Ces énergies renouvelables qui vont vous faire oublier les énergies fossiles

Il existe cinq grands types d’énergies renouvelables qui sont le soleil, l’éolien, l’hydraulique, la biomasse et la géothermie. Ces sources sont inépuisables et disponibles en grandes quantités. Elles ne produisent pas ou très peu d’émissions polluantes et aident donc à lutter contre le réchauffement climatique et l’effet de serre.

L’énergie solaire

L’énergie solaire est celle que l’on peut tirer du rayonnement du Sole il. On distingue l’énergie solaire photovoltaïque, qui fait appel à des cellules photovoltaïques pour transformer la lumière du Soleil en électricité, et l’énergie solaire thermique ou thermodynamique, qui utilise le rayonnement solaire pour chauffer un fluide. Les panneaux photovoltaïques peuvent être utilisés à diverses échelles, tandis qu’un système à concentration peut chauffer le fluide à des températures très élevées. Cependant, l’énergie solaire est une énergie intermittente et ne peut être exploitée que lorsque le Soleil brille.

L’énergie éolienne

Les moulins à vent étaient les précurseurs des éoliennes, qui produisent de l’énergie – à savoir, de l’électricité – à partir du déplacement des masses d’air et de l’énergie cinétique qu’elles dégagent. Les éoliennes peuvent être installées sur la terre ferme, ce qu’on appelle les éoliennes onshores, qui sont techniquement les plus simples à mettre en œuvre, bien que les espaces qui leur sont réservés pourraient rapidement manquer. L’autre type d’éoliennes, celles qui sont installées en mer, sont plus efficaces et s’appellent les éoliennes offshore.
Tout comme l’énergie solaire, l’énergie éolienne est intermittente et les éoliennes ne produisent de l’énergie que lorsque le vent souffle. En outre, il est difficile d’installer une éolienne dans son jardin, car la technologie est principalement réservée aux grands projets.

A lire aussi  Créer votre propre espace de compostage à la maison : un guide étape par étape

L’énergie hydraulique

L’énergie hydraulique désigne la production d’énergie en exploitant l’eau. Il existe plusieurs types d’énergies hydrauliques, dont les barrages, l’énergie marémotrice, l’énergie hydrolienne, l’énergie houlomotrice, l’énergie thermique et l’énergie osmotique. Les barrages libèrent de grandes quantités d’eau sur des turbines pour produire de l’électricité. L’énergie marémotrice exploite l’énergie potentielle des marées, tandis que l’énergie hydrolienne tire parti des courants marins et que l’énergie houlomotrice se sert de l’énergie cinétique des vagues et de la houle. L’énergie thermique peut être obtenue à partir de la différence de température entre l’eau de mer et l’eau douce tout en respectant les flux naturels des mers. Quant à l’énergie osmotique, elle produit de l’électricité grâce à la différence de pression créée par la différence de salinité entre l’eau de mer et l’eau douce.

La biomasse

La biomasse est une source d’énergie qui peut être transformée en chaleur, électricité ou carburant. Pour l’obtenir, différentes méthodes sont utilisées telles que la combustion, la gazéification, la pyrolyse ou la méthanisation. Cette source d’énergie peut être produite à l’échelle locale, mais il est important de veiller à ce qu’elle ne nuise pas à la chaîne alimentaire.

La biomasse comprend le bois, qui est la source ancestrale, et des biocarburants liquides ou gazeux issus de végétaux, de matières cellulosiques ou de microorganismes. Pour que la biomasse soit considérée comme une source d’énergie renouvelable, sa régénération doit être supérieure à sa consommation.

La géothermie

La géothermie est une source d’énergie durable provenant de l’extraction de l’énergie stockée dans le sol. Elle provient principalement des atomes radioactifs fissiles contenus dans les roches. Elle peut être utilisée pour le chauffage ou pour produire de l’électricité et est une des rares énergies ne dépendant pas des conditions atmosphériques. Sa profondeur de puisage dépend de son utilisation : pour la production d’électricité, on exploite la géothermie profonde (2.500 mètres à 150 à 250 °C), tandis que la géothermie moyenne (30 à 150 °C) alimente les réseaux de chaleur urbains et que la géothermie à très basse énergie (10 à 100 mètres de profondeur et inférieure à 30 °C) est utilisée pour les pompes à chaleur. Pour que cette énergie demeure durable, le rythme auquel est puisée cette chaleur ne doit pas surpasser la vitesse à laquelle elle se propage à l’intérieur de la Terre.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link