Comment choisir efficacement son bois de chauffage pour un rendement maximal et un coût minimal

Si vous voulez chauffer votre maison de manière efficace, la qualité de votre appareil de chauffage et son installation par un professionnel ne sont pas les seuls facteurs à prendre en compte. Le type de combustible que vous choisissez est également très important pour le rendement de votre poêle ou de votre cheminée. Voici quelques conseils pour choisir des combustibles de qualité et pour maximiser le rendement de votre système de chauffage au bois.

Comment bien choisir son bois de chauffage

Si vous cherchez à choisir un bois de chauffage, vous devez vous concentrer sur les essences qui offrent le meilleur rendement calorifique. Le chêne, le charme, le hêtre, le frêne, l’orme et l’érable sont considérés comme les meilleures options avec un pouvoir calorifique de 2 000 kWh par mètre cube apparent. Le châtaignier, l’acacia et les fruitiers sont également intéressants avec 1 700 kWh par mètre cube apparent. Enfin, les résineux (pin, épicéa…) et certains feuillus (peuplier, bouleau et platane) sont à éviter car ils offrent un pouvoir calorifique relativement faible de 600 kWh par mètre cube apparent. Ils brûlent rapidement et peuvent encrasser les installations si la température du foyer n’est pas suffisamment élevée.

Quelle sont les alternatives au bois traditionnel

Il existe des alternatives aux bois traditionnels pour le chauffage : les bûches de bois densifié et les granulés (ou pellets). Les bûches calorifiques sont faites de sciure compressée et offrent un pouvoir calorifique très élevé de 4 600 kWh par tonne. Elles sont parfaitement calibrées, entre 20 et 35 cm, et sont faciles à stocker. Les granulés ou pellets sont également faits à partir de sciure de bois compressée et ont un pouvoir calorifique égal à celui des bûches calorifiques. Ils sont 100% naturels et ne contiennent aucune substance chimique.

A lire aussi  Bien isoler sa porte d'entrée diminue drastiquement les déperditions de chaleur et le gaspillage d'énergie : découvrez nos astuces

Comment vérifier le taux d’humidité

Il est très important de ne pas utiliser de bois humide lorsque vous allumez et alimentez votre feu. En effet, le bois de classe H2, qui a un taux d’humidité supérieur à 20%, est très mauvais pour ce type d’utilisation car : il brûle mal, pollue l’air, encrasse l’appareil et la fumisterie et dégage jusqu’à deux fois moins de chaleur que du bois sec. Si vous devez tout de même utiliser votre bois rapidement, optez pour du bois de classe H1, dont le taux d’humidité est inférieur à 20%. Mais si vous avez la possibilité de le stocker pendant deux ans, vous pouvez choisir du bois H2, qui est moins cher.

Pour vérifier si un bois est sec ou non, vous pouvez utiliser un testeur dédié pour connaître son taux d’humidité (inférieur à 20% pour le bois sec et supérieur à 20% pour le bois humide). D’autres indices visuels peuvent aussi vous aider : les extrémités du bois sec sont grisées et présentent de petites fentes. Enfin, vous pouvez tenir compte de la date à laquelle le bois a été coupé : si la coupe a eu lieu en hiver, le bois est moins gorgé de sève et donc plus sec.

Quelles sont les dimensions à privilégier

Pour que votre bois brûle convenablement, vous devez choisir des bûches de taille légèrement inférieure à celle de votre foyer de cheminée ou de poêle à bois. Les dimensions les plus courantes sont 20, 25, 30, 33, 40 et 50 cm. Malheureusement, plus les bûches sont courtes, plus elles sont chères, car elles nécessitent plus de travail de découpe et de sciage par le professionnel. Si vous êtes prêt à débiter et fendre le bois vous-même, vous pouvez toujours acheter des bûches plus longues (1 ou 2 mètres) à des prix plus avantageux. Les bûches fendues brûlent plus facilement.

A lire aussi  Les ponts thermiques : causes et conséquences sur la facture de chauffage

Comment connaître la provenance

Il est très important d’utiliser du bois de chauffage certifié plutôt que du bois de récupération, tels que des cageots, du bois traité, du bois échoué en bord de mer… Ce bois peut en effet contenir des produits chimiques nocifs et corrosifs qui, lors de la combustion, répandent des substances toxiques dangereuses et encrassent l’appareil.

Pour bénéficier des meilleures garanties en termes de qualité et de sécurité, il est conseillé de se fournir auprès de professionnels certifiés : NF Bois de chauffage, PEFC, NF granulés biocombustibles, Din plus. Ces certifications fournissent des informations sur la nature du bois, son degré d’humidité et son pouvoir calorifique. De plus, pour une plus grande durabilité et écologie, optez pour des bois locaux, issus de sources responsables portant le Label PEFC, garantissant l’approvisionnement durable de la forêt.

Le coût varie en fonction de nombreux facteurs

Le prix du bois de chauffage varie selon différents facteurs tels que l’essence, la dimension des bûches, le taux d’humidité, la région et le revendeur. De plus, la date de commande a un impact considérable. En effet, au printemps, le bois est moins cher car la demande est moindre, alors qu’en hiver, le prix peut être plus élevé. En moyenne, on peut s’attendre à payer entre 70 et 90 € le mètre cube de bûches de chêne et de charme coupées en 50 cm et livrées. Notons également que le taux de TVA est réduit à 10 % pour le bois de chauffage. Les autres options disponibles (granulés, briquettes, etc.) sont plus coûteuses, mais offrent un meilleur rendement calorifique.

A lire aussi  Energies propres, énergies vertes, énergies renouvelables, comment s'y retrouver?

Le stockage a une grande importance

Pour garantir la qualité de votre bois de chauffage, veillez à le conserver correctement. Pour ce faire, entreposez-le dans un endroit bien ventilé et à l’abri des intempéries. Évitez les caves et garages fermés. Ne le recouvrez pas d’une bâche imperméable car cela pourrait provoquer de l’humidité. Préférez une tôle inclinée ou un abri spécifique. Gardez les bûches à distance du sol, par exemple sur des palettes récupérées. Enfin, pour que le bois sèche mieux et brûle plus efficacement, fendez-le.

 


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link