COP15 : moment crucial pour la nature et pour notre survie

Notre dépendance collective vis-à-vis de la nature est connue depuis longtemps. Alors que le sommet de l’ONU sur la biodiversité commence, il est maintenant temps d’abandonner les paroles en l’air et d’agir enfin sur cette vérité. Chaque culture a ses documents sacrés. Pour les citoyens américains, c’est la Constitution. Pour les adeptes du judaïsme rabbinique, c’est le Talmud. Pour les médecins, c’est le serment d’Hippocrate.

La biodiversité ne fait pas exception. Dans la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique de 28 pages, chaque espèce végétale et animale de la planète a sa « valeur intrinsèque » affirmée, célébrée et – théoriquement – ​​protégée. L’importance cruciale d’écosystèmes sains et des connaissances autochtones et communautaires est clairement énoncée. À bien des égards, cette quasi-charte des droits pour la biodiversité est l’une des déclarations politiques les plus progressistes et visionnaires jamais rédigées. C’est aussi l’une des plus spectaculairement ignorées.

Trente ans après la signature de la Convention lors du Sommet de la Terre des Nations Unies en 1992, un quart des espèces connues sont menacées d’extinction, selon un récent rapport de l’IPBES. Nos océans, forêts et autres écosystèmes riches en biodiversité sont tous suspendus au bord de points de basculement catastrophiques dont il n’y a pas de retour. Les personnes les plus proches du sol sont les plus touchées. L’action urgente est le cri de ralliement alors que les délégués se réunissent à Montréal cette semaine pour le sommet COP15 de l’ONU. Mais quelles actions sont requises et par qui ?

Que faut-il décider à la COP15 ?

La réponse se trouve dans le préambule de cette même Convention des Nations Unies. La conservation de la biodiversité est la « préoccupation commune de l’humanité ». Il ne dit pas que c’est la préoccupation étroite des décideurs politiques, des scientifiques ou des défenseurs de la nature. Il ne limite pas non plus les priorités de conservation à des habitats ou à des espèces spécifiques. Avec la nature, c’est tout ou rien. Plus important encore, la « préoccupation commune » implique l’intégration de la biodiversité dans tous les aspects de la prise de décision, à la fois privée et publique, à la fois locale et mondiale.

Pourquoi? Parce que la biodiversité, par nature, est expansive. Malgré tous nos efforts contraires, les systèmes vivants ne peuvent pas être contenus dans des silos soignés ou des boîtes administrativement pratiques. Nulle part cela n’est plus important que dans la lutte contre le changement climatique. Ce que les abeilles sont aux fleurs porteuses de pollen, les écosystèmes sains sont aux températures stables.

Le projet Edinburgh Living Landscape fournit l’un des nombreux exemples stellaires de cette symbiose intrinsèque. Il a été développé par un partenariat d’organisations, dont le Scottish Wildlife Trust, le conseil de la ville d’Édimbourg, le jardin botanique royal d’Édimbourg et bien d’autres. Cette « solution basée sur la nature » ​​encourage des interventions telles que la plantation d’arbres et la régénération des zones humides comme moyen de connecter les infrastructures vertes et de réhabiliter les habitats dégradés. En même temps, cela crée de nouveaux espaces verts, augmente la séquestration du carbone et protège les communautés des inondations.

Au niveau mondial, les décideurs politiques reconnaissent de plus en plus le rôle crucial que joue la biodiversité dans la régulation des températures mondiales. Selon l’organisation caritative de conservation britannique WWF, presque tous (92 %) les signataires de l’Accord de Paris incluent désormais des solutions basées sur la nature dans leurs plans climatiques nationaux.

La pandémie nous a rendus plus connectés à la nature

L’amour et le besoin de l’humanité pour la nature marquent un autre thème commun qui nous lie tous. Si la tragédie du COVID nous a laissé des points positifs, c’est sûrement la renaissance collective en lien avec la nature. Plus de la moitié des adultes en Angleterre déclarent passer plus de temps dans des activités de plein air qu’avant la pandémie – une tendance qui amène améliorations mesurables de la santé mentale et physique.

L’expérience de la COVID nous a également appris la valeur de la biodiversité à notre porte. Pendant trop longtemps, la nature a été présentée comme quelque chose d’exotique et de lointain – et par conséquent inaccessible – pour plus de deux personnes sur trois qui vivent désormais dans les villes. La nature reste le grand air, mais c’est aussi le parc au bout de notre rue et la rivière qui traverse notre centre-ville. Avec 85 % de la population mondiale qui, selon les projections, seront urbaines d’ici la fin du siècle, l’avenir de la nature est fermement entre les mains des citadins.

De la même manière, le COVID a ramené à la maison la menace pour notre bien-être commun lorsque l’interdépendance entre la santé humaine et planétaire est mal gérée. Les scientifiques avertissent depuis longtemps : notre incursion continue dans des zones riches en biodiversité pourrait voir les virus nocifs se propager des animaux aux humains. C’est une réalité déjà illustrée par maladies zoonotiques tels que le VIH, Ebola, le SRAS et, plus récemment, COVID et Monkeypox. Affirmer la biodiversité comme une préoccupation commune de l’humanité n’est pas seulement une invitation à signaler notre lien universel à la nature. Il sert également de puissant élan pour repenser notre relation collective avec le monde naturel qui nous entoure.

Cela commence par une augmentation spectaculaire des efforts du gouvernement pour le protéger. Convenir d’un objectif “30 ici 30”, visant à conserver conjointement 30 % des zones terrestres et maritimes dans le monde d’ici 2030, fournirait au monde un objectif unificateur indispensable – tout comme l’objectif de 1,5 C fixé par l’Accord de Paris. Avec une guerre active en Europe et des économies nationales en ralentissement, il est tentant pour les politiciens d’ignorer la crise actuelle de la biodiversité. Bien qu’il s’agisse d’une position politiquement commode, elle est catastrophiquement à courte vue. Comme les groupes de campagne l’ont déclaré dans une lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, il s’agit de “sauver notre système de survie”. A quoi sert le leadership politique si ce n’est à cela ?

La surexploitation des ressources naturelles doit cesser

Les mondes des affaires et de la finance doivent se mobiliser et prendre l’initiative. Le modèle de surexploitation des ressources naturelles à des fins lucratives est non seulement destructeur mais autodestructeur. Il n’y a pas d’entreprise viable sur une planète saccagée et en train de s’effondrer. En revanche, une approche régénératrice de l’utilisation de l’abondance de la nature offre la meilleure – et la seule chance de succès durable.

Les entreprises progressistes et les entrepreneurs le comprennent déjà. Que ce soit par le biomimétisme ou la conception biophilique, les processus écologiques et l’inspiration de la nature sont moteurs d’innovation dans tout, de la conception matérielle aux soins de santé. Pendant ce temps, nous assistons à des pionniers dans des domaines tels que l’agroforesterie et la pêcherie réinitialiser le modèle pour ce à quoi ressemble la normale. Les écosystèmes naturels de la planète ont mis des millénaires à évoluer. Si nous n’agissons pas maintenant, leur entrée en phase terminale de déclin sous notre surveillance est inévitable. Abandonner n’est pas une option si nous voulons sauvegarder une planète vivante et vivable. En tant que société mondiale, nous avons un devoir d’espérance.

Traiter la nature comme notre préoccupation commune n’est pas seulement le meilleur moyen de remplir cette obligation ; c’est la seule solution.


Nos autres articles sur le sujet