Révélations choquantes : l’énergie fossile, le seul vrai moteur de la croissance économique et le principal responsable de la crise climatique

Depuis les travaux d’Adam Smith et David Ricardo, la plupart des économistes ont conclu que l’accumulation du capital est le facteur essentiel de la croissance économique. Mais Gaël Giraud, directeur de recherche au CNRS et jésuite, affirme que c’est l’énergie qui est LE véritable moteur de la croissance économique. Ainsi, pour comprendre en quoi l’énergie fossile a révolutionnée nos sociétés, il est nécessaire de s’intéresser à son impact sur l’accumulation du capital, et donc sur l’économie.

Lien entre énergie et accumulation du capital

Gaël Giraud explique que depuis des siècles, l’accumulation du capital a été favorisée par l’utilisation des combustibles fossiles, tels que le charbon et le pétrole, car ceux-ci permettent aux machines d’effectuer un travail plus important qu’avec l’utilisation de l’énergie physique humaine seule. En effet, leur utilisation a entraîné une augmentation de la productivité et donc une plus grande capacité à produire des biens et des services. Cette hausse de productivité due à l’utilisation des combustibles fossiles a engendré une accumulation de capital suffisante pour appuyer des investissements de plus grande ampleur et ainsi générer une croissance durable.

Révolution industrielle : naissance de l’âge des combustibles fossiles

Avec l’arrivée de la révolution industrielle, à la fin du 18ème siècle, l’utilisation des combustibles fossiles a considérablement augmenté. Les débuts de l’ère industrielle furent marqués par l’utilisation massive du charbon pour alimenter les premières machines à vapeur. La Grande Bretagne fut le premier pays à profiter du bouleversement provoqué par ces changements technologiques. Ce pays devint en quelques années le chef de file mondial grâce à sa haute concentration de ressources en charbon et en fer et au progrès technique provoqué par l’utilisation des combustibles fossiles.

A lire aussi  Catastrophe climatique en France : Nestlé Waters forcée de suspendre l'exploitation de forages pour sa marque Hépar dans les Vosges

La transformation quantitative et qualitative des transports

L’utilisation des combustibles fossiles a eu des répercussions concrètes sur l’accès à différents types de modes de transport. Dans un premier temps, l’utilisation du charbon a facilité le développement des chemins de fer qui offraient une alternative plus rapide et moins coûteuse aux routes ou canaux existants. Peu à peu, le pétrole remplaça le charbon et permit le développement de moyens de transport encore plus avancés. C’est ainsi que les premiers avions ont vu le jour à la fin du 19ème siècle, avec la construction, en 1903, du Wright Flyer I. La consommation de combustibles fossiles s’est encore accrue durant la seconde guerre mondiale, avec l’utilisation croissante des véhicules à moteur.

Conséquences sur l’environnement

Malheureusement, la consommation de combustibles fossiles présente un revers à ces bénéfices. Depuis les années 1960, l’utilisation intensive des combustibles fossiles a engendré une hausse des émissions de gaz à effet de serre. Des milliers de scientifiques sont d’accord sur le fait que le changement climatique est causé par ces émissions et qu’il aura des conséquences graves pour le monde entier. Afin de limiter ces dommages environnementaux, de nombreuses initiatives visant à réduire la consommation de combustibles fossiles ont été mises en place. La crise du COVID-19 et la chute de la demande de pétrole qui s’en est suivie ont contribué à une baisse significative de la consommation de combustibles fossiles.

Fin des énergies fossiles : vers une mutation nécessaire ?

Compte tenu de l’urgence climatique, le ralentissement de la consommation des combustibles fossiles ne suffit pas et la fin de l’utilisation des combustibles fossiles est maintenant inéluctable. D’après les Nations Unies, il est nécessaire de cesser complètement de les exploiter pour atteindre les objectifs de lutte contre le changement climatique. Pour ce faire, une transition vers une économie basée sur les énergies renouvelables doit être opérée dans les prochaines années. Il s’agira non seulement d’investissement dans des technologies telles que l’hydrogène, la biomasse ou le solaire, mais également de repenser notre manière de consommer produits et services.

A lire aussi  Energie : La France face à un retard majeur dans sa capacité de production énergétique, selon le rapport de la Commission d'enquête

Par exemple, l’utilisation des voitures doit diminuer pour privilégier les transports en commun. De plus, en tant que citoyens, nous devrons adopter des modes de vie plus sobres et responsables, et penser « zéro déchet » pour favoriser une consommation durable et respectueuse de l’environnement. Enfin, un effort supplémentaire devra être fourni pour sensibiliser la population aux dangers du changement climatique et encourager l’action politique et la mobilisation environnementale.

Dans les années à venir, l’arrêt total de l’exploitation des combustibles fossiles s’avérera indispensable pour réduire les impacts du changement climatique et ainsi protéger notre planète. Mais pour y arriver, des changements drastiques dans nos habitudes de consommation seront nécessaires.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link