Malgré Lula, l’objectif de l’engagement mondial contre la déforestation d’ici 2030 ne sera pas atteint

déforestation

Lors de la COP26 l’année dernière, 145 pays se sont engagés à mettre fin à la déforestation mondiale d’ici 2030. Cependant, les données actuelles suggèrent que l’objectif ne sera pas atteint sans une action urgente.

Malgré une baisse du rythme de destruction des forêts plus lent tout au long de 2021, l’objectif vital fixé par l’engagement de déforestation pour mettre fin et inverser la déforestation mondiale d’ici à la fin de la décennie ne sera pas atteint sans une action urgente, selon le rapport récemment publié Évaluation de la déclaration forestière.

Plus de 100 leaders mondiaux, représentant 85% des forêts mondiales, a signé le Global Deforestation Pledge à la conférence de l’ONU sur le climat COP26 qui a eu lieu à Glasgow l’année dernière. Ils ont convenu collectivement d’investir 19,2 milliards de dollars de fonds privés et publics dans des projets visant à stopper la déforestation mondiale, l’un des problèmes environnementaux les plus pressants de notre époque. Pourtant, le financement des forêts « devra augmenter considérablement – jusqu’à 200 fois – pour atteindre les objectifs de 2030 » – a suggéré l’évaluation.

Le rôle pourtant indispensable des forêts

Les forêts jouent un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique et les perdre aggraverait encore la crise climatique. Considérées comme les « poumons verts » de notre planète, les grandes forêts agissent comme puits de carbone. Ils absorbent et stockent le dioxyde de carbone de l’atmosphère, contribuant de manière significative à la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais les forêts sont aussi abritées des centaines de milliers d’espèces végétales et animales, ce qui signifie que la déforestation représente une énorme menace pour la biodiversité mondiale.

Les solutions pour atteindre les 1,5°C

Atteindre l’objectif de l’engagement mondial en matière de déforestation – une étape nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels – nécessiterait d’arrêter complètement la perte et la dégradation des forêts ainsi que de restaurer environ 350 millions d’hectares de paysages forestiers. Afin d’atteindre l’objectif d’ici 2030, une réduction annuelle de la déforestation de 10 % est nécessaire, selon l’évaluation.

Malgré quelques progrès réalisés en 2021, les taux mondiaux de déforestation n’ont diminué «que modestement », d’approximativement 6,3% par rapport à la référence 2018-20. Dans les tropiques, qui abritent certaines des plus grandes forêts tropicales du monde, la perte de forêts n’a réduit que de 3,1 %.

Des pays comme l’Indonésie et la Malaisie en Asie ainsi que la Côte d’Ivoire et le Ghana en Afrique ont fait des « progrès exceptionnels », montrant que l’objectif de 2030 est toujours possible. Encoreen fnotre des cinq premiers pays avec les plus grandes zones de déforestation – Brésilla République démocratique du Congo (RDC), Bolivie et Paraguayles taux de perte de forêt ont encore augmenté. Entre-temps,

Selon les données publiées ce mois-ci, la déforestation dans la forêt amazonienne atteint des records en septembre avec une perte de couverture totale de 1 455 kilomètres carrés (562 milles carrés), marquant une augmentation stupéfiante de 48 % par rapport à il y a à peine un an et plus que le record actuel, qui a été atteint en septembre 2019. Depuis janvier 2022, les chercheurs ont découvert qu’une zone 11 fois la taille de New York a été déminée.

L’Amazonie est la plus grande forêt tropicale du monde, constituant la moitié des forêts tropicales de la planète. C’est aussi l’un des écosystèmes les plus diversifiés sur le plan biologique et abrite environ trois millions d’espèces de plantes et d’animaux, ainsi qu’un million d’autochtones. Malgré les efforts déployés pour protéger les terres forestières, la déforestation légale est toujours endémique, et environ un tiers de la déforestation tropicale mondiale se produit dans la forêt amazonienne du Brésil, soit 1,5 millions d’hectares chaque année.