterelle des bois
  • le rouge-gorge familier

Avec le changement climatique, certains aspects du mode de vie des oiseaux pourraient être modifiés, notamment leurs migrations. Les chercheurs prédisent qu’il y aura une diminution notable des populations d’oiseaux et une restructuration phylogénétique des espèces. Une étude allemande et anglaise datant de 2019 a également mis en avant que le réchauffement climatique aurait des impacts sur la migration de certains types d’oiseaux dans les régions septentrionales de la planète.

Conséquences des activités humaines sur les oiseaux migrateurs

Le développement des activités humaines a un impact direct sur la survie des oiseaux migrateurs. Les pollutions atmosphériques jouent un rôle important, car certaines substances chimiques affecteraient le système immunitaire des oiseaux, affaiblissant ainsi leurs capacités de défense contre des maladies infectieuses.

A lire aussi  Pollution plastique : Découvrez pourquoi les États Unis défendent (encore) le plastique lors des négociations entre 175 pays à Paris !

La destruction des habitats a également un effet négatif puisque moins il y a d’espaces naturels disponibles, plus les oiseaux sont contraints de se déplacer loin de leurs zones de reproduction. Enfin, l’utilisation massive de pesticides endommagerait leur système digestif et leur système nerveux, ce qui les rendrait vulnérables aux attaques des prédateurs.

Comment protéger les oiseaux migrateurs ?

Pour assurer la survie des oiseaux migrateurs, il existe plusieurs solutions. D’abord, nous devons encourager et soutenir les projets de restauration d’habitats et de corridors biologiques afin de permettre aux oiseaux migrateurs de circuler librement. Ensuite, nous devons former et sensibiliser les agriculteurs à l’utilisation raisonnée des produits phytosanitaires afin de limiter leur empreinte sur l’environnement. Enfin, il est primordial de promouvoir un tourisme durable afin de respecter les habitats fragiles des oiseaux migrateurs et de favoriser leur observation à distance sans les perturber.

Nous devons agir rapidement si nous voulons garantir la survie des oiseaux migrateurs car, selon une prédiction, nous risquons de constater une importante diminution de ces espèces dans les 60 prochaines années si nous n’intervenons pas maintenant. Ainsi, nous avons intérêt à prendre nos responsabilités et à agir concrètement pour la protection des oiseaux migrateurs dès 2023.

Il est nécessaire que chaque citoyen participe à la sauvegarde des oiseaux migrateurs. Un geste simple peut signifier beaucoup pour leur survie : en plantant des arbres et en offrant un abri à ces espèces, nous permettons de préserver leurs habitats de reproduction et de nourriture et donc de préserver leur survie. Nous pouvons également nous renseigner sur les initiatives locales et nous inscrire à des programmes de suivi des oiseaux tels que le programme Great Backyard Bird Count ou encore le programme Atlas des oiseaux nicheurs.

A lire aussi  Sauver la biodiversité pour sauver le climat et l'humanité

Cette cause mérite d’être soutenue car, comme le disait Henry David Thoreau « Si tu as une seule bonne raison de faire quelque chose et cent mauvaises, alors tu dois faire ce que tu as dit ». Le temps est venu de passer à l’action !


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link