Sécheresse historique dans les Pyrénées-Orientales : le département en état de crise, restrictions d’eau drastiques imposées

Les Pyrénées-Orientales sont actuellement en état de « crise » en raison de la sécheresse qui frappe le département. Cette sécheresse est considérée comme historique et les autorités ont pris la décision de placer le territoire au niveau d’alerte le plus élevé. 

Cours d’eau et nappes phréatiques à des niveaux très bas

La préfecture des Pyrénées-Orientales a annoncé que la situation dans le département est devenue préoccupante en raison de la sécheresse historique qui frappe le territoire. La plupart du département est désormais en état de « crise », le niveau d’alerte le plus élevé. Les cours d’eau, les barrages et les nappes souterraines sont à des niveaux très bas, ce qui a conduit le préfet à renforcer les restrictions sur l’irrigation agricole et à interdire la remise à niveau des piscines et l’utilisation des spas à partir de mercredi.

Les Pyrénées-Orientales sont le département de France le plus sévèrement touché par la sécheresse, avec un déficit de pluviométrie très exceptionnel (entre -60 et 65 % au cours des 12 derniers mois), selon les services de l’Etat.

Des restrictions drastiques de la consommation d’eau

Des restrictions ont été mises en place jusqu’au 13 juin pour les bassins-versants de l’Agly et de la Têt, les deux principaux fleuves du Roussillon, ainsi que pour les nappes des Aspres, une région montagneuse, et la côte méditerranéenne qui abrite les stations balnéaires d’Argelès-sur-Mer, Collioure ou Canet-en-Roussillon.

Ces zones sont importantes pour l’activité agricole et touristique de la région. Les autorités ont lancé un appel collectif à se restreindre en matière de consommation d’eau afin de préserver les réserves pour les besoins essentiels.

A lire aussi  Le choc à venir : la fin imminente du pétrole conventionnel et ses conséquences dévastatrices sur l'économie mondiale

Sécuriser les usages prioritaires

Selon la préfecture, la décision de réduire les prélèvements d’eau était inévitable afin de sécuriser les usages prioritaires de l’eau, tels que l’accès à l’eau potable et la sécurité incendie, jusqu’à la fin de l’été. Le communiqué du préfet publié mardi soir met en avant l’importance d’un partage équitable de l’effort entre tous les usages de l’eau, notamment l’agriculture, les autres activités économiques, la vie quotidienne et les débits des rivières, ainsi qu’un effort collectif.

L’arrosage des potagers, des espaces verts et le remplissage des piscines privées en utilisant l’eau du réseau sont interdits. Une cellule de crise se réunira mercredi à la préfecture, et le préfet tiendra une conférence de presse à 10 heures.

[winamaz table= »16″]


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link