Une technologie de pointe à faible énergie pour filtrer l’eau de pluie des produits chimiques dangereux d’une décharge de Darwin
Technologie filtre eau décharge
Table des matières

Une nouvelle technologie développée en Australie peut extraire des produits chimiques nocifs de l’eau de pluie. Un espoir de résoudre l’une des menaces les plus insidieuses pour la santé humaine. Ce procédé fonctionne en exploitant la lumière du soleil. Par ce processus, les substances chimiques présentes sont séparées de l’eau et écumées de la surface. L’installation de haute technologie de 13 millions d’euros, est située dans une décharge à Darwin, au nord de l’Australie. Elle peut filtrer les substances toxiques qui se mélangent avec eau de pluie et s’enfoncent dans le sol.

Le maire de Darwin, Kon Vatskalis, explique comment la pluie, qui traverse les déchets en décomposition, accumule les substances chimiques au fond de la décharge. « Si vous les rejetez dans l’environnement, les résultats seront catastrophiques », a-t-il déclaré. « Ça va tout détruire ». Darwin s’est longtemps attaqué au problème des « produits chimiques éternels« , connus sous le nom de SPFA, dans ses cours d’eau et ses réservoirs.

Comment ça marche?

« L’usine de traitement ici est la première solution de traitement PFAS en Australie  », déclare le PDG de Water and Carbon Group, Jim Hunter. Le lixiviat est filtré dans l’eau dont certaines substances ont été retirées. L’usine extrait les PFAS et d’autres métaux lourds de l’eau de pluie collectée à Darwin, en utilisant des équipements de pointe.

Le processus, le « fractionnement par évaporation à faible énergie » ou LEEF, utilise un minimum d’énergie et aucun produit chimique ou consommable, selon Hunter. Water and Carbon Group affirme que la technologie fonctionne grâce à un fractionnement de mousse en plusieurs étapes. Puis un système de distillation solaire fermé permet d’éliminer les contaminants PFAS. Cela donne une eau nettement plus propre. La fraction de mousse est un processus qui sépare les molécules dans un liquide. Il est couramment utilisé pour éliminer les déchets organiques des aquariums. La distillation solaire utilise la lumière du soleil pour séparer les contaminants de l’eau.

« Toute l’eau qui est traitée est réutilisé et irriguée sur place », explique Dave Leinster, directeur de la conception du projet. Elle a même été utilisée pour faire pousser de l’herbe. Le conseil local de Darwin a salué l’initiative, d’un coût de plusieurs millions d’euros, de cette usine. L’objectif est maintenant de déployer le projet à travers l’Australie.

Que sont les PFAS ?

Les substances alkylées per ou polyfluorées (PFAS) sont des produits chimiques nocifs utilisés dans des produits tels que les poêles à frire antiadhésives, les emballages alimentaires et les articles de toilette. Elles sont liés à des risques accrus pour la santé humaine, comme le cancer et l’infertilité. De plus, elles ne se décomposent pas dans l’environnement.

Des niveaux élevés de PFAS ont été trouvés dans plusieurs cours d’eau de Darwin. Rapid Creek et la rivière Katherine sont des zones particulièrement touchées. Beaucoup de ces produits chimiques nocifs proviennent de tas d’ordures qui s’infiltrent dans l’environnement local par l’eau de pluie. Ils mettent des milliers d’années à disparaître.

En août, les scientifiques ont découvert que l’eau de pluie de pratiquement toute la planète avait des niveaux dangereux de « produits chimiques éternels ». Les chercheurs de l’Université de Stockholm ont détecté les substances toxiques dans certains des endroits les plus reculés de la planète, y compris l’Antarctique.

Nos autres articles