L’énergie nucléaire sera-t-elle le héros énergétique dans la lutte contre le changement climatique

Le potentiel vert de l’énergie nucléaire a été mis en lumière lors de la récente conférence COP 27 sur le changement climatique en Égypte, mais le secteur de l’énergie fera-t-il du nucléaire le « héros méconnu » de la lutte contre le changement climatique ?

Le Dr Gilles Georges, directeur scientifique de CAS, met en lumière les principales tendances du secteur de l’énergie nucléaire et comment ce méchant autrefois décrié pourrait être le héros inattendu des efforts mondiaux pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

De nouvelles perspectives pour l’énergie nucléaire

L’attention mondiale portée à la décarbonation et à la crise énergétique, attribuées en grande partie aux récentes crises géopolitiques qui ont secoué les marchés mondiaux de l’énergie, incitent les dirigeants mondiaux à repenser leurs positions antinucléaires autrefois fermes et à adopter ses avantages en tant que source d’énergie durable.

Des incidents majeurs, dont l’accident de Tchernobyl en 1986 en Ukraine et l’effondrement de Fukushima en 2011 au Japon, ont contribué à un fort sentiment antinucléaire dans de nombreux pays, et au cours des 15 dernières années, plus de 80 réacteurs nucléaires mondiaux ont été définitivement arrêtés.

Cependant, plus d’une décennie après la catastrophe de Fukushima, le Japon a renouvelé ses investissements dans l’énergie nucléaire, avec dix réacteurs « redémarrés » et 18 autres réacteurs en cours de développement ou de redémarrage. L’objectif du gouvernement est que l’énergie nucléaire joue un rôle clé dans la décarbonisation et fournisse 20 à 22 % de l’électricité du pays d’ici 2030, contre seulement 5 % en 2020.

Une source d’énergie fiable et très peu émissive

L’énergie nucléaire ne produit aucune émission pendant son fonctionnement et, tout au long de son cycle de vie, produit un volume d’émissions équivalent en dioxyde de carbone par unité d’électricité similaire à celui de l’énergie hydroélectrique. Cela positionne le nucléaire comme une source d’énergie alternative fiable qui peut être déployée à grande échelle pour réduire la dépendance dominante aux combustibles fossiles. La France est l’un des pays précurseurs de cette transition, avec plus de 70 % de son électricité d’origine nucléaire.

A lire aussi  Quand chaque clic réchauffe la planète : L'envers sombre du Web

Ce changement est soutenu par l’innovation dans la technologie de pointe des centrales nucléaires nouvellement développée qui atténue bon nombre des problèmes de sécurité des centrales traditionnelles. Il s’agit notamment de réacteurs modulaires plus petits et de microréacteurs, qui peuvent fournir une énergie moins chère avec moins de combustible et sont plus faciles et moins coûteux à construire que les réacteurs nucléaires conventionnels à grande échelle.

Opportunités d’efficacité et de retraitement

L’efficacité de la production d’énergie nucléaire la différencie de la plupart des sources d’énergie traditionnelles, avec cinq grammes d’uranium produisant, en moyenne, une quantité d’énergie égale à une tonne de charbon, 17 000 pieds cubes de gaz naturel et 149 gallons de pétrole. La recherche sur la fusion montre également un potentiel prometteur pour libérer la possibilité d’une production d’énergie supérieure à l’apport réel.

Cependant, l’un des aspects durables les plus négligés de l’énergie nucléaire est peut-être la possibilité de retraiter les déchets nucléaires pour une utilisation plus large en utilisant des méthodes de séparation telles que PUREX. Ce procédé permet de récupérer l’uranium et le plutonium du combustible nucléaire usé via l’extraction du phosphate de tributyle liquide. Ces métaux lourds récupérés sont ensuite purifiés, transformés en oxydes et réutilisés. À ce jour, environ 30 % des quelque 400 000 tonnes de métaux lourds rejetés par les centrales nucléaires sous forme de combustible nucléaire usé ont été retraités.

Le retraitement nucléaire est actuellement opérationnel en France, en Inde, en Israël, au Pakistan et en Russie, et plusieurs autres pays explorent actuellement ces capacités. Par exemple, l’Advanced Research Projects Agency du Département américain de l’énergie finance de nouveaux projets pour explorer le recyclage des déchets nucléaires par le retraitement, qui a été interrompu aux États-Unis pendant des décennies en raison de problèmes de prolifération nucléaire.

A lire aussi  Découvrez Le Purin de Sureau : Un Engrais Naturel et Écologique pour un Jardin Florissant et Respectueux de l'Environnement !"

Nécessité de doubler la capacité de l’énergie nucléaire d’ici 2050

Actuellement, plus de 400 centrales nucléaires dans le monde produisent environ 10 % de l’électricité mondiale, mais les projections suggèrent que la capacité d’énergie nucléaire devra doubler au cours des 30 prochaines années pour répondre à la demande énergétique croissante. La capacité mondiale d’énergie nucléaire augmente régulièrement pour répondre à la demande croissante, avec 60 réacteurs en construction et plus de 400 prévus ou proposés dans le monde, ce qui présente d’importantes opportunités d’investissement dans les industries nucléaires et adjacentes.

En résumé, les progrès de la technologie nucléaire et le besoin mondial croissant d’énergie propre, efficace et recyclable modifient les perspectives sur le nucléaire. Les gouvernements du monde entier sont obligés d’envisager sérieusement les opportunités de l’énergie nucléaire alors qu’ils se précipitent pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050 tout en alimentant une population de plus en plus avide d’énergie.

Ceux qui cherchent à explorer des perspectives plus approfondies sur l’énergie nucléaire ou des tendances scientifiques plus larges liées à la durabilité de l’équipe scientifique de CAS peuvent visiter CAS Insights.

À propos de CAS
CAS est un chef de file des solutions d’information scientifique, s’associant à des innovateurs du monde entier pour accélérer les percées scientifiques. Les experts CAS organisent, connectent et analysent les connaissances scientifiques pour révéler des connexions invisibles. Depuis plus de 100 ans, les scientifiques, les professionnels des brevets et les chefs d’entreprise se sont appuyés sur les solutions et l’expertise de CAS pour fournir le recul, la perspicacité et la prévoyance dont ils ont besoin afin de pouvoir s’appuyer sur les enseignements du passé pour découvrir un avenir meilleur. CAS est une division de l’American Chemical Society.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link