Les dangereux produits chimiques éternels colonisent la planète entière et menace de nombreuses espèces selon une étude récente de l’EWG

Le 1er mars 2023, l’organisation américaine Environmental Working Group (EWG) a publié une carte interactive révélant que plus de 330 espèces animales sont contaminées par des produits chimiques connus sous le nom de per- et polyfluoroalkyles (PFAS). Ces substances, également appelées « produits chimiques éternels », sont largement utilisées dans nos produits courants, tels que le papier toilette, et finissent par se retrouver dans les eaux usées et les sols, contaminant ainsi tout l’environnement.

La contamination de nombreuses espèces à l’échelle mondiale

Les PFAS sont considérés comme potentiellement dangereux pour les êtres humains et l’environnement. Selon des recherches effectuées par l’organisation Environmental Working Group (EWG), qui a rassemblé 125 études scientifiques, plus de 330 espèces animales sont contaminées par les PFAS. Ces produits chimiques peuvent être à l’origine des maladies du foie, des reins, de la thyroïde et même des cancers.

Selon l’EWG, la pollution par les PFAS « contamine les ours polaires, les tigres, les singes, les pandas, les dauphins ainsi que de nombreux types de poissons, d’oiseaux, de reptiles, de grenouilles et d’autres amphibiens, de grands mammifères, comme les chevaux, et de petits mammifères, comme les chats, les loutres et les écureuils ». Les chercheurs ont trouvé environ 120 types de composés PFAS dans le sang des animaux, ce qui est probablement un chiffre sous-estimé.

La carte interactive de l’EWG fournit une vue d’ensemble de l’impact que la pollution par les PFAS a sur notre faune et permet aux chercheurs, aux scientifiques et au grand public de constater l’ampleur du désastre. Elle permet aux internautes de voir l’étendue et la gravité de la crise de contamination à laquelle est confrontée la faune à l’échelle mondiale. Les données montrent que des taux élevés de PFAS sont présents dans des espèces sauvages dans des endroits aussi variés que les mers arctiques, les océans du Pacifique et les réserves d’eau douce d’Europe.

A lire aussi  Comment le compromis a-t-il été trouvé ? : la Commission européenne et l'Allemagne trouvent un terrain d'entente sur le plan climatique de l'UE et son projet de loi sur les émissions de CO2 des véhicules thermiques

L’inquiétude des scientifiques devant ce désastre écologique

Les données sont collectées par des chercheurs de plus de 20 pays, qui testent les niveaux de contamination dans les oiseaux, les mammifères, les poissons et les amphibiens. Les chercheurs s’inquiètent des effets néfastes des PFAS sur la santé des animaux et des personnes, et espèrent que leur travail aidera à réduire l’exposition à ces produits chimiques. Selon l’organisation, ces produits chimiques se retrouvent partout sur la planète, et affectent toutes les espèces. En France, sept espèces ont été identifiées comme étant touchées par ces substances : trois goélands sur l’île de Ré, trois poissons dans le Rhône et une anguille dans la Loire.

Face à l’urgence écologique et sanitaire, l’Europe est durement touchée par la contamination des polluants éternels. Actuellement, plus de 17.000 sites sont déjà contaminés, dont 2.100 à des niveaux dangereux pour la santé. De plus, cinq usines de production de PFAS et 230 usines identifiées comme utilisatrices de PFAS se situeraient en France.

Les animaux sont particulièrement touchés par cette pollution, en raison de la toxicité des composés chimiques qui endommagent leur écosystème et entraînent la perte de leur habitat. Certaines espèces sont même en voie de disparition ou menacées. Face à cette situation alarmante, l’Environmental Working Group (EWG) a lancé un appel à des mesures réglementaires nationales et internationales pour protéger la faune de la contamination par les PFAS.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link