Une loi pour le climat et l’atmosphère : les chiffres vertigineux de l’impact des jets privés sur l’environnement

L’été dernier, les jets privés des milliardaires et des célébrités ont été la source de controverses en raison de leur très grande contribution à la pollution. Les défenseurs de l’environnement exhortaient à l’encadrement et à l’interdiction de ces avions. Le 6 avril, lors de leur niche parlementaire, le groupe des écologistes à l’Assemblée proposera un texte visant à interdire les jets privés. Julien Bayou, député EELV, a déclaré que l’objectif était de « ramener les riches sur Terre et les faire consentir à l’effort général » de la transition écologique.

Interdire les jets privés

Selon Julien Bayou, cette mesure est la plus bénéfique pour le climat et l’atmosphère, tout en pénalisant le moins de monde possible. Christine Arrighi et lui porteront donc cette proposition de loi lors d’une conférence de presse.

Les deux élus ont pointé du doigt les « chiffres vertigineux » de l’impact environnemental des jets privés, qui polluent dix fois plus que les avions de ligne par passager. Christine Arrighi a déploré que « certaines personnes prennent des vols Cannes-Nice pour éviter les embouteillages sur la côte ». Julien Bayou a à son tour déclaré que « l’interdiction de circuler pour une personne qui n’a pas pu remplacer son véhicule diesel est beaucoup plus contraignante que de contraindre les très riches à prendre la première classe d’un TGV ou la classe affaires d’un avion ».

« Une lutte des classes » selon Christophe Béchu

Christophe Béchu dénonce une « écologie du buzz », qui interdirait les services de transport aérien non réguliers de passagers, qui ne sont pas destinés à une exploitation commerciale, ainsi que les services non réguliers de transport aérien public avec un nombre de passagers inférieur à 60.

A lire aussi  Quels sont les impacts des changements climatiques sur la biodiversité ?

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a déclaré jeudi, lors de son intervention sur Sud-Radio, que l’interdiction des jets privés n’est qu’un simple geste symbolique qui ne résoudrait qu’une partie du problème. Selon lui, cette mesure relève davantage de la lutte des classes que de la transition écologique.

D’près Christophe Béchu, les émissions nationales de notre pays sont estimées à 400 millions de tonnes de CO2, et les jets privés n’en représentent que 0,1 %, soit 400.000 tonnes. Il s’est dit favorable à la régulation et à l’atténuation de l’attractivité des jets privés par rapport à d’autres moyens de déplacement.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link