Le réchauffement des océans entraîne la migration des espèces marines
Migration espèces marines
Table des matières

Les sanctuaires marins sont censés protéger la vie marine. Mais que peuvent-ils faire lorsque cette vie s’éloigne ? Alors que le changement climatique réchauffe les mers de la planète, de nombreuses espèces marines migrent en permanence à la recherche d’habitats plus frais. Elles s’égarent souvent au-delà des frontières fixes des aires protégées, explique le Dr Fanny Douvere, responsable du programme marin du patrimoine mondial de l’UNESCO. « Nous devons protéger ces points chauds de la biodiversité, car si nous protégeons ces points chauds, cela a un effet d’entraînement sur le reste de l’océan, » a-t-elle dit. « Mais si nous ne protégeons pas les bonnes zones, cela n’a aucun sens. » 

L’UNESCO gère un réseau mondial de 50 sites marins « phares d’espoir ». Mais l’évolution des schémas migratoires remet en question leurs frontièresPour résoudre ce problème, l’organisme des Nations Unies déploie un vaste projet de science citoyenne. Une nouvelle carte de localisation mondiale utilisera le concept révolutionnaire d’« ADN environnemental » pour suivre les déplacements des espèces. « Cela nous permettra de simplement protéger ce qui doit l’être », déclare le Dr Douvere.

Combien les espèces se déplacent-elles ?

Nos océans sont vitaux pour toute vie sur terre. Ils hébergent une grande variété de créatures avec jusqu’à 2 000 nouvelles espèces découvertes chaque année. De vastes réserves de phytoplancton produisent au moins la moitié de l’oxygène sur terre. Les herbiers marins agissent comme d’énormes puits de carbone, tandis que les poissons sont une source d’aliments et des revenus pour des millions de personnes.

Mais les océans sont aussi particulièrement vulnérables aux changement climatique. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis, plus de 90 % du réchauffement qui s’est produit sur Terre au cours des 50 dernières années s’est produit dans l’océan.

Entre 1901 et 2020, l’océan s’est réchauffé en moyenne de 0,08 degrés Celsius par décennie. Ce changement rapide de température pousse les animaux des eaux froides vers le nord. Pendant ce temps, les espèces envahissantes commencent à prospérer dans de nouvelles zones à mesure que les écosystèmes sont perturbés. Par exemple, la Grande Barrière de Corail, premier site marin du patrimoine mondial de l’UNESCO, est vulnérable aux étoiles de mer couronne d’épines, qui prospèrent dans les eaux plus chaudes et dévorent corail.

Le suivi de ces changements est crucial pour la gestion marine. Mais les scientifiques ont une arme dans leur arsenal : l‘ADN environnemental.

Qu’est-ce que l’ADN environnemental ?

Lorsqu’un poisson se déplace dans l’eau, il perd constamment des morceaux de lui-même, qu’il s’agisse de cellules mortes de la peau ou de mucus. L’ADN de cette matière organique est appelé ADN environnemental (eDNA). Lorsque les scientifiques échantillonnent l’eau, ils peuvent dire que le poisson était là – même s’il a nagé il y a longtemps. « Avec les humains, juste une mèche de cheveux, ou juste une goutte de sang apporte une énorme quantité d’informations sur une personne », explique le Dr Douvere. « C’est la même chose avec l’environnement. Juste un litre d’eau – c’est ce que nous prélevons actuellement sur la plupart des sites – peut vous donner des informations sur des centaines d’espèces.

Les données seront collectées en collaboration avec les écoles locales, aidant à intéresser la prochaine génération de scientifiques à la conservation des océans. Toutes les données seront traitées et publiées par l’Océan Biodiversité Système d’information (OBIS), le plus grand système de données en libre accès au monde sur la distribution et la diversité des espèces marines. Il est maintenu et soutenu collectivement par un réseau mondial de milliers de scientifiques, de gestionnaires de données et d’utilisateurs.

Une telle science ouverte est l’avenir, déclare le Dr Douvere. « Cette initiative d’ADN environnemental est synonyme de science ouverte parce que c’est là que la société doit aller. « Nous avons besoin… des personnes les plus brillantes du monde et de tous les continents pour travailler ensemble pour résoudre cette crise de la biodiversité. »

Le projet a été lancé à temps pour COP15, la conférence mondiale de l’ONU sur la biodiversité. Sa mission ne pourrait pas être plus urgente, explique Elizabeth Sinclair, une biologiste de l’évolution qui s’est associée à l’UNESCO pour mettre en œuvre le programme eDNA en l’ouest de l’Australie Baie aux requins. « Nous avons tellement perdu de notre monde naturel ! », dit-elle. « Tout a été tellement modifié, il est donc vraiment important que nous maintenions réellement ces systèmes qui sont encore intacts et que nous limitions notre impact sur eux. »

Nos autres articles