Comment protéger le Pakistan des catastrophes climatiques
Table des matières

Khan: Nous avons appris de nombreuses leçons. Nous avons appris que nous vivons à une époque très incertaine et que l’avenir est hautement imprévisible. Nous avons appris que nous ne devrions pas dépendre entièrement des finances externes pour résoudre nos problèmes locaux. Nous devons revoir nos politiques passées pour remodeler les stratégies futures. Nous devons avoir des stratégies de communication dans nos langues locales.

Une meilleure gestion des catastrophes au Pakistan est indispensable

Salam : Les principales mesures initiales qui auraient dû être prises concernant la gestion des catastrophes au Pakistan sont toujours en suspens. Le Département météorologique du Pakistan avait averti que les moussons cette année seraient plus que de simples précipitations, mais personne n’était en mesure d’anticiper le niveau. Dans d’autres pays, les forces armées ont le mandat d’agir en tant que premiers intervenants pour aider d’autres institutions lors de telles catastrophes, comme en Amérique où la Garde nationale a été appelée lors de l’ouragan Katrina. Au Pakistan, nous avons l’Autorité nationale de gestion des catastrophes et l’Autorité provinciale de gestion des catastrophes, mais pas une Autorité efficace de gestion des catastrophes au niveau du district.

Les premiers intervenants doivent disposer de toutes les informations sur leur région.  Ils doivent disposer des ressources nécessaires pour faire face aux catastrophes. Si une catastrophe frappe une zone particulière, ils devraient être en mesure de gérer le système de drainage et de déplacer les personnes vers des endroits plus sûrs.

Le Pakistan doit restructurer la gouvernance locale à partir du niveau le plus bas, construire des refuges sûrs et faire une cartographie des catastrophes et des vulnérabilités. Nous devons développer un système d’alerte efficace comme le Bangladesh pour aider les gens à évacuer rapidement.

« Nos rivières doivent être protégées »

Nabeel : En tant que pays, nous dépendons de l’Indus. Notre économie, notre écologie et notre démographie en dépendent. Pourtant, tout cela est menacé car l’Indus est aussi l’un des écosystèmes naturels les plus vulnérables au monde. Il a fallu environ un an pour arriver à la Living Indus Initiative, avec un menu de 25 interventions dont la plupart sont basées sur la nature. L’Initiative Living Indus est une stratégie de restauration qui stipule que nos rivières doivent être protégées et que nous ne devons pas autoriser la construction dans ses environs. La loi sur la protection de l’Indus a été proposée, qui donne des droits de personnalité juridique à la rivière afin que nous puissions maintenir cette ressource importante pour les générations futures. 

Des billions de financement sont nécessaires

Khan:Les inondations ont été

car c’est une perte intergénérationnelle. Nous devons parler de milliers de milliards en ce moment à cause des pertes que nous avons subies. Et que nous subirons à l’avenir.

Nabeel : Certaines initiatives relevant du Fonds vert pour le climat, par exemple l’agriculture résiliente au changement climatique, doivent être étendues.

Restructurer par l’action judiciaire et par l’éducation

Khan: Nous devons garder à l’esprit que l’Indus est un fleuve transfrontalier. Il faut évoluer vers une gestion partagée des bassins. Il faut réfléchir aux voies et moyens de co-créer pour une appropriation collective des politiques. Il faut repenser les relations avec nos pays voisins. Nous devons également repenser la manière dont nous avons tracé notre trajectoire de développement.

Salam : Il n’y a pas de solution miracle qui s’occupera d’un état d’esprit séculaire qui est exploiteur et injuste. Cela s’applique à tous les différents niveaux de ce que le Nord global fait au Sud global. Nous devons accélérer la suppression de ces types d’obstacles à l’exploitation. Nous avons également une mauvaise gestion des ressources naturelles, qui est très systémique. Il n’y a pas de solution miracle, mais nous devons parler des anciennes structures et les faire reculer. Nous pouvons traiter cette question par l’activisme, l’action judiciaire, mais aussi l’éducation et la sensibilisation.

Nos autres articles