Inquiétante accélération du phénomène de blanchissement de la Grande Barrière de Corail
Blanchissement coraux
Table des matières

Alors que les températures de novembre en Australie ont atteint leur plus haut niveau depuis 1985, les experts craignent une série d’événements de blanchissement massif des coraux pour le deuxième été consécutif. La Grande Barrière de Corail est le plus long et le plus grand écosystème de récifs coralliens au monde. La Grande Barrière de Corail australienne devrait être classée patrimoine mondial « en danger », a recommandé mardi un panel de l’ONU.

Un évènement très inquiétant qui se produit plus tôt que prévu

La Grande Barrière de Corail australienne est le plus grand et le plus long écosystème de récifs coralliens au monde. Elle est déjà menacée par le changement climatique et le réchauffement des océans. Alors que les températures australiennes ont atteint des records en novembre, la Grande Barrière de Corail risque un autre événement de blanchissement massif pour le deuxième été consécutif.

« Selon les prévisions de la NOAA [US National Oceanic and Atmospheric Administration], il y a de fortes chances que nous assistions à un autre événement de blanchissement consécutif ». C’est ce qu’a déclaré le professeur Terry Hughes, expert sur le blanchissement des coraux à l’Université James Cook, Queensland. « Cela n’était pas censé se produire avant le milieu de ce siècle.« 

Le blanchissement des coraux est un phénomène au cours duquel les récifs coralliens expulsent les algues marines microscopiques, appelées zooxanthelles. Ces algues, qui vivent dans les tissus coralliens, sont expulsées lorsque le corail est soumis à un stress. La réchauffement de la température marine, l’acidification des océans ou l’activité humaine sont à l’origine de ce phénomène. Sa conséquence fait que les tissus des coraux perdent leurs couleurs, deviennent transparents faisant apparaitre leur exo-squelette blanc en dessous.

Les conséquences du blanchissement corallien

Les événements de blanchiment de masse les plus notables se sont produits en 2016 et 2017. Ils ont entraîné la disparition de 50 % du célèbre et magnifique récif australien. Des efforts majeurs ont depuis été mis en place pour réduire le blanchissement des coraux. Cependant, l’ampleur de la mortalité s’est avérée de plus en plus difficile pour le système récifal de se régénérer et de se reconstituer, selon un rapport de l’ONU pour l’éducation, la science et la culture.

Plus tôt cette année, des scientifiques du gouvernement australien ont confirmé que le récif subissait sa sixième événement de blanchiment de masse. Plus de 90% des coraux étudiés le long de la Grande Barrière de Corail cette année se sont avérés blanchis.

Sous la nouvelle direction du Premier ministre Anthony Albanese, le gouvernement travailliste s’engage à dépenser 1,2 milliard de dollars australiens pour protéger la Grande Barrière de Corail dans les années à venir. Le parti a également relevé les objectifs climatiques du pays avant la COP27. Il s’est engagé à atteindre un objectif de réduction des émissions de 43 % d’ici la fin du siècle.

Nos autres articles