Cet écosystème vital est essentiel pour sauver la planète
arbuste
Table des matières

Elles ne couvrent peut-être que 0,1 % de la surface de la planète, mais les mangroves pourraient littéralement sauver le mondeLes arbres côtiers trouvés dans plus d’une centaine de pays sont de plus en plus discutés comme étant la pierre angulaire de diverses politiques et initiatives de protection environnementales. Ces plantes sont capables de résister à des conditions extrêmes, et ne ressemblent à aucun autre arbre. Elle peuvent combattre le changement climatique. Elle peuvent également permettre de soutenir les économies locales.

Cependant, les mangroves sont menacées. Plus de la moitié ont disparues à cause des marées noires et de la déforestation. Et ces salins disparaissent des forêtsà un rythme accéléré.

Que sont réellement les mangroves ?

Bon, c’est l’heure des confessions. Je suis un journaliste écologiste, et ce depuis un certain temps maintenant. Mais j’ai eu du mal à comprendre pleinement ce que sont réellement les mangroves. Il s’avère que je ne suis pas le seul à ne pas tout à fait assimiler le concept. C’est parce que le mot « mangroves » est utilisé de manière interchangeable pour décrire différentes choses.

Dans sa forme la plus simple, une mangrove est un petit arbre ou un arbuste qui pousse le long de la côte dans des eaux saumâtres ou salines. Mais le terme est utilisé à la fois plus largement et plus étroitement. Et c’est là que la confusion survient souvent. Dans le sens le plus large du terme, nous utilisons ‘mangroves’ pour décrire des écosystèmesLes habitats créés par ces plantes qui aiment le sel sont souvent appelés mangroves ou forêts. Et parfois, plus spécifiquement encore, le terme ne fait référence qu’au genre Rhizophora de ces arbres, connus sous le nom de « véritables mangroves ».

Pour les besoins de cet article, j’utilise principalement le mot « mangroves » de la manière la plus générale, en me concentrant sur l’écosystème plutôt que les arbres individuels.

Où poussent les mangroves ?

Les mangroves sont présentes dans plus de 100 pays, tous situés dans des régions tropicales et subtropicales. Mais seulement 15 pays abritent les trois quarts de ces forêts salines dont l’Indonésie, le Brésil, la Malaisie, la Papouasie Nouvelle Guinée, l’Australie, le Mexique, la Birmanie, le Nigeria, le Venezuela, le Philippines, la Thaïlande, le Bengladesh, la Colombie, Cuba, les États-Unis.

Près de la moitié des mangroves du monde se trouvent en Asie seulement, ce qui n’est pas surprenant quand on apprend que l’Indonésie contient 23 143 km2 de forêts de mangroves – plus que les cinq pays suivants réunis. Mais c’est aussi en Asie que les forêts sont les plus menacées.

À quelle vitesse les forêts de mangroves disparaissent-elles ?

Historiquement, les mangroves ont disparu à un rythme d’environ 3 à 4 % par an. Au cours des deux dernières décennies, cependant, ce chiffre a été ramené à 0,2-0,7 %. C’est un changement impressionnant, et en partie lié à « l’amélioration des pratiques de conservation et des améliorations des techniques de surveillance à grande échelle »,selon l’écologiste marin Dale Bryan-Brown en 2020.

Mais Bryan-Brown et son équipe notent également que ces taux plus bas sont également dus au fait que certaines régions sont désormais complètement dépourvues de mangroves. Le Myanmar est désormais un sujet de préoccupation majeur. Les chercheurs à l’Université de Singapour ont constaté que le pays avait beaucoup plus de mangroves en 1996 qu’on ne le pensait auparavant. Mais cette recherche a révélé qu’au cours des deux décennies suivantes, près des deux tiers de ces forêts ont été détruites. « Entre 1996 et 2016, plus de 60% de toutes les mangroves du Myanmar ont été converties de manière permanente ou temporaire à d’autres usages », explique le document de 2020. « Il s’agit notamment de la culture du riz, du palmier à huile et du caoutchouc, ainsi que de l’urbanisation. »

Le récent documente de Netflix, Seaspiracy, évoque le taux de déforestation, blâmant principalement l’aquaculture et les pratiques de pêche. Ces affirmations ont été contestées par le Conseil d’intendance de l’aquaculture qui soutient que l‘élevage responsable de crevettes (comme les fermes accréditées par l’ASC) ne peut pas déboiser les mangroves, soulignant qu’il existe d’autres menaces qui pèsent sur ces écosystèmes vitaux.

Pourquoi les mangroves sont-elles si importantes ?

Pourquoi sont-ils vraiment si vitaux ? Peuvent-ils réellement sauver la planète ? La réponse est multiple. Ces plantes ne sont pas seulement importantes pour une raison clé, elles jouent de nombreux rôles dans le soutien de la santé de notre planète – c’est pourquoi elles sont si importantes.

Séquestration du carbone

Bien que nous pensions à la forêt Amazonienne comme étant le « poumon » de notre planète, ce titre devrait vraiment être attribué aux mangroves. En effet, aucun autre écosystème est capable de stocker autant de carbone. Les forêts salines peuvent absorber entre le double et le quadruple de la quantité de dioxyde de carbone absorbée par les forêts tropicales humides matures. Et elles stockent trois à cinq fois plus de carbone que des endroits comme la forêt amazonienne.

Rien qu’en 2012, les mangroves ont stocké 4,19 Pg (pétagrammes) de carbone. Selon chercheurs à Harvard, la déforestation entre 2000 et 2012 a entraîné la perte de 2 % du carbone mondial des mangroves – l’équivalent de 316 996 250 tonnes de Emissions de CO2. En bref, les mangroves sont l’une des clés de la prévention du changement climatique.

La qualité d’eau

En plus de pousser dans la mer, les forêts de mangroves se trouvent dans les eaux saumâtres où la rivière rencontre l’océan. L’impressionnant réseau de racines sous-marines agit comme un filtre pour les sédiments, travaillant à nettoyer nos cours d’eau. Elles aident également à maintenir la qualité de l’eau pour d’autres organismes vivants à proximité, comme les récifs coralliens. Elles peuvent même empêcher des événements de blanchiment de masse.

Biodiversité

Ils n’occupent peut-être qu’une fraction de la surface de la terre – seulement 0,1 % – mais les mangroves abritent près de 60 espèces uniques. Il y a 40 oiseaux, 10 reptiles, six mammifères et une espèce d’amphibien qui ne peuvent être trouvés que dans cet écosystème spécifique. Et ces forêts sont importantes pour des espèces qui ne sont pas non plus endémiques, comme les requins citron qui préfèrent mettre bas dans les bas-fonds. Les jeunes requins passent leur première année dans les marais pour rester en sécurité.

Moyens de subsistance

Il n’y a pas que la flore et la faune qui profitent des mangroves ; il y a des communautés dans le monde où les forêts sont une source essentielle de revenus. De la pêche à petite échelle à l’exploitation forestière durable, les mangroves font partie intégrante du mode de vie de nombreuses personnes.

Sécurité

En plus d’assurer la sécurité des requins citrons juvéniles, les mangroves servent également de tampons vitaux le long des côtes. Avec la montée du niveau de la mer et les catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, les racines épaisses et impénétrables des plantes aident à protéger les communautés côtières des inondations et des tempêtes. Lors de la catastrophe du tsunami de 2004 en Asie du Sud-Est et du Sud, près de 230 000 personnes ont été tuées dans 14 pays. Alors que même la forêt de mangrove la plus dense n’aurait pas suffi dans de nombreuses régions, certains endroits étaient nettement mieux protégés et ont ainsi échappé au pire de la dévastation.

Que réserve l’avenir?

Bien que les taux de déforestation semblent sombres, il y a sans aucun doute des raisons d’espérer. Pour commencer, les conversations sur les mangroves ne sont plus du ressort exclusif des écologistes marins et autres universitaires. Ceux d’entre nous qui n’ont pas de formation scientifique en parlent maintenant dans le même souffle que les forêts tropicales plus traditionnelles, car nous acquérons tous collectivement une meilleure compréhension du potentiel de ces écosystèmes.

Et il y a aussi de plus en plus de projets dédiés à la revitalisation, la protection et la régénération des mangroves. Du travail du WWF dans ce domaine aux projets menés par L’alliance EcoViva, des mesures sont prises dans le monde entier. Il y a même des programmes de reboisement de la mangrove initiés par la population. Ce qui peut être une alternative éthique à certains projets de plantation d’arbres plus discutables.

Le plus important, cependant, est que le changement commence à un niveau gouvernemental. Et tandis que des endroits comme le Brésil ont récemment voté pour abroger la législation protégeant les mangroves, de grandes campagnes politiques, comme celle d’Ocean Unite 30×30 placent les mangroves au cœur des stratégies de conservation marine.

Nos autres articles