Biomasse forestière : la solution miracle pour une énergie renouvelable ? Découvrez la vérité sur son exploitation responsable et les alternatives vertes à privilégier

Les forêts sont des écosystèmes indispensables pour contenir le réchauffement climatique et offrir un havre de biodiversité. Malheureusement, leur exploitation à des fins industrielles n’est pas sans conséquence. De quoi parle-t-on exactement lorsque l’on aborde la question de l’utilisation durable de la biomasse forestière ? Comment peut-elle être utilisée de manière responsable pour assurer une transition énergétique dans le cadre de la directive européenne sur les énergies renouvelables ? Décryptage.

Qu’est-ce qu’une forêt ?

Une forêt est un milieu naturel complexe composé d’une grande variété d’espèces végétales et animales qui interagissent entre elles. Une forêt se caractérise donc par sa diversité et sa capacité à se régénérer, ce qui en fait un lieu capable de résister aux aléas de la nature. Elle est ainsi source de richesse pour les populations qui en dépendent.

Cette réalité s’oppose aux plantations industrielles, qui sont souvent des monocultures uniformes et fragiles, incapables de produire autre chose que du bois et qui ne bénéficient pas des mêmes avantages qu’une forêt mature.

Vers une énergie renouvelable durable ?

Le recours à la biomasse forestière comme source d’énergie renouvelable présente un double intérêt : elle est une forme d’énergie propre qui permet ainsi de limiter les émissions de gaz à effet de serre ; elle peut aussi constituer un substitut vertueux aux énergies fossiles, particulièrement dans les territoires ruraux où elle peut fournir de l’emploi et des revenus complémentaires pour les populations locales.

Cependant, il convient de prendre certaines mesures pour s’assurer que cette exploitation soit durable.

Contrôles et réglementations

Afin de s’assurer d’un développement durable de la biomasse forestière, il est important de mettre en place des normes qui encadrent son exploitation. En France, le code forestier impose depuis 2005 des obligations en matière de préservation des ressources forestières et de respect des dispositions en vigueur.

A lire aussi  Bien isoler sa porte d'entrée diminue drastiquement les déperditions de chaleur et le gaspillage d'énergie : découvrez nos astuces

Ces contrôles peuvent aller jusqu’à une publication annuelle des plans de coupe pour chaque exploitant, ce qui permet de faciliter le suivi des activités et de s’assurer de leur conformité. En effet, malgré les bienfaits qu’elle peut apporter, l’utilisation de la biomasse forestière pour l’énergie doit être encadrée afin de s’assurer de son exploitation durable. La Directive européenne sur les énergies renouvelables et le Code Forestier constituent des outils précieux pour s’assurer que la biomasse forestière soit exploitée de manière responsable.

Développement de sources alternatives

Il est également possible d’accroître l’offre en énergies renouvelables alternatives pour limiter la pression sur les forêts. Ainsi, en juillet 2022, l’Union Européenne a attribué le label vert au gaz et au nucléaire, en raison de leur contribution potentielle à la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Dans un même temps, plusieurs initiatives ont été lancées pour encourager le développement des énergies solaire, éolienne, hydraulique, géothermique et biomasse. Aujourd’hui, les consommateurs français peuvent passer à l’énergie verte en choisissant un fournisseur alternatif et constitue une solution viable pour assurer la transition vers une économie bas carbone.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link