Votre cheminée à foyer ouvert pourrait être interdite au 1er Avril 2023 ! Découvrez les villes concernées et les alternatives pour vous chauffer au delà de cette période! »

En raison de la pollution aux particules fines, des modifications vont entrer en vigueur à compter du 1er avril 2023 pour ceux qui se chauffent au bois dans certaines villes. Quels sont donc ces changements et quelles agglomérations en sont affectées ?

Ces derniers temps, des avertissements à propos de la pollution aux particules fines ont été lancés dans une dizaine de villes, ce qui a donné lieu à des recommandations. Les causes sont variées : trafic routier, industrie, travaux, météo, mais aussi chauffage domestique, et plus particulièrement au bois. Malgré leur plus grande rareté, les anciennes cheminées à foyer ouvert sont de véritables générateurs de particules fines. Dès le 1er avril 2023, des mesures sont mises en place dans de nombreuses communes du Rhône, de l’Ain et de l’Isère pour contrer ces équipements polluants, et ce, même lors de l’achat de nouveaux matériels.

Les villes concernées par la mesure

Fabienne Buccio, préfète d’Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé deux mesures touchant le chauffage au bois qui s’appliqueront aux habitants de plusieurs centaines de communes à partir du premier avril 2023. Les villes concernées sont : la Métropole de Lyon, la CC Est Lyonnais (CCEL), la CC Pays de l’Ozon (CCPO), la CC de Miribel et du Plateau, la CA Vienne Condrieu (CAVC), la CC Entre Bièvre et Rhône (EBER), la CC de la Vallée du Garon (CCVG), CC de la Côtière à Montluel (CCCM), CC Lyon Saint-Exupéry en Dauphiné (LYSED), Grenoble Alpes Métropole, le Pays voironnais et le Grésivaudan Communauté de communes.

Les ménages des métropoles et communautés de communes devront mettre en place des appareils de chauffage au bois portant le label « flamme verte ». Ce label atteste d’une faible production de polluants atmosphériques et d’un bon rendement énergétique. Les cheminées à foyers ouverts seront bannies à partir du 1er avril. Des aides financières comme MaPrimeRénov’, l’éco-prêt à taux zéro ou les certificats d’énergie peuvent être utilisées pour minimiser les frais de remplacement de l’appareil. En 2023, le dispositif MaPrimeRénov’ sera doté de 100 millions d’euros supplémentaires, pour un budget total de 2,6 milliards d’euros. Toutefois, l’obtention de ces aides est jugée trop compliquée et peu transparente, ce qui dissuade les demandeurs à aller au bout de leur démarches administratives pour bénéficier des primes.

A lire aussi  Fast fashion : un tiers des vêtements occidentaux inutilisables polluent le Kenya

Pourquoi une telle mesure ?

Le chauffage au bois à foyer ouvert est responsable des pics de pollution aux particules fines. Selon des estimations, les appareils de chauffage à bois à foyer ouvert libèrent jusqu’à deux fois plus de particules que les cheminées à foyer fermé, en particulier lorsque l’équipement est très ancien. Le préfet de l’Isère a déclaré que le secteur résidentiel est le principal contributeur aux émissions de particules fines et de composés organiques volatiles. Ces derniers sont rejetés massivement par les installations individuelles de chauffage au bois.

La contamination par les particules fines est à prendre en considération car elle peut avoir des effets néfastes sur la santé, notamment des problèmes respiratoires, des pathologies hivernales plus nombreuses et des maladies chroniques aggravées. Ces particules fines peuvent se déposer à l’intérieur des maisons, sur les vêtements, les meubles et les objets personnels, ainsi que sur la peau et les cheveux. Des études ont démontré que cette pollution affecte la qualité de vie en général.

Un problème de santé publique

Un problème de santé publique de premier ordre est lié aux appareils à foyer ouvert. Ils provoquent une consommation excessive de bois. Comparé à une cheminée à foyer fermé, qui peut produire une efficacité énergétique de 70 % ou plus avec les équipements modernes, un appareil à foyer ouvert est limité à 15 %. Cela signifie qu’il faut plus de bûches ou de pellets pour maintenir une température constante dans une pièce. La raison de cette haute consommation est due à l’impossibilité de réguler les flammes en modifiant la quantité d’oxygène alimentant le foyer.

A lire aussi  Pollution lumineuse : les moustiques sont plus piquants et vecteurs de maladies toute l'année

En conclusion, les autorités de certaines régions ont décrété que les appareils de chauffage à foyer ouvert sont plus risqués et ont donc été bannis. Ce type de système chauffant est plus susceptible de causer un incendie que les modèles à foyer fermé.

[winamaz table= »10″]


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link