Le dérèglement climatique entraîne une augmentation d’éclairs dangereux générateurs d’incendie

Une étude récente publiée dans Nature Communications révèle que l’intensité et la répartition géographique des éclairs sont en train de changer en raison du réchauffement climatique actuel. Il y a un type particulier d’éclair, à courant continu ou « éclair chaud », qui devrait augmenter de manière significative dans plusieurs régions du monde.

Le réchauffement climatique augmente le risque d’incendies, en particulier à cause des sécheresses et des vagues de chaleur récurrentes. Négliger ces conditions peut entraîner des incendies catastrophiques comme on a pu le constater l’été dernier encore. Toutefois, certains incendies sont entièrement dus à des causes naturelles, dont la foudre est l’une des principales.

Lien entre éclairs chauds et feux de forêts

Des scientifiques ont comparé des données météorologiques avec des informations relatives aux incendies de forêts aux États-Unis pour mieux comprendre le lien entre le changement climatique, la foudre et les feux de forêt. Ils ont découvert que le réchauffement climatique pourrait augmenter la probabilité d’avoir des « éclairs chauds », un type d’éclair à courant continu caractérisé par une décharge électrique plus longue et plus chaude. Ces éclairs sont plus susceptibles de provoquer des incendies, tant dans les forêts que dans les habitations.

Le satellite GOES-16 permet de mesurer l’intensité des éclairs grâce à l’outil GLM (Geostationary Lightning Mapper). En combinant ces données avec celles du Département américain de l’agriculture sur les incendies, les scientifiques ont pu déterminer quels types de foudre sont à l’origine des feux de forêt. Sur les 5 574 incendies naturels, 5 254 ont été précédés par au moins un éclair à courant continu à moins de 10 kilomètres du lieu de l’incendie, moins de 14 jours avant. En limitant la distance entre l’éclair et l’incendie, il semblerait que 29 % de ces feux auraient pu être causés par ce type d’éclair, qui est plus durable et plus chaud que les autres.

A lire aussi  Pourquoi l'absence de pluie cet hiver n'est pas une bonne nouvelle?

[winamaz table= »9″]

De nombreuses régions du globes seront touchées

Les scientifiques ont prédit qu‘à l’horizon 2090, le nombre d’éclairs s’accroîtra de manière significative autour de la Méditerranée. Selon leurs prédictions, ce nombre augmenterait de 43 % pour les éclairs conventionnels et de 41 % pour les éclairs à courant continu. Ces estimations sont basées sur des modèles climatiques simulant l’atmosphère pour les 70 prochaines années. Si l’on se concentre plus particulièrement sur le continent, l’augmentation prévue des éclairs à courant continu est de 47 %.

Les modèles climatiques ont déduit ces chiffres en combinant la prévision de l’humidité dans l’air, les températures et la quantité de précipitations déversée par les orages. Les régions polaires devraient voir leur nombre d’éclairs à courant continu diminuer, à l’exception de la Scandinavie, de la Sibérie et de l’Alaska qui seront plus affectées. Les régions les plus à risque sont l’Amérique du Sud, l’Asie du Sud-Est, l’Afrique et l’Australie. Les prévisions montrent des différences importantes entre l’Europe et l’Amérique du Nord. Les pays autour du bassin méditerranéen et l’ouest et le centre des États-Unis devraient voir le nombre d’éclairs chauds augmenter.


Nos autres articles sur le sujet

Share via
Copy link