Vers une instabilité accrue des précipitations : Les conséquences catastrophiques pour la gestion des ressources en eau de la planète

Les effets du changement climatique anthropique entrainent une instabilité accrue des précipitations, ce qui a un impact direct sur les régions du monde dépendantes des glaciers et des neiges pour leur approvisionnement en eau. La gestion des ressources en eau douce devient alors plus difficile et précaire.

La prévisibilité des systèmes de gestion en eau menacée

Météo France vient d’annoncer que Juillet 2022 sera très probablement le mois de juillet le plus sec depuis 1959. Cela pourrait être le début d’une longue sécheresse des sols pour le siècle en cours, car les projections du XXIe siècle indiquent une augmentation progressive de l’assèchement des sols sous l’effet du réchauffement climatique. Particulièrement pour la France car les prévisions pour d’autres régions peuvent être différentes.

Les chercheurs du NCAR/Ucar aux États-Unis ont démontré que les régions de l’hémisphère Nord recouvertes de neige risquent d’être affectées par un manque de prévisibilité de l’eau. Même dans les zones qui reçoivent la même quantité de précipitations, le débit des cours d’eau deviendra plus imprévisible et variable.

Will Wieder, chercheur du NCAR/Ucar, ajoute que le changement climatique pourrait menacer la prévisibilité des systèmes de gestion de l’eau dans certainesgions. Il aclaré que laccumulation de neige et le ruissellement pourraient être compromis si les émissions de gaz à effet de serre se maintiennent à leur rythme actuel.

Vers une diminution de 80% du manteau neigeux

Les chercheurs ont longtemps souligné que le réchauffement climatique faisait fondre le manteau neigeux plus tôt, car les précipitations tombent davantage sous forme de pluie que de neige. Ce phénomène se produit plus aléatoirement en hiver, ce qui rend le ruissellement et le débit des cours d’eau imprévisibles. La diminution de la neige ajoute à l’instabilité de ce système.

A lire aussi  Sécheresse : anticiper les pénuries d'eau grâce aux récupérateurs d'eau de pluie

L’impact des changements climatiques sera le plus grand dans des régions telles que les montagnes Rocheuses, l’Arctique canadien, l’est de l’Amérique du Nord et l’Europe de l’Est, où la quantité d’eau contenue dans le manteau neigeux pourrait diminuer jusqu’à 80 %. La gestion des ressources en eau douce deviendrait alors très difficile, tant pour la société que pour les écosystèmes. Selon Flavio Lehner, professeur à l’université Cornell (États-Unis), « nos efforts pour améliorer nos modèles prédictifs sont anéantis par la disparition rapide de notre meilleur allié, la neige. Il semble que nous soyons en train de perdre la course, mais nous essayons de reprendre l’avantage en étudiant mieux ces sujets ».

Il est essentiel de comprendre que les ressources en eau sont précieuses et devraient être protégées urgemment. Si nous parvenons à réduire nos émissions de gaz à effet de serre, nous pourrons peut-être éviter les conséquences dramatiques de la fonte du manteau neigeux sur le ruissellement, sur les écosystèmes et sur nos sociétés.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link