Le niveau des nappes phréatiques, bien plus bas que l’an dernier, inquiète les autorités pour cet été.
Nappe phréatique
Table des matières

Le BRGM Bureau des recherches géologiques et minières a récemment constaté que les réserves d’eau souterraines en France étaient à un niveau « préoccupant » à la fin décembre.

Le niveau des nappes est inquiétant sur presque toute la France

L’Organisme public a fait part de son inquiétude quant aux niveaux des nappes phréatiques au mois decembre. Le constat est clair : plus des trois quarts des nappes étaient sous les normales mensuelles, et les niveaux étaient beaucoup plus bas que ceux observés à la même période l’année précédente.

Le BRGM signale des niveaux inquiétants sur une vaste partie du territoire, à l’exception de certaines zones comme la Bretagne et l’Alsace. Plus précisément, seules huit nappes phréatiques sont à des niveaux moyens, tandis que les autres sont relativement bas, voire très bas. Aucune nest considérée comme étant modément haute, haute ou très haute aubut de lannée.

Eau potable et irrigation agricole en danger

Météo-France a enregist lannée 2022 comme étant la plus chaude et la plus sèche jamais mesurée en France avec une température moyenne annuelle de 14,5 degrés et un déficit de précipitations de 25 %. Les nappes phréatiques, qui fournissent environ deux tiers de l’eau potable et un tiers de l’irrigation agricole, ont donc été gravement affectées.

Le Bureau des recherches géologiques et minières a confirmé que les pluies de l’automne n’ont pas été suffisantes pour compenser lesficits accumulés et restaurer durablement le niveau des nappes aquifères. Lorsquil pleut, les sols qui ont été privés dhumidité sont partiellement imperméables et les précipitations ne profitent donc pas forcément à la nappe phréatique.

Les prochains mois décisifs pour inverser la tendance

MétéoFrance na pu donner aucune prévision concernant les précipitations à prévoir sur la France dans le bulletin des grandes tendances climatiques sur trois mois pour la période janvier mars 2023. Or, ce sont les précipitations qui auront le plus d’impact sur l’état des nappes d’eau, selon le BRGM. La situation est très préoccupante dans le SudOuest, où remplir les nappes deau savère actuellement impossible.

Guillaume Choisy de lAgence de leau de la zone (qui sétend sur 25partements) a annon que sans une pluviométrie suffisante, lété 2023 sera pire que lété 2022, qui a vu pratiquement tous les départements français sous restrictions deau. Douze départements sont encore actuellement concernés par ces restrictions.

Une certaine quantité de neige est prévue pour les Pyrénées dimanche prochain. Guillaume Choisy affirme que ce froid et cette neige pourraient aider à remplir les barrages, bien que leur niveau soit seulement compris entre 17 et 25%. Sans neige et sans précipitations suffisantes, la situation sera « extrême » cet été.

Le directeur général de lAgence de leau AdourGaronne souligne que même une année moyenne peut présenter des difficultés pour satisfaire à tous les usages.

 

 

Nos autres articles