L’une des plus grandes banques du monde stoppe le financement de nouveaux gisements pétroliers
hsbc
Table des matières

L’une des plus grandes banques du monde a annoncé qu’elle ne financerait plus de nouveaux gisements de pétrole et de gazHSBC, la plus grande banque du Royaume-Uni et la septième au monde, ne soutiendra pas des projets pétroliers et gaziers qui ont reçu l’approbation finale après fin 2021.

« C’est une étape nécessaire si le monde veut atteindre le zéro net émissions d’ici 2050« , selon l’Agence internationale de l’énergie. La banque est actuellement l’un des plus grands prêteurs aux entreprises énergétiques dans le monde. « L’annonce de HSBC fixe un nouveau niveau minimum d’ambition pour toutes les banques engagées dans le net zéro« , a déclaré Jeanne Martin, militante de Share Action.

Quelles firmes financières coupent leur soutien aux énergies fossiles ?

Les sociétés financières du monde entier s’engagent de plus en plus à lutter contre le changement climatique mais la plupart n’ont pas encore mis en place de plans fermes. HSBC rejoint un petit nombre d’autres prêteurs réduisant le financement pour les combustibles fossiles y compris NatWest qui a réduit les prêts aux clients du secteur pétrolier et gazier de 21 % en 2021.

Plus tôt cette année, Lloyds, la plus grande banque nationale de Grande-Bretagne, a également interdit le financement de projets ou les prêts fondés sur les réserves à de nouveaux projets pétrole et gaz. Cependant, la politique autorise toujours les prêts généraux aux entreprises du secteur.

Parmi les autres prêteurs qui ont récemment resserré leurs politiques pétrolières et gazières, citons la banque néerlandais ING et le prêteur français La Banque Postale. Mercredi également, Barclays a déclaré qu’elle avait augmenté son objectif de financement durable et de transition à 1 billion de dollars d’ici 2030 et qu’elle injecterait davantage de son propre argent dans les startups énergétiques.

Que fera la nouvelle politique de HSBC ?

Couvrant tout, des projets de biomasse à l’hydrogène, en passant par le nucléaire et le charbon thermique, la politique visait à stimuler les progrès dans les régions dotées de différents systèmes énergétiques, a déclaré à Reuters Celine Herweijer, directrice du développement durable de HSBC.

Au milieu de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de la flambée des coûts de l’énergie qui en a résulté, la politique était également « pragmatique« , a-t-elle déclaré. La banque continuera à financer les gisements de pétrole et de gaz existants. « Ce n’est pas un nouvel investissement dans les combustibles fossiles à partir de demain. Le système d’énergie fossile existant doit exister de pair avec le système d’énergie propre en pleine croissance« , a déclaré Herweijer. « Le monde ne peut pas parvenir à un avenir énergétique net zéro sans que les sociétés énergétiques ne soient au cœur de la transition. »

Pour s’assurer que les sociétés pétrolières et gazières sont sur la bonne voie, la banque demanderait désormais de nouvelles informations, y compris les niveaux de production au-delà de 2030, a-t-elle ajouté. Aux États-Unis, la pression politique garantit que la plupart des grands prêteurs continuent de financer l’expansion pétrole et gaz, malgré les inquiétudes des militants pour le climat.

Nos autres articles