L’heure de la discussion « éthique » a sonné pour les Grandes Marques de Vêtement
Discussion éthique vêtement
Table des matières

Le Myanmar poursuit sa spirale descendante suite à des violations sans précédent des droits politiques et humains. Le syndicat mondial, représentant les travailleurs pour de meilleures conditions de travail, a déclaré dans son communiqué de presse qu’il avait entamé des discussions avec des marques de vêtements.  Il souhaite une sortie responsable du Myanmar en raison de la « détérioration de la situation des droits de l’homme et de l’impossibilité de faire preuve de diligence raisonnable ».

Discussions pour une sortie responsable

Le syndicat mondial a déclaré que des représentants d’IndustriAll et du mouvement syndical du Myanmar ont rencontré des représentants de marques de vêtements pour discuter d’un « cadre pour une sortie responsable », comme l’exigent les UNGP (United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights) et l’OCDE ( L’Organisation de coopération et de développement économiques). Un rapport commandé par l’Ethical Trading Initiative (ETI) a conclu que la diligence raisonnable et la liberté d’association ne sont pas possibles au Myanmar et que les syndicats ne peuvent pas fonctionner.

Sur la base de discussions avec IndustriAll, un certain nombre de marques ont annoncé leur intention de cesser leur production au Myanmar, tandis que d’autres ont répondu à l’invitation à discuter plus en profondeur d’éventuelles exigences de sortie. IndustriAll a fait remarquer qu’elle exhorte les marques à ne passer aucune nouvelle commande au Myanmar. Elle demande à conclure les commandes non exécutées, en veillant à ce que les travailleurs reçoivent tous les salaires impayés et tous les droits légaux ainsi qu’un paiement supplémentaire pour soutenir leur transition. « Le défi est que sans une sécurité sociale ou un système juridique fonctionnel, il est difficile de garantir que les travailleurs reçoivent ce qui leur appartient. »

Atle Høie, secrétaire général d’IndustriAll, a déclaré : « Trop de marques ont maintenu leur production au Myanmar. Certaines peut-être parce qu’elles étaient sincèrement convaincues que c’était la bonne chose à faire. Cependant, le rapport ETI était sans équivoque : il n’est pas possible de faire des affaires de manière éthique et responsable au Myanmar. Nous saluons le fait que la discussion s’est déplacée vers la sortie du pays, tout en assumant les responsabilités envers les fournisseurs et les travailleurs.

Des violences qui doivent cesser

De plus, l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) a déclaré dans un communiqué de presse daté du 25 octobre : « L’ANASE est gravement préoccupée par la récente escalade de la violence au Myanmar. Nous sommes profondément attristés par le nombre croissant de victimes et les immenses souffrances endurées par les citoyens ordinaires du Myanmar.

« Nous observons avec inquiétude les derniers combats intensifiés. Ils ont, non seulement entraîné une aggravation de la situation humanitaire dans tout le Myanmar. Mais ils vont également à l’encontre de l’esprit du consensus en cinq points de l’ASEAN. Cela sape les efforts de l’envoyé spécial du président de l’ASEAN au Myanmar pour faire avancer les choses »

Adidas a lancé, le 7 novembre, une enquête sur les usines de ses fournisseurs au Myanmar après que des membres syndicaux en grève au sujet des salaires et des conditions aient été licenciés.

Nos autres articles