Ces sociétés pétrolières et gazières qui vont faire basculer le monde vers une catastrophe climatique irréversible
Table des matières

Les sociétés pétrolières et gazières parient sur un avenir dans lequel leur production poussera le réchauffement climatique au-delà de 2,5 ° C, révèle un nouveau rapport. Shell, TotalEnergies et Chevron font partie des majors qui ont récemment approuvé 166 milliards de dollars (157 milliards d’euros) d’investissements dans de nouveaux champs pétroliers et gaziers au cours de la prochaine décennie, selon le groupe de réflexion financier Carbon Tracker. Mais plus d’un tiers de ce total (55 milliards d’euros) est destiné à des sites qui ne seront nécessaires que si la demande de combustibles fossiles atteint un point où le monde bascule au-dessus du seuil de 2,5 °C.

« Les sociétés pétrolières et gazières se commercialisent comme faisant partie de la solution au changement climatique tout en planifiant simultanément des augmentations de production qui conduiraient à une catastrophe climatique », déclare Thom Allen, analyste du pétrole et du gaz et auteur du rapport. « Les entreprises ne peuvent pas prétendre être alignées sur les objectifs climatiques mondiaux à moins qu’elles ne prévoient de réduire leur production. » L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a averti l’année dernière qu’aucun nouveau gisement de pétrole et de gaz n’est compatible avec un réchauffement à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels. C’est l’objectif inscrit dans l’Accord de Paris, au-delà duquel les impacts du changement climatique s’accéléreront rapidement.
D’autres études ont soutenu l’analyse de l’AIE, mais les géants du pétrole et du gaz ignorent toujours la science à la recherche de profits.

Quelles compagnies pétrolières et gazières dépensent le plus?

En examinant les plans de dépenses établis entre janvier 2021 et mars 2022, Carbon Tracker constate que la plupart des majors sont toujours déterminées à accroître leur production de pétrole et de gaz. Chevrons et ExxonMobil ont été révélés comme deux des principaux contrevenants, en voie de croissance de 16 % d’ici 2026 et de 8 % d’ici 2027 respectivement, par rapport à 2019. La plupart des projets éclairés depuis 2021 ou à venir pour approbation ne commenceront pas la production avant le milieu des années 2020 et continueront à produire pendant des décennies.

Cependant, même une trajectoire menant à 1,7 ° C, conformément aux engagements annoncés actuellement par les pays, verrait la demande de pétrole et de gaz chuter avant la fin de la décennie selon l’AIE. « Les investisseurs doivent examiner les plans de dépenses des entreprises, car les investissements dans de nombreux nouveaux projets pétroliers et gaziers bloquent les émissions futures incompatibles avec Paris », déclare Mike Coffin, responsable du pétrole, du gaz et des mines chez Carbon Tracker et co-auteur du rapport publié aujourd’hui. « En fin de compte, les entreprises engagent des dizaines de milliards dans des projets qui ont peu de chances d’aboutir même si les gouvernements tiennent leurs promesses en matière de climat, et les investisseurs doivent être conscients des implications. »

Des projets extractifs susceptibles de faire basculer le réchauffement climatique par dessus bord

Les projets qui dépassent la barre des 2,5 °C comprennent un développement de champ pétrolifère de 10 milliards de dollars (9,5 milliards d’euros) sur le lac Albert en Ouganda dirigé par TotalEnergies. Cela alimentera le controversé oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est. Woodside, quant à lui, développe un projet de GNL Scarborough/Pluto Train 2 de 12 milliards de dollars (11 milliards d’euros) en Australie occidentale. Dans le monde à 2.5C dans lequel ce programme est rentable, des pans entiers du centre de Londres tomberont sous la ligne de marée, selon la carte interactive de Climate Central à but non lucratif.
Le rapport de Carbon Tracker intitulé ‘Paris Maligned’ met également en garde les investisseurs sur les projets en cours l’année prochaine. En 2023, les entreprises doivent prendre la décision finale d’investir plus de 35 milliards de dollars (33 milliards d’euros) jusqu’en 2030 dans 15 grands projets incompatibles avec le 1,7C. Les deux tiers (21,8 milliards d’euros) concernent sept projets qui ne sont même pas compatibles avec le 2,5C, comme un développement gazier en eau profonde au large de la Libye depuis Eni. De vastes sommes pourraient également être versées au champ pétrolifère en eau ultra-profonde Uaru d’ExxonMobil au large de la Guyane, et au champ pétrolifère en eau profonde North Platte de TotalEnergies et Equinor au large des côtes américaines.

La réaction des compagnies pétrolières et gazières à propos des objectifs climatiques ?

Les majors européennes Eni, Shell et TotalEnergies ont publié des plans de réduction de la production, mais ils sont bien en deçà de ce qui est requis pour une voie à 1,5C, déclare Carbon Tracker. Tous les trois s’engagent uniquement à réduire le pétrole mais prévoient d’augmenter la production de gaz. Le groupe de réflexion calcule que la production mondiale de TotalEnergies sera supérieure de 13 % en 2030 à celle de 2019. BP est la seule entreprise prévoyant de réduire à la fois la production de pétrole et de gaz, avec une réduction de 43 % d’ici 2030, globalement conforme à une trajectoire de 1,5 °C.

Investir dans les énergies renouvelables ne compense pas la poursuite de l’extraction de pétrole et de gaz

Sous pression, de nombreuses sociétés pétrolières et gazières se présentent comme faisant partie de la solution au changement climatique sur la base de leurs investissements dans les énergies renouvelables. Mais le rapport indique que cela « ne ‘compense’ pas d’une manière ou d’une autre les activités héritées et en fait une entreprise ‘alignée sur le climat' ».
L’annonce du projet de captage de carbone à grande échelle ne nie pas la nécessité de réduire la production, ajoute-t-il. Maintenir l’objectif à 1,5C  nécessite à la fois un déploiement herculéen de la capture du carbone et des réductions drastiques de la production, mais les analystes affirment que cette technologie devrait être réservée aux secteurs difficiles à réduire comme celui du ciment et de la fabrication de l’acier, et non pour justifier la poursuite de la production de pétrole et de gaz.
Le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a insisté sur le fait que « chaque fraction de degré compte » pour soulager la souffrance humaine. ‘Les Accords de Paris’ appellent les entreprises non seulement à fixer des objectifs climatiques alignés sur le pacte, mais également à détailler des plans pour les atteindre de manière crédible.

Nos autres articles