Pourquoi le marché de la seconde main fait-il de plus en plus d’adeptes ?

Jeter n’est désormais clairement plus une habitude. Les consommateurs s’orientent vers le marché de l’occasion car les prix grimpent et les impératifs écologiques sont réellement présents et dans toutes les consciences. Bien que la récupération soit une nécessité pour beaucoup, elle est également mise à l’honneur par les classes moyennes. On trouve facilement de tout dans les brocantes et vide-greniers : livres, DVD, bibelots et jouets. En outre, des plateformes en ligne proposent des vêtements et des accessoires de mode. Les chiffres sont éloquents.

Un marché en forte hausse

Le marché de l’occasion est un sujet qui suscite beaucoup d’intérêt. En France, il est estimé à 7 milliards d’euros. En Europe, cette valeur s’élève à 86 milliards selon une étude de la fintech Tripartie parue en janvier. De plus, il semblerait que ce type d’achat soit bien ancré dans les habitudes des consommateurs. En effet, sept personnes sur dix achètent des vêtements de seconde main, tandis qu’une sur cinq a déjà revendu son smartphone.

La mode est le premier secteur qui tire profit de cet engouement. Une enquête de l’Observatoire Natixis Payments, parue à l’automne, a relevé une progression du marché de + 140 % entre 2019 et 2021. Ainsi, le marché de l’occasion est en plein essor.

Différentes raisons motivent les consommateurs

Les consommateurs justifient leurs choix de différentes manières. Une étude de Appinio auprès de 1.000 personnes en 2019 a montré que 48,8 % des acheteurs optent pour des articles durables pour « diminuer l’impact de leur garde-robe sur l’environnement ». Néanmoins, seulement 22 % des interrogés ont déclaré acheter souvent des vêtements durables pour renouveler leur garde-robe.

A lire aussi  Le top 5 des technologies qui peuvent aider à la protection de l'environnement

Selon une enquête dopinion publiée en avril par Siteannonce.fr, 2 Français sur 3 seraient prêts à revendre leurs vêtements pour gagner un peu d’argent. 81 % des personnes interrogées sont daccord sur le fait que ce marché permet dealiser entre 25 et 50 % déconomie. 28 % des sondés estiment que cest un bon moyen de lutter contre la hausse des prix. 47 %, quant à eux, affirment recourir plus fréquemment à l’occasion depuis le début de la crise sanitaire.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link