Comment l’incroyable pratique du Green IT peut nous aider à réduire drastiquement les impacts environnementaux de nos usages numériques ?

Tous les jours, les entreprises et les particuliers utilisent des ordinateurs, des smartphones et d’autres matériels informatiques. Malheureusement, cette sur-consommation numérique a des conséquences négatives sur l’environnement. Pour y remédier, l’informatique durable, également connue sous le nom de Green IT, offre une solution. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Dans cet article, nous allons vous expliquer ce concept.

Le Green IT, qu’est-ce que c’est exactement ?

Green IT, informatique durable, numérique éco responsable, éco TIC, tous ces mots sont synonymes et signifient le même chose. On peut en définir la notion comme une pratique visant à réduire continuellement l’impact environnemental, social et économique du numérique. En gros, on parle ici des technologies de l’information et de la communication (TIC) ayant un impact minimal sur l’environnement et qui sont utiles pour atteindre des objectifs de développement durable, tant dans la société que dans les entreprises.

Les usages numériques en quelques chiffre

Les usages numériques sont de plus en plus répandus et leur impact sur l’environnement est croissant. En effet, d’ici 2025, les émissions de gaz à effet de serre issus du secteur informatique pourraient doubler et atteindre les 7% des émissions en France en 2040. Ces émissions sont principalement dues à trois sources : les équipements (47%), les infrastructures réseau (28%) et les data centers (25%). La consommation énergétique de ces sources augmente de 9% chaque année.

Voici quelques chiffres sur l’informatique qui pourraient vous surprendre : le chemin parcouru par un smartphone des étapes d’extraction des matières premières à sa distribution équivaut à 4 fois le tour du monde. En France, chaque année, 170 000 tonnes d’équipements électriques et électroniques sont mis en vente, ce qui correspond à 17 fois la hauteur de la Tour Eiffel. 88 % des habitants français remplacent leur téléphone alors que celui-ci fonctionne encore.

A lire aussi  Ces énergies renouvelables qui vont vous faire oublier les énergies fossiles

Ces chiffres nous rappellent les impacts environnementaux des produits informatiques.

L’objectif du Green IT : la sobriété

Le but : la sobriété numérique. La sobriété numérique ne se résume pas à réduire certaines pratiques numériques mais implique un changement dans le mode d’utilisation des technologies. Fréderic Bordage, fondateur de GreenIT et du Shift Project, est une référence en la matière.

Afin d’atteindre cet objectif, 3 actions sont nécessaires : évaluer l’impact en termes d’énergie, examiner l’impact et modifier les usages. Une société numérique et dématérialisée n’est pas plus vertueuse en matière d’énergie et ne se prête donc pas à la transition écologique et énergétique. La 4G et bientôt la 5G nous le démontrent parfaitement.

Le Green IT peut participer à décarboner l’économie. Une action globale des entreprises et de la société au niveau de la durabilité des appareils et de leur consommation en énergie est nécessaire pour amener des changements à grande échelle. On pourrait se poser la question de savoir si l’on peut se passer de l’informatique. Une telle question pourrait trouver des réponses concrètes dans le cadre d’une entreprise, à condition de sortir de l’idéologie du tout-numérique. Néanmoins, cela ne veut pas dire que l’on doit se débarrasser totalement des outils informatiques. Le principe de l’informatique durable est avant tout de réduire. Des actions variées peuvent être mises en place, allant de la plus anodine à la plus ambitieuse.

Avant de se lancer dans la réduction de ses émissions, il est indispensable de commencer par un diagnostic. Une fois celui-ci réalisé, des exemples d’actions en faveur du développement durable pourront être proposées.

A lire aussi  Les passoires thermiques, un fléau tant environnemental que social

Comment passer au Green IT ?

Bien son hébergement web et adopter des comportements plus durables.

1. Inciter son hébergeur à devenir plus éco-responsable
Utilisez vos différents médias (réseaux sociaux, forum de feedback, etc) pour sensibiliser votre fournisseur à adopter des pratiques plus vertes. Les bonnes entreprises ont tendance à écouter leurs clients !

2. Sélectionner un hébergeur vert
Vous trouverez facilement des comparatifs des meilleures plateformes d’hébergement respectueuses de l’environnement en ligne. Les plus connues sont Infomaniak et Planet Hoster.

3. Partager ses serveurs
Un serveur consomme de l’énergie inutilement si le site n’en a pas besoin 24/7. Afin d’éviter cela, il est possible de partager ses serveurs avec des entreprises. C’est la méthode qu’utilise Carbo.

Allonger la durée de vie de son matériel numérique et informatique

Afin de préserver l’environnement tout en réduisant les coûts, l’achat et la revente d’appareils reconditionnés sont des solutions idéales pour éviter la sur-consommation. Cette mesure permet également de doubler le temps d’utilisation des tablettes et des ordinateurs, selon l’ADEME.

Pour bénéficier de ces avantages, il est important de ne pas acheter de nouveaux matériels et, plutôt, de choisir des appareils réutilisés. C’est un excellent moyen pour réduire les dépenses et prolonger la durée de vie des équipements électroniques, tout en limitant la consommation d’énergie, de matières premières et de déchets.

Se servir d’un moteur de recherche écologique

Il existe des moteurs de recherche qui offrent une alternative plus écologique et responsable. Parmi eux, on trouve Ecosia, Lilo et Ecogine. Ces outils utilisent des sources d’énergie renouvelables pour alimenter leurs data centers et compensent leur bilan carbone.

A lire aussi  Victoire écologiste en Équateur : un référendum sera organisé pour stopper l'exploitation pétrolière dans une réserve naturelle

Lilo, créé en France, offre une fonctionnalité supplémentaire qui permet aux internautes de financer des projets en fonction des recherches qu’ils effectuent. Chaque recherche génère des « gouttes d’eau » qui sont ensuite convertis en dons.

 

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, pourquoi ne pas essayer de passer au Green IT?


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link